Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Il a fallu qu’un jour Dieu fasse l’homme !

“Cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira”
Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

© Alberto
© Photos et textes. Tous droits réservés.
Recherche

Archive : tous les articles
Mardi (19/03/19)
ÉCOUTEZ LA PAROLE DE JÉSUS-CHRIST ET CROYEZ SIMPLEMENT CE QU'IL DIT !

ÉCOUTEZ LA PAROLE DE JÉSUS-CHRIST ET CROYEZ SIMPLEMENT CE QU'IL DIT !

Il est écrit que "Dieu jugera par Jésus Christ les actions secrètes des hommes" (Romains 2.16). Donc, il faut rester tranquille devant tout événement nous inspirant l'horreur, puisqu'il y a un jour fixé pour le jugement.

Actuellement, nous voyons que les grands médias oeuvrent dans le but d'instaurer une dépendance avec le peuple. Car, même si les réseaux sociaux offrent une alternative pour l'information, l'expression et le dialogue, une grande majorité ne pourra pas s'empêcher de regarder la télévision. Le gouvernement du futur le sait, il va de toute façon concentrer tous les formats numériques, hertziens ou autres en une fenêtre visuelle (même 3 D, holographiques ou autres) dans laquelle, il s'exprimera face au peuple. Ce que la Bible nomme "la bête", va s'en servir puissamment pour asservir tous les peuples, pour les dominer et se faire adorer par tous. Si quelqu'un refuse d'adorer la bête, il n'aura ni travail, ni argent, il ne pourra ni vendre, ni acheter. (Apocalypse 13.11-18).

Là, il n'est plus question des religions traditionnelles, chrétiennes, catholiques, islamiques…, mais d'une refonte des religions en une seule : celle de l'antéchrist. De faux prophètes travaillent déjà actuellement et conjointement aux politiques à cette initiative qui est évidemment diabolique. Satan est derrière toutes ces choses, secrètement, et son plan est de remplacer Dieu sur le trône du temple qui sera rebâti à Jérusalem.

Ce sont des jours incertains qui viennent, mais la victoire certaine demeure en Christ, notre Seigneur et Sauveur, car son salut sur la croix est parfait ! Aujourd'hui même, si vous entendez sa voix (un message, une prédication, un verset biblique, un témoignage), aujourd'hui même, si vous entendez parler de Jésus, dressez l'oreille, écoutez ce qu'il veut vous dire et cessez de vous rebeller contre lui. Il vous aime et veut vous sauver, vous arracher des flammes de l'enfer, en vous retirant dès maintenant des mailles de Satan et de son filet qui tombe sur tous ceux qui s'opposent à Jésus-Christ.

Croyez en l'Evangile de Christ avant qu'il ne soit trop tard ! Le diable veut vous détruire, mais il est écrit que "le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable !" (1 Jean 3.8).

Ecoutez la Parole de Jésus-Christ et croyez simplement ce qu'il dit ! "En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie." (Jean 5.24)

Ecrit par alberto, a 17:32 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
DES JOURS INCERTAINS

DES JOURS INCERTAINS

Je pense que la France est passée – ou est en train de passer – dans une dictature et que le pays ne l'a pas vue venir. Mais je ne suis sûrement pas le seul à le penser !

Avec le recul, nous voyons que la France est tombée dans un piège préparé subtilement par les années Sarkozy et Hollande. Ensuite, dans la continuité, l'évidence montre que Macron pousse le bouchon trop loin. Cela ne plaît pas au peuple qui réagit parce qu'il a compris beaucoup de choses et la provocation gouvernementale le met hors de lui. En effet, face aux gilets jaunes, la stratégie gouvernementale saute aux yeux : provoquer pour mieux réprimer ! Mais cela, il n'est pas sûr que le peuple l'ait vraiment compris.

Maintenant, il est difficile de penser que les Français se laisseront faire ! Cela laisse présager des jours incertains, comme nous l'avons déjà dit précédemment !

Ecrit par alberto, a 17:31 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
LA VRAIE RÉVOLUTION

LA VRAIE RÉVOLUTION

La vraie révolution, ce n'est pas celle de la chair, c'est celle de l'Esprit.

Mais ce sont les païens qui font la révolution de la chair. Les chrétiens, eux, sont appelés à faire la révolution de l'Esprit.

