Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Il a fallu qu’un jour Dieu fasse l’homme !

“Cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira”
Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

© Alberto
© Photos et textes. Tous droits réservés.
Recherche

Archive : tous les articles
Jeudi (20/02/20)
La connaissance de Dieu dans notre coeur

Nous voyons que la France s'achemine vers de grands problèmes parce que l'esprit de l'antéchrist est à l'oeuvre dans la classe politique, tout le monde peut s'en apercevoir. S'il n'y a pas un retournement de puissance pour résister par les chrétiens, alors l'ennemi diabolique continuera son oeuvre. Nous savons qu'il peut être un instrument de jugement entre les mains de Dieu. Nous savons aussi que lorsqu'il y a repentance, les jugements de notre Dieu miséricordieux sont stoppés. Nous prions donc pour la repentance des Français. "Tout est possible à celui qui croit". Nous prions pour que dans la jeune génération, tous ceux qui se lèvent dans la foi en Christ, soient fortifiés, encouragés, et qu'ils croissent dans une foi solide et inébranlable. "Nous ne sommes pas destinés à la colère".

Par ailleurs, nous n'avons pas oublié le constat terrible du prophète Osée concernant le peuple et son manque de connaissance par rapport à son Dieu : "Mon peuple est détruit, parce qu'il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance, je te rejetterai, et tu seras dépouillé de mon sacerdoce; puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, j'oublierai aussi tes enfants." (Osée 4.6). C'est très grave ! Il ne faudrait pas que le peuple de Dieu meurt par manque de connaissance ! Nous prions donc que la connaissance en matière de salut en Jésus-Christ augmente de plus en plus parmi les chrétiens convertis et touche aussi en très grand nombre les païens de toutes nationalités. Il y a un seul Dieu, mais toutes les religions n'ont pas le même Dieu. Notre Dieu unique est celui qui nous a aimés jusqu'à donner sa vie en rançon pour nos péchés. Son nom est Jésus-Christ !

"Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, qui s'est donné lui-même en rançon pour tous. C'est là le témoignage rendu en son propre temps" (1 Timothée 2.5-6).

"Il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés." (Actes 4.12).

Aujourd'hui, la connaissance de Dieu est à la portée d'un click. Tout le monde peut s'approprier cette connaissance diffusée sur les réseaux sociaux, il suffit de le vouloir. Mais cela ne se fait pas à coup de baguette magique ! Il faut du temps (donc s'y prendre à l'avance), et il faut avoir autant que possible l'amour de la vérité pour être sauvé(e) !

"C'est pourquoi, selon ce que dit le Saint Esprit: Aujourd'hui, si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas vos coeurs" (Hébreux 3.7). Maintenant, en lisant attentivement la suite de ce verset et en le ruminant (parce que la Parole de Dieu est une nourriture), nous augmentons notre connaissance en matière de salut en Jésus-Christ, en ce que cette connaissance descend dans notre coeur et y demeure : https://www.lueur.org/bible/lire/H%C3%A9breux3.7/LSG?contexte

Ecrit par alberto, a 10:16 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mardi (18/02/20)
Réponse de Dieu à la solitude

Si quelqu'un n'a pas une épaule solide où reposer sa tête le jour de son malheur, il est vraiment seul ! Quand l'être en détresse ne trouve pas les bras de consolation dont il aurait besoin, alors la vie pour lui n'a vraiment plus de sens.

Après avoir vécu trois années ensemble avec ses disciples et triomphé de la croix par sa résurrection, le moment pour Jésus vint de se séparer d'eux. Avant d'être enlevé au ciel, il leur dit cette phrase : "Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous." (Jean 14.18)

Il parlait du Saint-Esprit qu'il avait promis de leur envoyer de la part du Père. Les disciples ne savaient pas trop ce que cela voulait dire. Mais, obéissant à leur maître, ils attendirent dans la chambre haute (leur salle de réunion) la venue du Saint-Esprit. Il vint comme promis, et voici comment le livre des Actes des Apôtres nous rapporte cet événement unique : "Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d'un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d'eux. Et ils furent tous remplis du Saint Esprit, et se mirent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer." (Actes 2.1-4)

Ce jour est resté marqué dans le calendrier des chrétiens comme étant le jour de la Pentecôte, le jour de l'effusion du Saint-Esprit venu pour la première fois sur la terre. Depuis ce jour, le Saint-Esprit habite en permanence dans le coeur des croyants baptisés au nom de Jésus (ou au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit). Le Saint-Esprit ne pouvait pas être envoyé avant. "Il fallait d'abord que Jésus, le Fils de l'homme souffrît beaucoup, qu'il fût rejeté par les anciens, par les principaux sacrificateurs et par les scribes, qu'il fût mis à mort, et qu'il ressuscitât le troisième jour" (Luc 9.22)

