Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Il a fallu qu’un jour Dieu fasse l’homme !

“Cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira”
Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

© Alberto
© Photos et textes. Tous droits réservés.
Recherche

Archive : tous les articles
Si Dieu me dit : "Je suis ton médecin", je le crois et je l'accepte pour de vrai.
Je pense que la guérison passe par l'enseignement de Jésus et de ses apôtres. La guérison comme le salut dépendent de la connaissance des Ecritures. "Mon peuple est détruit, parce qu'il lui manque la connaissance" (Osée 4.6).

Si tu ne fais pas mourir la chair, comme la Bible le préconise : "Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie" (Col 3.5), alors il se peut que la maladie l'emporte sur la guérison. Il y a des chrétiens qui meurent d'une maladie parce qu'ils n'ont pas fait mourir la chair. Par manque de connaissance, ils n'ont pas compris le processus de libération révélé pour nous à l'apôtre Paul par le Seigneur Jésus. Je pense que le coeur de toute libération se trouve dans Romains 6,7,8. Ça rappelle aussi le combat de Jacob qui a lutté courageusement toute la nuit avec un homme (l'ange de l'Eternel). L'homme dit à Jacob : "Laisse-moi aller, car l'aurore se lève. Et Jacob répondit: Je ne te laisserai point aller, que tu ne m'aies béni" (Ge 32.26). Et au petit matin, Jacob qui a persévéré a été béni. "Le soleil se levait, lorsqu'il passa Peniel*. Jacob boitait de la hanche" (Ge 32.31). Jacob boitait, oui, mais il était guéri. Là, à cet endroit, Jacob reçu sa nouvelle identité. L'homme avec qui il avait lutté lui dit : "Ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur" (Ge 32.28).

L'expérience par laquelle tout enfant de Dieu doit passer est celle décrite par l'apôtre Paul dans Romains 6,7,8. C'est le passage obligé de tout chrétien. Ce combat entre la chair et l'esprit est déterminant, parce qu'il nous permet d'apprendre à discerner entre les trois partie de notre être, l'esprit, l'âme et le corps, et particulièrement entre l'âme et l'esprit. Comme un couteau bien affuté qui permet de désosser dans un gigot l'os de la viande. Paul écrit : "La parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur" (He 4.12). Dans l'expérience de Ro 6,7,8, nous apprenons à discerner exactement l'esprit et l'âme. Et la chair devient une évidence. Nous comprenons que la partie en nous de l'esprit est morte et ressuscitée. En revanche, la partie en nous de la chair n'est ni morte ni ressuscitée. Nous comprenons donc qu'elle doit mourir, car la résurrection implique d'abord la mort. Il faut donc faire mourir cette chair.

Paul nous explique en long et en large cette démarche, qui permet à Dieu, si nous la mettons en pratique et en persévérant jusqu'au bout, de nous révéler notre véritable identité en Christ. D'où la nécessité d'étudier la parole de Dieu, de s'y pencher même le plus tôt possible dans nos jeunes années, de faire ce bon choix de vie par rapport à tous les autres choix de vie liés à la recherche d'un métier. Très tôt, au début de ma conversion, lorsque j'ai reçu Jésus dans mon coeur, j'ai reçu aussi toute sa Parole. J'ai souligné de nombreux passages dans ma Bible. J'ai pris au sérieux chaque verset, parce que je crois que chaque verset est vrai. Et donc dès le début, lorsque j'ai lu : "Je suis l'Éternel, qui te guérit" (Ex 15.26), je l'ai souligné et je l'ai pris pour moi. Depuis, je n'ai consulté que très rarement un médecin. Si Dieu me dit : "Je suis ton médecin", je le crois et je l'accepte pour de vrai. Je vis avec cette conviction. Je ne me hâte donc pas d'aller chez le médecin dès qu'un symptôme de maladie se fait ressentir, parce que je sais que cela vient du diable. Je me confie en Christ, en son nom, et en sa parole. Je pense qu'il est important de s'habituer dès le plus jeune âge à se confier en Christ et de croire qu'il est celui qui nous guérit.

Quand tu as compris que les conséquences du péché sont les maladies, les infirmités, et la mort, et que cette puissance de péché et de mort habite dans notre chair, tu as compris d'autant plus la nécessité de la faire mourir. La mort naturelle nous en délivrera. Mais la grande révélation du Seigneur est de nous montrer comment de notre vivant, il est possible de faire mourir les membres de la chair qui nous incitent à pécher.