La Bible dit que "l'affection de la chair, c'est la mort, tandis que l'affection de l'esprit, c'est la vie et la paix." (Romains 8.6)

Une vie n'est pas trop longue pour apprendre à vivre comment Dieu le demande à quiconque est né de nouveau. Si nous sommes nés de nouveau, ne perdons pas notre temps donc à trop regarder les choses qui se passent sur la terre. Apprendre à regarder constamment à Jésus est bien plus important ! Il en va de notre salut ! Pierre, l'apôtre, qui marchait sur l'eau a quitté une seconde le regard sur Jésus et il a commencé à couler. Il a fallu que Jésus le saisisse par la main et le reprenne par sa Parole : "Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ?". Pierre a de nouveau regardé à Jésus et avec Lui, il a marché sur l'eau jusqu'au bateau. De même, Dieu veut nous faire traverser les tempêtes de notre vie (il y en aura) et celles du monde (il y en aura aussi) avec Lui, d'une manière non pas naturelle, mais surnaturelle. Seules la foi en Lui et la marche selon l'Esprit (et non selon la chair) rendront notre traversée victorieuse !

Pour connaître la Parole du Seigneur et le connaître Lui, n'oublions pas de lire la Bible, une partie chaque jour !

Ecrit par alberto, a 02:01 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
LA GÉNÉRATION QUI TOURNE EN ROND

LA GÉNÉRATION QUI TOURNE EN ROND
Sans la loi de Moïse, tout peuple finit par se corrompre

Un monde sans Dieu a besoin de s'adapter pour survivre pendant le temps qui lui est attribué avant l'échéance fatale. C'est un compte à rebours qui s'est déclenché depuis l'entrée du péché dans l'humanité. Dieu avait dit à Adam : "Si tu manges du fruit défendu, tu mourras". Il en a mangé et la mort est entrée dans l'humanité.

Jusqu'à ce jour, l'homme est sans Dieu (à moins de se convertir à Jésus-Christ, mais ceux-là sont peu nombreux). On peut donc dire que la majorité, toute l'humanité, est sans Dieu. Et l'homme n'a pas conscience d'être séparé de Dieu. S'il en subit les conséquences, il ne les comprend pas. Il cherche même à trouver un remède contre la mort, ce qui est au yeux de Dieu la plus grande absurdité. L'homme ne trouvera jamais un remède contre la mort, cela revient à dire qu'il ne peut lui-même se racheter du péché. De pécheur qu'il est, il ne peut de lui-même se rendre saint, comme Dieu est saint ! "Un Éthiopien peut-il changer sa peau, et un léopard ses taches ? De même, pourriez-vous faire le bien, vous qui êtes accoutumés à faire le mal ?" (Jérémie 13.23).

Alors, l'homme se débrouille. Il trouve en lui plein de ressources qu'il a développées au cours des siècles. Ses sens, qui sont liés uniquement à sa personne humaine, lui permettent de développer son intelligence dans les domaines qui sont les siens : la science, la médecine, la physique, la physiologie, la psychologie, la philosophie, etc. L'intelligence de Dieu est liée à l'Esprit de Dieu, ce que l'homme n'a pas puisqu'il est déchu, coupé de Dieu. La différence entre l'intelligence humaine (celle de l'homme) et l'intelligence spirituelle (celle de Dieu) est comme le jour et la nuit !

Tous les remèdes que l'homme peut chercher et trouver, ce sont les remèdes qui sont liés à sa propre nature humaine. L'homme ne peut donner que ce qu'il a reçu ! Les générations passent et tournent en rond ! La génération actuelle ne se tourne pas vers Dieu, elle pense trouver le salut dans l'écologie. L'homme ignore qu'à cause du péché qui est en lui, sa nature humaine est morte sur le plan spirituel, et sur le plan physique, elle est en état de destruction par un processus de mort jusqu'à ce que le corps physique retourne en poussière. "Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur." (Romains 6.23).

Néanmoins, cette génération très concernée par le dérèglement climatique, qui se tourne passionnément vers l'écologie dans l'espoir de sauver la planète, pense aussi remettre l'humain sur le droit chemin. Elle pense qu'un Éthiopien peut changer sa peau et un léopard ses taches !

En réalité, c'est aussi une génération qui tourne en rond !

À ce sujet, il y a un point capital pour les générations qui tournent en rond : elles sont incrédules ! La génération des israélites conduite par Moïse dans le désert à tourné en rond pendant quarante ans pour cause d'incrédulité. Et pendant que Moïse était monté sur le mont Sinaï pour rencontrer Dieu et recevoir de ses mains les Tables de la Loi (Les Dix Commandements), qu'a fait le peuple sans la présence de Moïse ? Le peuple s'est corrompu et s'est fabriqué une idole ! La Bible précise encore : "Le peuple s'assit pour manger et pour boire ; puis ils se levèrent pour se divertir." (Exode 32.6).