Le Saint-Esprit est maintenant la puissance qui anime les chrétiens fidèles et qui les rendent capables de témoigner. "Car ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d'amour et de sagesse." (2 Timothée 1.7)

Le Saint-Esprit est aussi appelé "le consolateur", sa fonction est donc de nous consoler quand nous en avons besoin. L'autre fonction du Saint-Esprit, non moins extraordinaire, est de nous conduire dans toute la vérité (Jean 16.13). Rien que la certitude de marcher sur le bon chemin vous enlève déjà pas mal de crainte. C'est le saint-Esprit qui nous donne la conviction d'être sur le bon chemin. Notre chemin est-il éclairé, ensoleillé ? Ou bien est-il sombre, bordé de formes sombres suscitant l'épouvante ?

Un orphelin n'a ni père ni mère. Ce n'est pas ce que Dieu veut pour les êtres humains. En réalité, l'amour de Dieu est bien trop débordant pour ne pas être derrière chaque personne. Il est donc auprès de toi, il t'entoure d'amour. Si tu ne le sais pas encore, acquiers cette connaissance. Si tu ne connais pas encore Dieu, quelque chose t'empêche de recevoir son amour et d'être conscient de sa présence : c'est le péché. Si tu pouvais seulement écouter dans ton coeur ce que Dieu veut te dire. Son message est un message d'amour. Réalise qu'il a donné sa vie pour toi. Il connaît ton nom. Il t'appelle par ton nom. Il te dit :

– je t'aime ! Et plus encore, il te dit :

– Viens à moi, n'aie pas peur ! J'ai porté tes souffrances sur la croix ainsi que tous tes péchés, j'ai pris aussi tes infirmités et je me suis chargé de toutes tes maladies ! (Mat 8.17). J'ai emporté tout cela dans le tombeau, et tu étais déjà avec moi ! Trois jour après, mon Père m'a ressuscité par sa toute puissance, et tu étais encore avec moi ! Puis, mon Père m'a fait asseoir dans les lieux célestes à sa droite, et toi aussi avec moi ! Si tu ne le sais pas, apprends-le. Dévore le Nouveau Testament et si tu crois dans ton coeur, alors tu verras poindre une grande lumière en toi. Ce n'est pas compliqué, ma bonne nouvelle est à la portée des enfants et de ceux qui leur ressemblent.

– Reconnais ton péché et repens-toi en me parlant. J'entends tout ce que tu me dis lorsque tu me pries. Décide-toi à me parler. Je suis ton Père dans les cieux. J'ai déjà tout préparé pour toi comme une maman prépare la chambre de son enfant qui va naître. Tout est prêt ! Tu peux naître de nouveau (d'une naissance de l'Esprit) si tu laisses ma Parole entrer dans ton coeur et si tu crois en mon nom. Regarde dans l'Evangile de Jean, au ch 1, les versets 12 et 13 : "À tous ceux qui l'ont reçue (la Parole), à ceux qui croient en son nom (Jésus), elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu."
Sur la croix, le Fils de Dieu a tout accompli. Lui-même l'a attesté avec cette Parole : "Tout est accompli" (Jean 19.30). Maintenant, le Saint-Esprit est prêt pour toi aussi. Tu le recevras dès ton baptême d'eau. Tu me prieras et lorsque je te l'enverrai, ce sera pour toi la Pentecôte. Alors, tu ne seras plus jamais comme avant. Tu ne sera plus jamais seul. Je serai avec toi et plus encore : je serai en toi !
 
Ecrit par alberto, a 23:35 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Dimanche (16/02/20)
Caresser dans le sens du poil, ou à rebrousse-poil ?
--> Dire la vérité


"Êtes-vous des chrétiens qui disent la vérité ou des chrétiens qui courent après des likes ?"
"Le problème des générations, c'est qu'on aime le lait et on veut pas passer à la nourriture."

JE DEVAIS DIRE LA VÉRITÉ... par Noémie #Savoir Chrétien
https://youtu.be/Rc8DoaulHVQ

Ecrit par alberto, a 23:56 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Vendredi (14/02/20)
"Dieu intervient quand il n'y a plus d'espoir humain"

– Si Dieu n'intervient pas, l'humanité disparaîtra dans trois générations, s'accordent à dire les sages selon Dieu. L'humanité va donc connaître l'intervention de Dieu qui sera semblable à celle du temps de Noé et de Lot.

L'intervention de Dieu consiste à sauver le juste et à juger le méchant.