Le conflit commence dès la nouvelle naissance, lorsque nous recevons notre nouvelle nature recréée en Christ par l'esprit nouveau qu'il nous donne. L'esprit nouveau en nous, qui est notre homme nouveau, se trouve alors confronté avec la chair dans laquelle habite le péché. L'homme-esprit lutte avec l'homme-physique. Dieu lutte avec toi, parce que dans ton esprit habite le Saint-Esprit qui est Dieu (Père et Fils). La puissance de l'esprit de vie en Jésus-Christ lutte contre la puissance du péché et de la mort. La lutte diminue d'autant que tu fais mourir les membres qui sont sur la terre (l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie). "Ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs" (Ga 5.24). La lutte s'achève quand tu as fait mourir tous les membres, tout ce qui est chair en toi. "Car celui qui est mort est libre du péché" (Ro 6.7). Il n'y a pas d'autre secret pour avoir la victoire sur le péché. Dieu est prêt à te révéler toutes ces choses liées à sa parole, mais seulement si tu le désires de tout ton coeur. Il faut cependant que tu comprennes bien les deux sens donnés à la chair. La chair qui compose ton corps physique n'est pas mise en cause, mais c'est la chair dans laquelle habite la puissance de péché et de mort et qui est directement reliée au diable. L'esprit, lui, te relie à Dieu, la source de la vie éternelle. Entre les deux, il y a ton âme qui est ton être conscient intérieur, avec lequel tu agis selon tes pensées, tes sentiments et ta volonté. Tu ressens fortement le conflit entre l'esprit et la chair, selon ce qui est écrit : "La chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez" (Ga 5.17).

Tu es à la tour de contrôle avec ton âme. À toi d'agir. Si tu laisses la puissance de l'esprit dominer, la chair doit s'effacer et demeurer dans l'impuissance. Si tu laisses la puissance de la chair dominer, alors c'est l'esprit qui se retire. La victoire s'acquiert lorsque nous arrivons à laisser en permanence l'esprit contrôler notre vie.

La victoire sur le péché est déjà le commencement de toute guérison. Quoique parfois, la guérison est difficilement gérable dans le cas des enfants frappés d'une maladie mortelle comme le cancer. Les pauvres sont livrés aux médecins qui font de leur mieux. Et ils meurent. C'est insupportable ! Mais c'est aussi insupportable quand un chrétien adulte meurt d'une maladie. Ce n'est pas, en tout cas, la volonté de Dieu, puisqu'à la croix, Christ a porté à la fois notre péché, mais toutes les conséquences du péché : maladies, douleurs, infirmités, malédiction (voir Deutéronome 28, obéissance et désobéissance, bénédiction et malédiction). S'il a porté nos maladies, sa volonté n'est pas de nous voir porter cette même maladie,mais de nous en guérir. C'est fait depuis deux mille ans. Dieu voudrait nous faire comprendre que la guérison des maladies, comme le pardon des péchés, correspondent à l'héritage qu'il a acquis pour nous à la croix, pour nous ses enfants, et qui est disponible dans les lieux célestes, dès maintenant pour chacun de nous par la foi. De nombreuses paroles bibliques nous sont données sur lesquelles nous pouvons nous appuyer fermement lors de nos demandes. "Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu'il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée" (1 Jean 14-15). "C'est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu, et vous le verrez s'accomplir" (Marc 11.24).

Dieu est souverain et il a établi ses lois naturelles et spirituelles pour l'éternité. Mais dans son amour et sa justice, le Seigneur s'est engagé à travailler avec ses disciples et à confirmer sa parole par des miracles (Marc 16.20).

Nous avons compris que la volonté du Seigneur est de guérir. Mais avons-nous compris quel est son but ? Je pense que la guérison passe par la compréhension de l'enseignement de Jésus et par la foi. Il a envoyé ses disciples dans le monde pour qu'ils fassent eux-mêmes des disciples. "Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde" (Mat 28.19-20). Nous oublions trop souvent le but de Dieu qui est de former des disciples "jusqu'à ce qu'ils parviennent tous à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ" (Eph 4.13). Rien n'empêche le Dieu souverain de guérir, il est au-dessus de ses lois établies. Mais l'enseignement de Jésus qui passe par le perfectionnement des saints ouvre la voie sur la sanctification qui ne peut mener qu'à la guérison des maladies. L'âme purifiée laisse passer la puissance de l'esprit de vie en Jésus-Christ jusque dans le corps physique qui s'en trouve vivifié. La Parole dit : "Si l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d'entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous" (Ro 8.11). La victoire sur le péché ne peut qu'ouvrir la porte en grand sur la guérison des maladies et sur la sanctification. Nous savons donc ce que nous devons rechercher : "Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur" (Hé 12.14) !

* analogie avec la délivrance de Lot : "Le soleil se levait sur la terre, lorsque Lot entra dans Tsoar" (Ge 19.23).

Ecrit par alberto, le Vendredi 11 Juin 2021, 00:11 dans la rubrique Dire Dieu.
Repondre a cet article


Version  XML  - Cette page est peut-être encore valide XHTML1.1 et CSS sans tableaux.


Ce site est référencé sur le
Top Chrétien Francophone