Un monde sans Dieu, ne peut s'empêcher de se fabriquer des idoles, de s'assoir pour bien manger et pour boire, avant de se lever pour se divertir ! C'est pathétique de voir comment les idoles de notre temps sont lancées comme des fusées en orbite autour de la terre, elles sont placées sur les rampes dès la fleur de l'âge ; et sur les scènes, devant les foules en délire, c'est le corps, la chair avec ses désirs et ses passions qui exaltent les sens. Dieu a créé l'homme et la femme à son image dans une beauté parfaite. Mais passées les jeunes années, la beauté s'altère rapidement. Le processus de mort causé par le péché dans le corps humain est de plus en plus apparent, autant qu'inexorable. Par ailleurs, il faut dire aussi qu'il y a toutes sortes d'idoles !

Et voilà ce que la Bible fait ressortir : Sans la présence de la Loi de Moïse (Les Dix Commandements), tout peuple finit par se corrompre.

J'attends donc une génération qui va annoncer (peut-être à la manière de cette jeune écolo suédoise Greta Thunberg) non pas le retour de l'écologie (même si je n'ai rien contre l'écologie), mais le retour de la loi de Moïse au sein de notre humanité, afin de donner à nos enfants un avenir vrai, réel. Ce serait le début de la foi, de la foi qui mène au salut.

"Car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ." (Jean 1.17)
"Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi." (Galates 3.24)

Pour réflexion : "L’homme riche et le pauvre Lazare" (Luc 16.19-31) https://www.biblegateway.com/passage/…

Ecrit par alberto, a 01:59 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Samedi (09/03/19)
JÉSUS VEUT TE GUÉRIR
--> Une remise en question de ta foi

Avant-Propos

Je me suis converti à trente ans. J'ai servi le Seigneur à plein temps pendant vingt cinq ans. Arrivé à l'âge de la retraite, je me suis retrouvé à la maison dans une situation tout autre, mais propice au recueillement et au renouvellement de ma vie spirituelle. Soulagé, je n'étais plus sous aucune contrainte professionnelle liée à un service. Et comme j'aime Dieu depuis longtemps, la soif de sa Parole me poussa à l'étudier encore et encore et à la méditer. Je ressentais un besoin important de me trouver dans la volonté du Seigneur. Et c'est en me plaçant face à son prochain retour que j'ai compris ce qui n'allait pas du tout dans ma vie : je n'étais pas baptisé !

Si l'enlèvement avait lieu de mon vivant, que le son de la trompette retentisse, serais-je enlevé avec le Seigneur dans les airs, moi qui n'étais pas baptisé ?

Personne ne m'en avait parlé jusqu'alors, car à ma conversion à l'âge de trente ans, le responsable de l'assemblée évangélique-luthérienne qui m'avait accueilli m'avait certifié que mon baptême catholique suffisait pleinement. Je ne m'en suis plus jamais soucié... jusqu'à l'âge de la retraite !
Après avoir lu et relu tous les passages bibliques relatifs au baptême, j’ai reçu la conviction qu'il fallait que je me fasse baptiser. Mais à soixante cinq ans, après avoir en plus été serviteur de Dieu, j'avais l'air de quoi ? Je me demandais aussi qui pourrait me baptiser, car aucun de mes amis pasteurs, la plupart luthériens, n'étaient eux-mêmes baptisés.

Alors j'ai prié et demandé au Seigneur qu'il m'envoie quelqu'un, une personne baptisée, qui accepte de me baptiser par immersion.

Trois ans après, le Seigneur a répondu à ma prière et m'a envoyé Bernard, un ami pasteur et missionnaire, qui m'a baptisé dans une baignoire devant ma famille et pour la plus grande gloire de Dieu !

Le passage du Jourdain

Cette baignoire m'a rappelé les eaux du Jourdain. Il me semble que le vrai commencement de la vie chrétienne passe par les eaux du Jourdain. J'en suis même convaincu. C'est le passage obligé pour la conquête de Canaan, pour les Israélites d’autrefois comme pour moi maintenant : être plongé entièrement dans cette eau du baptême afin d'y laisser une bonne fois pour toutes, son désert, ses rébellions, ses amertumes, pour mourir dans la mort de Christ et ressortir lavé, ressuscité dans la résurrection du Christ. Sur l'autre rive, le pays promis de Dieu avec tout son héritage, nous attend. Dieu nous le donne, il faudra seulement le conquérir avec l'aide de Dieu, lequel nous promet la victoire à la seule condition que nous lui restions fidèles dans la foi (comparer Josué 3.14-17 et Matthieu 16.24). Dieu veut nous donner la victoire. Ce n'est pas évident, car la Bible nous apprend que du temps de Moïse, toute une génération mourut dans le désert pour cause d’incrédulité. Seuls Josué et Caleb, quarante ans après, ont passé le Jourdain avec la nouvelle génération (Nombres 14.38 ; Nombres 26.65). Ils avaient tous deux quatre vingts ans quand ils ont traversé le Jourdain, et leur vigueur était celle de leurs quarante ans. Donc il n'est jamais trop tard ! Mais il appartient au Saint-Esprit de convaincre les chrétiens dès lors que ceux-ci se laissent convaincre !