Le juste croit en Jésus, il n'a rien a craindre, il relève la tête et il fait confiance à son Seigneur. "Que mille tombent à ton côté, et dix mille à ta droite, tu ne seras pas atteint; de tes yeux seulement tu regarderas, et tu verras la rétribution des méchants." (Psaumes 91.7-8).

Le méchant est celui qui ne croit pas en Jésus. Celui-là sera jugé et détruit, parce qu'il a négligé un si grand salut annoncé d'abord par le Seigneur, et confirmé par ceux qui l'ont entendu. "À la fin du monde, les anges viendront séparer les méchants d'avec les justes" (Matthieu 13.49). Les justes vivent donc par la foi, s'ils gardent la foi jusqu'au bout. La persévérance est donc demandée, car il est bien souligné dans la Bible que certains justes peuvent se retirer de la foi pour se perdre : "Si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l'ardeur d'un feu qui dévorera les rebelles. De quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l'alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l'Esprit de la grâce?" (Hébreux 10.26-29 et 38-39).

"Mais nous, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme." (Hébreux 10.39).

Ainsi, le juste relève la tête et il persévère. Il sait que la venue de son Seigneur est proche, il hâte son avènement et il lui fait confiance en toutes choses !


Ecrit par alberto, a 11:01 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
La dernière tour de Babel

La dernière tour de Babel



Ecoutez attentivement l'explication de "la dernière tour de Babel" par Jean-Marc Thobois. C'est "la tour" que notre humanité est en train de construire, mais qui sera la dernière, parce que, comme pour l'ancienne tour de Babel, Dieu interviendra, et cette fois d'une manière définitive. Nous sommes dans le contexte de la Babylone décrite dans le livre de l'Apocalypse.

« Quelle heure est-il à l'horloge de Dieu (3) ? » - Par Jean-Marc THOBOIS
https://youtu.be/owJQ99hF6-g


Ecrit par alberto, a 09:51 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Lundi (10/02/20)
La parabole du semeur

"Une grande foule se rassembla et des gens vinrent vers Jésus de diverses villes. Alors il dit cette parabole : Un semeur sortit pour semer sa semence. Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin; elle fut piétinée et les oiseaux du ciel la mangèrent. Une autre partie tomba sur un sol pierreux; quand elle eut poussé, elle sécha, parce qu'elle manquait d'humidité. Une autre partie tomba au milieu des ronces; les ronces poussèrent avec elle et l'étouffèrent. Une autre partie tomba dans la bonne terre; quand elle eut poussé, elle produisit du fruit au centuple. Après cela, Jésus dit à haute voix: Que celui qui a des oreilles pour entendre entende." (Luc 8,4-8).

L'homme nature ne pense qu'aux choses de la terre. Il ne connaît pas Dieu. Il ignore tout de Dieu. Il ne connaît que ce qu'il voit. Il ne vit que par ce que la nature lui a donné : ses cinq sens. Il est encerclé par la limite de ses cinq sens. Cela ne l'empêche pas de proclamer la liberté (c'est évidemment une fausse liberté). Par tous les moyens, il cherche à sortir du cercle pour s'en libérer. Il fait des projets interstellaires, mais ce n'est que de la science-fiction. Il ne sait pas faire la différence entre le ciel et la terre. Lui, il ne connaît que la terre. S'il lui arrive de voyager dans l'espace, il est étonné de ne pas y voir Dieu. Quand même, l'instinct, ou quelque chose d'autre en lui, l'incite à imaginer que Dieu habite au ciel. Du moins dans sa pensée, l'idée de Dieu reste vague. Ses sens lui dictent la marche à suivre. Il n'a pas envie de chercher Dieu. Il préfère s'installer sur la terre comme s'il allait y passer l'éternité. L'éternité, encore une idée vague qu'il préfère repousser, il n'a de conseiller que ses sens. Si vous pouviez le voir comme Dieu le voit, vous le verriez en train de tourner en rond, ou encore, comme un pauvre hamster dans sa roue (c'est une image).

L'homme nature ne mérite-t-il pas plus que cela, et même plus que tous les génies issus de nos cinq sens ? Il n'y a que Dieu pour répondre : "Oui, l'homme mérite plus que cela", car il voit aussi les génies en train de tourner en rond.

Essayez de parler à quelqu'un qui tourne en rond. Il ne sait rien faire d'autre que de tourner en rond, parce que ses cinq sens le lui obligent. D'où la grande difficulté pour Dieu d'interpeller sa créature déchue depuis le temps d'Adam.

