Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Il a fallu qu’un jour Dieu fasse l’homme !

“Cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira”
Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

© Alberto
© Photos et textes. Tous droits réservés.
Recherche

Archive : tous les articles
"On n'ira pas en enfer, mais on ira tous au paradis"
--> Le mensonge des temps de la fin

La chair n'entre pas dans le royaume de Dieu. Ou encore mieux exprimé par l'apôtre Paul : "Ce que je dis, frères et soeurs, c'est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n'hérite pas l'incorruptibilité" ( 1 Corinthiens 15.50). Notre corps physique n'entre pas dans le royaume de Dieu, dans le paradis ! Tout ce que tu vois dans ton miroir, tout ce que les autres voient de toi, tout ce que tu as pris soin de conserver durant toute ta vie au regard des autres et pour toi-même, ton corps, ta carcasse, ta chair, tout cela, tu dois l'abandonner un jour. "Car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière" (Genèse 4.19).

Cette question devrait intriguer beaucoup de monde, mais pas du tout et cela m'étonne toujours autant ! L'explication réside évidemment par le fait que le monde entier ou presque a rejeté le Dieu vivant. Sauf rares exceptions, personne ne veut entendre parler de Jésus. Le paradoxe, c'est que le monde entier ou presque s'est mis à prendre soin de son corps comme jamais auparavant. Bien sûr, personne ne veut être malade, personne ne veut vieillir et personne ne veut mourir. Les femmes, plus féministes que jamais en ces temps de la fin, ont détrôné l'homme avec ses muscles et son emprise sur elles. Elles sont désormais maîtresses de leur corps et n'appartiennent qu'à elle-mêmes. Mais pas seulement elles, les hommes aussi sont maîtres de leur corps, de leurs cultures et ne s'appartiennent qu'à eux-mêmes. Quant à Dieu qu'ils mettent dans le même sac des religions, il n'a plus aucune autorité ni sur l'un, ni sur l'autre. Maintenant leur souhait le plus cher, c'est que personne n'en parle – sauf en privé ! Ce qui arrivera après – après la mort – : "On ne veut pas y penser, on s'en fiche".

Le raccourci culturel emprunté est simple et bien connu depuis mai 68, il a été largement exposé dans les années soixante dix : "On n'ira pas en enfer, mais on ira tous au paradis".

Pourtant, Dieu qui est vivant n'a jamais cessé d'aimer ses créatures et depuis que le Fils est mort et ressuscité, tout est vraiment prêt de son côté pour accueillir glorieusement chaque être humain. Le Créateur du ciel et de la terre et de tout ce qui s'y trouve, est simplement attristé de voir les hommes, les femmes, enfermés dans leur petite vie de vanité, à poursuivre des rêves autour de leur petite personne qui finira en poussière. Ils ne saisissent pas l'amour de Dieu manifesté en son Fils Jésus qui a donné sa vie, son sang en rançon pour le rachat de leur âme. Ils ne veulent pas entendre la vérité concernant le péché qui habite en eux, qui les rends mortels en les privant du paradis. Ils ne veulent pas comprendre la nécessité d'une justification par la grâce de Dieu, par le moyen de la foi en Christ, afin de recevoir la vie éternelle et l'accès libre dans le royaume de Dieu, dans le paradis ! Ils ne veulent pas entendre ce qui est écrit : "Le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur" (Romains 6.23).

La Bible nous enseigne que le corps physique n'est qu'une enveloppe. Quand cette enveloppe meurt, elle libère ce que nous sommes réellement à l'intérieur : notre esprit et notre âme. Et voilà ce qui se passe à la mort : Si notre esprit est celui d'origine, celui que nous avons reçu dans le ventre de notre maman, s'il n'a pas été changé par un acte de foi en Jésus Christ, alors il n'appartient pas à Dieu, il retournera à celui à qui il appartient, à Satan l'auteur du péché et de la mort. En effet, si dans le ventre de notre maman, notre esprit était innocent et pur, après notre naissance et en grandissant, le péché s'est développé en nous, et nous sommes devenus tous pécheurs ! "Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu" (Romains 3.23). Mais, si notre esprit a été changé à un certain moment de notre vie par un acte de foi en Jésus-Christ, suivi d'une conversion réelle, alors nous sommes nés de nouveau ; et par notre nouvelle naissance, Dieu nous a donné un Esprit nouveau qui appartient à Dieu. À la mort, à la destruction de notre corps corruptible, cet Esprit nouveau retournera à Dieu. Et lorsque Jésus reviendra, il nous ressuscitera en un clin d'oeil pour nous donner un corps incorruptible.

Ce que nous sommes dans notre corps physique est temporaire. Ce que nous sommes en Esprit demeure éternellement. Cela veut dire que la vanité de notre existence cesse le jour de notre conversion, lorsque par une nouvelle naissance, Dieu fait mourir notre vieille nature de péché et de mort, et nous donne un Esprit nouveau. Ce qui fait de nous une nouvelle créature, un homme nouveau, ou une femme nouvelle. "Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles" (2 Corinthiens 5.17).

Lorsque Dieu nous exhorte à marcher selon l'Esprit et non selon la chair, il nous demande de comprendre ces choses (Galates 5.16). La chair est une puissance de péché et de mort qui habite notre corps physique et nos membres. En soi, notre corps physique n'est pas remis en cause, mais c'est une loi immuable que le péché habite dans la chair : "Je suis par la chair esclave de la loi du péché" (Romains 7.14-25). Ce qui nous délivre, c'est une autre loi infiniment plus puissante : la loi de l'esprit de vie en Jésus-Christ, que nous recevons par une nouvelle naissance à notre conversion. Nous recevons l'Esprit de Dieu qui nous permet d'avoir la victoire sur la chair. "Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit" (Romains 8.3-4).

Il y a donc deux façon de vivre, soit en s'affectionnant des choses de la chair, soit en s'affectionnant des choses de l'Esprit. Ceux qui ne connaissent pas Dieu ne peuvent que vivre en s'affectionnant des choses de la chair, parce que l'esprit en eux est mort spirituellement, coupé de Dieu à cause du péché. Pour s'affectionner des choses de l'Esprit,il faut d'abord se convertir, donc croire en Dieu, se repentir de ses péchés, naître de nouveau et recevoir l'Esprit de Dieu. "Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s'affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l'esprit s'affectionnent aux choses de l'esprit. Et l'affection de la chair, c'est la mort, tandis que l'affection de l'esprit, c'est la vie et la paix" (Romains 8.5-6).

Heureusement, il n'est jamais trop tard pour commencer une nouvelle vie ! Quand Dieu regarde une personne née de nouveau, il la voit dans l'Esprit comme une nouvelle créature parfaite, juste et sainte. C'est ainsi que nous devons apprendre à nous regarder, si nous sommes nés de nouveau. C'est comme cela que Jésus a regardé le condamné à mort repentant, cloué à côté de lui sur la croix, et qu’il a pu lui dire : "Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis.“ (Luc 22.43).

 
Ecrit par alberto, le Vendredi 24 Juillet 2020, 12:49 dans la rubrique Dire Dieu.
Repondre a cet article


Version  XML  - Cette page est peut-être encore valide XHTML1.1 et CSS sans tableaux.


Ce site est référencé sur le
Top Chrétien Francophone