Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Il a fallu qu’un jour Dieu fasse l’homme !

“Cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira”
Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

© Alberto
© Photos et textes. Tous droits réservés.
Recherche

Archive : tous les articles
"Tu me manques"
--> Lettre d'une femme dédiée aux personnes frappées du deuil
"Mon amie, c’est à toi que je dédie ces quelques lignes. Ta détresse est immense et ton courage impressionnant... Tu avais trente ans à peine, toute une vie remplie d’amour et de rires quand soudain, sur une route de retour, tes deux enfants et l’homme de ta vie t’ont été arrachés. Enfermée dans ton coma, tu n’as pas vu cette foule immense venue t’entourer pour les accompagner dans leur dernière demeure terrestre...

“Tu me manques !“
Combien de fois l’as-tu crié, ce cri de souffrance et de révolte depuis ton réveil... Comment vivre sans eux ? Comment être alors qu’ils ne sont plus, eux qui me donnaient le sens même de mon existence ? Pourquoi eux et pas moi ? Où sont-ils allés ? Pour quoi et pour qui vivre maintenant ?

La mort : un scandale
Tous nous ressentons la mort comme un scandale, une injustice... Elle nous prend tellement au dépourvu ! Elle nous rappelle de façon brutale notre fragilité, la futilité des choses qui nous occupent au quotidien. Paradoxalement, elle nous apprend aussi à vivre pour ce qui compte le plus : l’amour . L’amour que nous donnons au quotidien, l’amour reçu aussi. Elle appelle en nous quelque chose de grand, de fort et de transcendant qui la dépasserait, la rendrait sans force.
Il est légitime de trouver l’idée de la mort insupportable : comment admettre, en effet, la disparition de ceux que nous aimons et, plus dur encore, comment faire face à notre propre disparition ? La mort heurte de plein fouet une aspiration inscrite de façon indélébile dans nos cœurs : la pensée de l’éternité1. Comment expliquer et supporter cet arrachement programmé alors que nous avons le sentiment d’avoir à peine commencé à vivre ?

Où trouver une réponse ?
Les connaissances scientifiques s’avèrent bien peu utiles pour apporter des solutions à notre désarroi : elles qui ne savent pas rendre compte de ce qu'est l'essence même de la vie, comment pourraient-elles définir ce qu'est la cessation de la vie ? Et s'il y a un “après la mort” - et je crois personnellement que cette vie après la mort existe - nous ne pouvons pas le trouver par des connaissances scientifiques car les sciences sont incapables d’analyser ce qui n’est plus matérialisé.
C’est pourquoi, si nous voulons une réponse, c’est ailleurs que nous devons chercher. Ailleurs, auprès de quelqu’un qui aurait connu la mort et en serait sorti vainqueur !
De toutes les croyances des hommes, seule la foi chrétienne aborde clairement la question et y répond directement. En effet, la Bible présente un homme qui a fait ce voyage inédit, il a expérimenté dans son être les différents aspects de la mort pour ressusciter ensuite, continuant à vivre parmi ses proches pendant plusieurs jours. Ce témoin de la mort, c'est Jésus.

Le vainqueur de la mort
Durant sa vie terrestre, Jésus a éprouvé les mêmes sentiments et angoisses que nous face à la mort. Il a pleuré la disparition de son ami Lazare2, il est entré dans une angoisse profonde durant les heures qui ont précédé son exécution, alors même qu’il connaissait en détail le supplice qui l’attendait et qu’il l’avait pleinement accepté. Durant ces heures terribles, son stress était tel qu'il a transpiré une sueur mêlée de sang3.
Après une nuit entière de torture et d’interrogatoire, Jésus connut l’agonie atroce d’un criminel de droit commun romain, cloué sur une croix. Inhumé dans un tombeau creusé dans le rocher, devant lequel plusieurs hommes avaient roulé une énorme pierre, il réapparait pourtant au milieu de dizaines de personnes trois jours après4. Son corps de ressuscité n’était pas une représentation virtuelle, symbolique ou poétique : pendant près de 40 jours, ses amis l’ont vu, ils l’ont touché, ils ont observé les cicatrices sur ses mains et ses pieds, ils ont parlé et mangé avec lui.

Sa victoire est la tienne
Tu vois, mon amie, la résurrection de Jésus est notre plus formidable espérance ! Si Jésus est ressuscité, alors la mort peut être vaincue ! La mort n’est plus la fin de l’histoire. Jésus a vaincu la mort : il a surmonté par amour pour nous tous les verrous de la mort en donnant sa vie à notre place et il ouvre la voie de la vie éternelle à ceux qui placent leur confiance en lui. “Je suis la résurrection et la vie, a-t-il dit à la sœur de Lazare, si tu crois en moi tu vivras, même après la mort5”.La résurrection de Jésus peut être aussi la tienne : si tu places ta confiance en lui, tu connaîtras, comme lui, la vie après la mort, avec un corps différent mais réel, reconnaissable par tes proches et glorieux, débarrassé de toutes les limitations actuelles, sans maladie, ni souffrance6.
Où me diras-tu ? Dans une demeure préparée d’avance par Jésus lui-même pour tous ceux qui placent leur confiance en lui. “Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père, je vais vous préparer une place et je vous prendrai avec moi afin que là où je suis, vous y soyez aussi7”.

Choisis la vie
Ainsi, mon amie, je t’en prie, sèche tes larmes et trouves la paix pour ton âme. Viens au devant de celui qui est la résurrection et la vie et il consolera ton cœur. Ne perds pas courage face à toutes les épreuves de cette vie terrestre car elles ne sont pas la fin de toutes choses. Fixes ton regard sur lui, il saura te guider vers ce qui demeure et dure éternellement. Lui qui a souffert comme toi le deuil et la souffrance, comprend ta douleur. Il veut la porter avec toi en te donnant en retour sa joie et son espérance. Entre dans ses projets et avec lui, choisis la vie. Une vie libérée de la peur de la mort puisqu’en Jésus tu reçois la vie !"
Anne-Marie Husson

Citations bibliques :
1. Ecclésiaste 3.11
2. Jean 11.35
3. Luc 22.44
4. 1 Corinthiens 15.3-7
5. Jean 11.25
6. 1 Corinthiens 15.42-43
6. Jean 14.3

“Attaches ton regard, non aux choses visibles mais à celles qui sont invisibles : car les choses visibles sont passagères et les invisibles sont éternelles “.
 La Bible : 2 Corinthiens 4.18



Ecrit par alberto, le Jeudi 5 Juillet 2007, 10:43 dans la rubrique Dire Dieu.


Version  XML  - Cette page est peut-être encore valide XHTML1.1 et CSS sans tableaux.


Ce site est référencé sur le
Top Chrétien Francophone