Essayez de lui parler d'Adam et Eve, il va se mettre à tourner en rond plus intensément et vous traiter de "fou" ! C'est que "l'homme animal ne reçoit pas les choses de l'Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui" (1 Corinthiens 2.4).

Pour qu'un homme se mette à l'écoute de Dieu, il faut donc un miracle. Dieu lui-même a parlé depuis les origines, il parle encore aujourd'hui, et tous ceux qui ont le témoignage de Jésus se mettent à parler. Tous n'écoutent pas, mais au moins tous auront entendu la prédication de la croix. Le miracle se produit lorsqu'une personne entend le message de Dieu et se trouve interpellé. Cela signifie que le Saint-Esprit a trouvé un coeur honnête et bon pour recevoir la semence de Dieu qui est sa Parole.

En général, les coeurs sont devenus insensibles et embrouillés par les choses vaines de ce monde. C'est la vanité de l'existence qui pousse les gens à tourner en rond. Leurs jours se consument vite et ils voient arriver la vieillesse plus tôt que prévu. Ont-ils passé outre l'issue heureuse prévue par le Créateur ? N'ont-il jamais vu la croix ? La Parole de Dieu nous ramène sur terre : "Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent ; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu." (1 Corinthiens 1.18). Sur terre, il y a donc ceux qui périssent et ceux qui sont sauvés !

Voilà pourquoi aussi la Parole de Dieu est, pour certains, difficile à entendre. On comprend que ceux qui périssent ne peuvent pas l'entendre, pourtant s'ils l'écoutaient, ils seraient sauvés. Et il y en a eu des perdus du temps de Noé lors du déluge, et du temps de Lot lors de la destruction de Sodome et Gomorrhe ! Et pourquoi ? Parce qu'ils n'ont pas écouté !

Néanmoins, voilà la réalité et la vérité. Laissons maintenant le Seigneur Jésus lui-même nous expliquer la parabole du semeur, c'est-à-dire de celui ou celle qui sème la Parole de Dieu dans le coeur des hommes :
"Voici ce que signifie cette parabole: la semence, c'est la parole de Dieu. Ceux qui sont le long du chemin, ce sont ceux qui entendent; puis le diable vient et enlève la parole de leur cœur, de peur qu'ils ne croient et soient sauvés. Ceux qui sont sur le sol pierreux, ce sont ceux qui, lorsqu'ils entendent la parole, l’acceptent avec joie; mais ils n'ont pas de racine, ils croient pour un temps et abandonnent au moment de l'épreuve. Ce qui est tombé parmi les ronces, ce sont ceux qui ont entendu la parole, mais en cours de route ils la laissent étouffer par les préoccupations, les richesses et les plaisirs de la vie, et ils ne parviennent pas à maturité. Ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux qui ont entendu la parole avec un cœur honnête et bon, la retiennent et portent du fruit avec persévérance." (Luc 8.11-15)

 
Ecrit par alberto, a 14:02 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Dimanche (09/02/20)
Reprendre souffle
--> “Tu aimeras ton prochain comme toi-même”
Que nous le voulions ou non, nous sommes conditionnés par le milieu dans lequel nous avons grandi et où nous continuons d'évoluer. Je ne suis pas sûr que la majorité des gens en soient conscients. Car, sur tous les plans : familial, social, intellectuel, spirituel…, la culture de l'environnement qui nous a vus grandir a imprégné notre manière de voir les choses. Non seulement notre pays d’origine, mais notre région, avec ses moeurs, ses coutumes, sa religion, sa politique, tout cela a façonné notre système de pensée. Ce n'est qu'après réflexion, peut-être suite à des rencontres avec des gens d'ailleurs, des étrangers, que quelque chose peut bouleverser notre façon de voir les choses jusqu’à faire remonter du fond de soi des questions angoissantes. Si mon prochain ne pense pas comme moi, est-ce que je vais l'accepter quand même ? Et inversement, mon prochain m'acceptera-t-il même s'il ne pense pas comme moi ? Comment la tolérance jouera-t-elle face aux divergences de nos pensées ?

Telle est finalement la situation de base assez conflictuelle à laquelle chacun de nous se trouve confronté, et quand la religion s'en mêle tout se complique, nous le savons. Nous avons appris qu’à ce niveau-là, tout peut arriver pour le meilleur, mais aussi pour le pire !

Qui n’a pas ressenti les difficultés inouïes à l’idée de sortir d’un système de pensée tellement façonné par notre humanité, celui de notre univers carré, voire carcéral, limité, où la pensée s'en trouve emprisonnée, condamnée à ne plus jamais changer ! Mais quel bien-être lorsqu’un appel d'air, un souffle bienfaisant  venant d'une conscience sincère et désireuse de sortir des sentiers battus, vient vous ressaisir le coeur ! La tête se relève ! Cet appel d'air venu d'en haut, ne serait-ce pas l'Esprit de Dieu répandu sur toute chair et annoncé par les prophètes de la Bible ? Si c’est le cas, alors nous y sommes ! “Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair ; vos fils et vos filles prophétiseront, vos jeunes gens auront des visions, et vos vieillards auront des songes.“ ( Actes 2.17)

Ecrit par alberto, a 22:49 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Vendredi (31/01/20)
Contre le politiquement correct

La Bible n'a pas de langue de bois, elle ne tourne pas autour du pot. Quand la Bible parle de la chair, elle parle de la chair ; et quand la Bible parle de l'esprit, elle parle de l'esprit. Elle appelle un chat un chat, afin de bien nous faire comprendre la réalité de la vérité. Entre la chair et l'esprit, il y a l'âme. L'âme est l'instrument qui donne le ton à l'un ou à l'autre. Nos émotions, nos raisonnements, nos pensées, nos choix, passent par l'âme. Nous avons donc intérêt à la garder pure parce qu'elle est notre être intérieur conscient entre l'Esprit qui a sa source en Dieu et la chair qui a sa source dans le diable. Seul Dieu peut nous révéler la vérité de ces choses par sa Parole et nous apporter la pureté par le moyen de la foi en Christ. Le sang pur de Jésus-Christ ayant été versé sur la croix, suffit pour nous purifier de tout péché.

Puisque nous sommes tous pécheurs, nous avons tous besoin de la grâce de Dieu. Il nous est dit que "La loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ" (Jean 1.17). Et il nous est dit encore que "C'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu." (Ephésiens 2.8).

La loi qui est venue de Moïse ne nous sauvera jamais, en revanche, elle montre à notre conscience les péchés que nous commettons. Ensuite, pour changer radicalement de vie et se convertir en Jésus-Christ, il suffit que le Saint-Esprit nous convainque de péché, de justice et de jugement, comme il est dit dans l'évangile de Jean (Jean 16.8).

Et maintenant, voilà pourquoi le Dieu juste qui nous aime, nous donne la grâce, et c'est par le moyen de la foi que nous pouvons la recevoir. La grâce, c'est Christ qui a pris sur lui, en son corps, notre condamnation. Par la foi, en croyant de tout notre coeur, mettons donc tout en oeuvre pour recevoir Christ en nous.

C'est le parler vrai, et non le politiquement correct, qui nous permettra de recevoir ce que l'apôtre Paul nous a révélé, le mystère caché au monde depuis des siècles et révélé maintenant aux croyants, savoir : Christ en vous, l'espérance de la gloire (Colossiens 1.26-27).

Il n'y a pas d'autre but aussi excellent pour la vie de l'homme !

 
Ecrit par alberto, a 12:42 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Dimanche (26/01/20)
Si tu es mort au péché, bienvenue dans la grâce du Seigneur Jésus-Christ !

Moïse est mort. Moïse est-il mort pour toi ? Je veux dire : la loi qui nous a été donnée par Moïse, est-elle derrière toi, ou rames-tu encore avec elle ? Ou bien (ce que j'espère) es-tu dans la grâce et la vérité qui sont venues par Jésus-Christ ?

"Car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ." (Jean 1.17)

"De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu" (Romains 7.4).

Si tu es de ceux qui ont été "par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi," alors tu es mort à la loi. Tu es mort au péché et tu es vivant pour Dieu, par Jésus-Christ notre Seigneur.

"Sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, fin que le corps du péché soit détruit (afin que le péché qui est dans le corps soit réduit à l'impuissance), pour que nous ne soyons plus esclaves du péché ; car celui qui est mort est libre du péché. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus ; la mort n'a plus de pouvoir sur lui. Car il est mort, et c'est pour le péché qu'il est mort une fois pour toutes ; il est revenu à la vie, et c'est pour Dieu qu'il vit. Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus Christ." (Romains 6.6-11).

"Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus Christ". Si tu es mort au péché, tu es vivant pour Dieu, par Jésus-Christ notre Seigneur ! Crois (comme moi) – parce que c'est écrit – que Jésus nous a pris avec lui dans sa mort sur la croix et il nous a pris avec lui dan sa résurrection.

Comprenez une chose : "Une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu'il est vivant ; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari… De même, mes frères, vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu… Nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que maintenant nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli." (Romains 7.1-6).

Tu as laissé la loi derrière toi et tu es passé dans la grâce. Cela revient à dire que tu es passé de la mort à la vie. Tu es passé du monde au royaume de Dieu. Tu as compris que la loi travaille pour la mort et que la grâce travaille pour la vie.

La loi travaille pour la mort, elle doit faire mourir : "Je n'ai connu le péché que par la loi. Car je n'aurais pas connu la convoitise, si la loi n'eût dit: Tu ne convoiteras point. Et le péché, saisissant l'occasion, produisit en moi par le commandement toutes sortes de convoitises ; car sans loi le péché est mort. Pour moi, étant autrefois sans loi, je vivais ; mais quand le commandement vint, le péché reprit vie, et moi je mourus." (Romains 4.7-12).

"Celui qui est mort est libre du péché" (Romains 6.7). Si tu es mort au péché, bienvenue dans la grâce du Seigneur Jésus-Christ ! Plus tu avances avec Christ, plus tu te rends compte de la nécessité de bien lire sa Parole et de la méditer. Sinon tu ne peux, ni avancer, ni vaincre les géants :

"Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ; il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ. Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions." (Ephésiens 2.4-10)

Après la mort de Moïse

Maintenant, tu peux aborder le livre de Josué qui s'ouvre par ces mots : "Après la mort de Moïse, serviteur de l'Éternel, l'Éternel dit à Josué, fils de Nun, serviteur de Moïse: Moïse, mon serviteur, est mort ; maintenant, lève-toi, passe ce Jourdain, toi et tout ce peuple, pour entrer dans le pays que je donne aux enfants d'Israël. Tout lieu que foulera la plante de votre pied, je vous le donne, comme je l'ai dit à Moïse…" (Lire attentivement Josué 1.1-9)

Maintenant, tu peux partir à la conquête de Canaan, la terre promise, ou encore : le royaume de Dieu.

Prends garde toutefois, car si tu ne passes pas le Jourdain, aucune conquête ne sera possible, tu resteras alors dans le désert jusqu'à ce que mort s'en suive ! Mais si tu es bien mort au péché et à la loi de Moïse (il n'est jamais trop tard), alors l'univers promis s'ouvre devant toi, l'héritage d'Abraham réservé aux saints. Il faut alors te mettre debout et partir au combat. C'est un combat spirituel.

L'apôtre Paul n'a de cesse d'encourager les chrétiens de toutes ses églises : "Je ne cesse de rendre grâces pour vous, faisant mention de vous dans mes prières, afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance, et qu'il illumine les yeux de votre coeur, pour que vous sachiez quelle est l'espérance qui s'attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu'il réserve aux saints, et quelle est envers nous qui croyons l'infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force. Il l'a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. Il a tout mis sous ses pieds, et il l'a donné pour chef suprême à l'Église, qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous." (Ephésiens 1-15-23).

Pour nous chrétiens d'aujourd'hui, la conquête de la terre promise est un combat spirituel par lequel nous sommes appelés à vaincre l'ennemi que le Seigneur Jésus a déjà vaincu. Et comme au temps des israélites, le Seigneur nous assure de la victoire totale par la promesse de sa présence, – et plus encore que dans l'ancienne alliance, car dans la nouvelle alliance, Christ n'est pas seulement "avec nous", mais Christ est "en nous" ! Nous combattons non pas avec des armes charnelles, mais spirituelles. "Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes." (Ephésiens 6.12).

"Les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles ; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s'élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l'obéissance de Christ." (2 Corinthiens 10.4-5).
 
Les géants que nous devons abattre sont des forteresses démoniaques que l'ennemi a bâti à notre insu lorsque nous étions esclaves de la chair. Ce sont aussi les faux raisonnement, les fausses conceptions, les fausses doctrines, les faux systèmes, les dérèglements, les maladies, toutes les oeuvres de la chair que l'ennemi a réussi à produire en nous par le mensonge. Notre âme a besoin d'être purifiée de tout mensonge. Dans sa prière au Père, Jésus demande : "Sanctifie-les par ta vérité: ta parole est la vérité." (Jean 17.17)

Plus la Parole de Dieu passe de notre cerveau (de notre entendement) et descend dans notre coeur, plus le travail de Dieu se fait en nous. Ensuite, nous avons besoin de le croire parce que tout passe par la foi. Dans sa fidélité, Dieu nous confirme ce qu'il nous dit par une révélation intérieure, spirituelle, pour nous édifier, nous instruire, et nous donner des convictions.

Ainsi ce que Dieu a dit à Josué après la mort de Moïse, Dieu peut te le dire à toi comme à moi. Pour cet engagement, je ne sais si tu le sais, mais Dieu sait combien nous avons besoin d'encouragements ! À chacun de nous de nous mettre en position d'écoute pour entendre ce que le Seigneur veut nous dire personnellement et, crois moi, cela en vaut la peine ! "Nul ne tiendra devant toi, tant que tu vivras. Je serai avec toi, comme j'ai été avec Moïse ; je ne te délaisserai point, je ne t'abandonnerai point…" (lire attentivement Josué 1.1-9 et plus).
 
Ecrit par alberto, a 11:00 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Jeudi (23/01/20)
Dieu nous appelle à vivre non par la vue, mais par la foi
--> en vivant non selon la chair mais selon l'Esprit

Le chrétien né de nouveau qui a décidé de marcher fidèlement avec son Sauveur ne restera pas au stade d'enfant, mais avec le temps, il va grandir en maturité. C'est du moins le but du Seigneur d'amener les enfants de Dieu à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ. Par manque de connaissance biblique, beaucoup de chrétiens, malheureusement, n'en sont pas conscients. Nous ne saurions trop les inviter à faire un effort afin de lire chaque jour dans la Parole de Dieu et de croire.

Au début de sa vie chrétienne, un enfant de Dieu est obligé de marcher selon la chair, parce qu'il a besoin d'être instruit de ce que la Bible appelle "la doctrine de Dieu". Jésus a parlé devant des foules, et la Bible nous dit qu'après avoir achevé ses discours, la foule était frappée par sa doctrine (Matthieu 7.28). Nous avons donc besoin d'écouter Jésus. C'est possible lorsque nous lisons la Bible. La Bible nous dit aussi que lorsque Jésus se retrouvait avec ses disciples, il leur expliquait les Ecritures, car ils ne comprenaient pas tout (Marc 4.34). Pour nous, chrétiens d'aujourd'hui, c'est pareil, nous sommes dépendants des explications de Jésus. Pour cela, nous avons besoin d'écouter l'instruction des serviteurs de Dieu (pasteurs, enseignants…) qui parlent sous l'onction du Saint-Esprit.

Chaque jour, je me mets à la disposition du Seigneur pour qu'il fasse son oeuvre en moi. J'ai reconnu la grâce du Seigneur du fait qu'il m'a choisi avant la fondation du monde et en entrant dans sa saine doctrine par la foi, c'est lui qui me transforme de jour en jour. Tandis que le vieil homme en moi est mort (et puisqu'il est mort, on n'en parle plus), l'homme nouveau, lui, grandit. Sous l'apparence de mon corps physique qui vieillit, je prends conscience de l'homme nouveau que Dieu m'a donné à ma nouvelle naissance et qui représente ma nouvelle nature, ce que je suis réellement en Christ, mon Esprit, semblable à lui, en justice et en sainteté (pas en connaissance évidemment, pour cela nous avons l'éternité). Et je reconnais que l'âme et le corps sont des instruments au service de l'Esprit.

Dieu veut nous apprendre à vivre non par la vue, mais par la foi, en vivant non selon la chair mais selon l'Esprit. La lecture attentive du Nouveau Testament nous montre que la révélation de la marche par l'Esprit n'a pas été donnée à tous les apôtres, mais seulement à l'apôtre Paul. Nous savons qu'à cause de l'excellente de cette révélation et pour l'empêcher de s'enorgueillir, il lui a été mis une écharde dans la chair (2 Corinthiens 12.7). Voilà aussi pourquoi les enseignements de l'apôtre Paul sont importants pour tous ceux qui désirent suivre fidèlement le Seigneur Jésus. Car, la seule façon de vaincre tous les obstacles du malin qui agit directement dans la chair (dans nos membres), c'est de marcher selon l'Esprit. Seule la marche continuelle selon l'Esprit nous permet de maintenir dans l'impuissance la puissance de péché et de mort qui agit dans la chair. Nous ne pouvons pas la chasser comme on pourrait chasser un démon, puisqu'elle habite dans la chair, nous pouvons seulement la maintenir dans l'impuissance et l'inactivité, en marchant selon l'Esprit. Parce que la loi de l'Esprit de vie en Jésus-Christ est infiniment plus puissante que la loi du péché et de mort (Romains 8.1-2). "Je dis donc: Marchez selon l'Esprit, et vous n'accomplirez pas les désirs de la chair." (Galates 5.16)

Tous ne saisissent pas cet aspect pour la simple raison que la marche selon l'Esprit n'est pas assez prêchée ni enseignée. Personnellement, je n'en avais jamais entendu parler jusqu'à l'âge de ma retraite, je peux dire qu'à cause de ce manque, j'ai perdu une bonne trentaine d'années au cours desquelles, je n'avais pas compris ma véritable identité de saints en Christ, ni le moyen par lequel Dieu veut nous délivrer radicalement du péché au niveau de l'âme et du corps. Et je comprends pourquoi l'apôtre, dans ses lettres, ne se lasse pas de répéter pour nous la révélation qu'il a reçue directement du Seigneur Jésus. Les voies du Seigneur sont parfaites, gloire à son nom !

Mon Esprit est déjà dans le royaume de Dieu. Plus l'Esprit descend dans l'âme, plus celle-ci passe en quelque sorte dans le royaume de Dieu, et du coup, l'Esprit est amené à contrôler plus efficacement le corps (qui par nature, a des désirs contraires à ceux de l'Esprit). Le corps de chair, lui, ne peut passer dans le royaume de Dieu. Mais la volonté de Dieu rejoint la prière que l'apôtre Paul nous a laissée : "Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l'esprit, l'âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus Christ !" (1 Thessaloniciens 5.23). C'est donc un aspect très sérieux devant Dieu qui va bientôt revenir pour enlever une "Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible." (Ephésiens 5.27). Dès maintenant, nous pouvons nous demander si nous sommes des vierges folles ou des vierges sages !

Apprendre, apprendre, apprendre… Mais lorsqu'un chrétien ou une chrétienne meurt d'un cancer en pleine fleur de l'âge, laissant un ou plusieurs enfants, comme c'est souvent le cas, je me dis qu'il y a un problème. Dieu ne peut être insensible à cela, et le problème ne peut être du côté de Dieu, mais que du côté de l'homme. Si quelqu'un m'avance l'idée répandue que nous n'y pouvons rien, que nous n'avons guère le choix que d'accepter la souveraineté de Dieu, je ne le crois pas et je ne l'accepte pas. "Les jours de nos années s'élèvent à soixante-dix ans, Et, pour les plus robustes, à quatre-vingts ans" (Psaumes 90). Mourir avant cet âge ne peut être la volonté de Dieu. Au contraire, il veut nous bénir et nous rassasier de jours ! Certes avec des limites. Après le déluge, Dieu a limité l'âge de l'homme à cent vingt ans ! (Genèse 6.3). Moïse est mort à cent vingt ans (Deutéronome 34.7).

L'ennemi de Dieu, donc, fera tout pour mettre des embûches de toutes sortes sur le parcours de notre vie. Il veut notre mort. Il va tout faire pour nous maintenir sous la malédiction (Deutéronome 28), en employant toutes sortes de combines pour nous empêcher d'en sortir afin d'entrer dans la bénédiction. Il sait que si nous entrons dans la bénédiction, nous sommes sauvés. Puisque Jésus a été fait malédiction pour nous (Galates 3.13), nous sommes juridiquement sauvés, mais l'ennemi ne veut souvent rien entendre et il s'accroche ! Nous devons mettre tout en oeuvre pour déloger cet ennemi et entrer dans la bénédiction. Livrés au combat, il nous faudra donc toute l'aide du Seigneur, sa formation, ses enseignements, ses encouragements, son discernement, sa Parole, ses mains percées dans nos mains, son sang, et surtout la foi ! C'est la foi, avec la connaissance de sa Parole, qui va déterminer notre avancée vers la victoire glorieuse. "J'ai vaincu le monde" dit le Seigneur. Notre victoire est préparée. C'est à nous de combattre. Notre terre promise à conquérir est la victoire sur la chair, sur toutes les oeuvres de la chair afin de produire le fruit de l'Esprit. Cela comprend la victoire sur les maladies. Lorsque Jésus voit une jeune personne mourir d'une maladie, il est triste, et il se dit : "J'ai pourtant tout accompli sur la croix, j'ai porté ses péchés, j'ai pris ses infirmités, je me suis chargé de ses maladies, j'ai été fait malédiction pour que cette personne entre dans la bénédiction. Vraiment, cette personne n'était pas obligée de porter sa maladie mortelle puisque je l'ai moi-même portée sur la croix"…

Je crois que nous avons encore beaucoup à apprendre dans ce domaine. Soyons vigilants aux fausses doctrines et aux traditions qui veulent remplacer la Parole de Dieu. Ecoutons le Sauveur qui appelle : "Partez, partez, sortez de là ! Ne touchez rien d'impur ! Sortez du milieu d'elle ! Purifiez-vous, vous qui portez les vases de l'Éternel ! " (Esaïe 52.11). Pour notre salut effectif, complet, nous avons besoin, aujourd'hui, d'entendre ces paroles !

 
Ecrit par alberto, a 09:43 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Articles suivants


Version  XML  - Cette page est peut-être encore valide XHTML1.1 et CSS sans tableaux.


Ce site est référencé sur le
Top Chrétien Francophone