Il est intéressant de voir, à la lecture de la Bible, comment Jean Baptiste prépare la voie de Celui qui dira de lui-même : “Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi” (Jean 14.6). De fait, c’est au moment où Jean Baptiste voit arriver Jésus vers lui que tout commence, et il le salue par ces mots : “Voici l'agneau de Dieu, qui ôte les péchés du monde” ! (Jean 1.29). J’ai compris combien il est bon de relire et d'étudier point par point le déroulement de ce qui va marquer le début du ministère de Jésus-Christ et qui se terminera trois années plus tard à la croix, avec sa crucifixion et sa résurrection. Les évangiles de Matthieu (ch 3 et 4) et Luc (ch 3 et 4) rapportent point par point les étapes du baptême de Jésus suivi de sa tentation dans le désert :
  • Jean Baptiste baptise Jésus par immersion dans l'eau du Jourdain.
  • Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l'eau. Et voici, les cieux s'ouvrirent, et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection.” (Matthieu 3.16-17).
  • “Jésus, rempli du Saint Esprit, revint du Jourdain, et il fut conduit par l'Esprit dans le désert, où il fut tenté par le diable pendant quarante jours." (Luc 4.1-2).
  • “Jésus, revêtu de la puissance de l'Esprit, retourna en Galilée, et sa renommée se répandit dans tout le pays d'alentour.” (Luc 4.14).
Jésus, venu d'en haut, conçu miraculeusement par la puissance de Dieu, était toujours rempli du Saint-Esprit. Cependant, après la tentation dans le désert où il repoussa les attaques du diable en ne citant que les Ecritures, nous voyons que Jésus était “revêtu de la puissance de l'Esprit”. Alors seulement, il commença officiellement son ministère.

L'on comprend aussi pourquoi Jésus, avant d'être élevé dans le ciel, avait recommandé à ses disciples de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre ce que le Père avait promis : “Mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre.” (Actes 1.4,8). Jésus ne veut envoyer personne tant qu'il n'est pas équipé du saint-Esprit !

Si quelqu'un aime Jésus, il va vouloir lui plaire et s'il veut le suivre tel un disciple suit son maître, il va vouloir mettre en pratique ce qu'il demande. Or, ce qu'il demande n'est pas toujours évident, même si un désir ardent nous pousse à suivre le Seigneur. Notre coeur est sou-vent lent à s’ouvrir. Néanmoins, sa parole seule est déterminante. Il nous faudra donc un temps pour comprendre la Parole, et un temps pour obéir à cette Parole.

C'est là que l'adversaire fera tout pour empêcher cette démarche allant de la connaissance à l'obéissance. Il fera d'abord tout pour empêcher le baptême ! Pas celui de Jésus, mais le nôtre ! Car l'adversaire n'a rien pu faire pour empêcher le baptême de Jésus ! Toutefois, s'il n’a pas hésité à attendre le Seigneur dans le désert pour le tenter, il nous attendra à plus forte raison, nous, dans notre désert pour nous tenter ! Assurons-nous de remporter la même victoire de Jésus afin d'être revêtu de la puissance de l'Esprit !

Nécessité d’une nouvelle réforme

Mais comment parler de spiritualité à une une société rendue tellement complexe qu’elle est devenue sourde au message biblique et rebelle à l’idée d’un Dieu créateur ? Il semble qu’à certains moments de l’Histoire, les nations aient besoin d’un réformateur puissant pour corriger le cours spirituel des chrétiens. Ce fut le cas de Luther, de Calvin et d’autres, qui contribuèrent à remettre sur les rails un christianisme déformé. Je crois qu’à nouveau, nous sommes arrivés à un moment de l’Histoire où la nécessité d’un nouveau réformateur, du moins d’une nouvelle réforme, se fait vivement sentir ! Même si ce besoin n’est pas vivement ressenti par une foule nombreuse, mais par une minorité seulement. Pour ma part, je pense que la période luthérienne est dépassée. Je suis même très étonné que les églises luthériennes continuent d’ignorer le vrai baptême en se contentant du baptême de Luther (par aspersion). Si Luther n’a pas réformé le baptême, n’y a-t’il pas urgence à le faire, vue la clarté de l’Evangile sur ce point ? Voyez combien le diable est malin pour être parvenu durant des siècles à tordre le sens du vrai baptême, même à l'esprit du grand réformateur ! Le baptême, le vrai baptême, décidé par amour pour Jésus et par obéissance à sa parole, précède la sanctification. Comment peut-il y avoir une vraie sanctification sans un vrai baptême ? Je crois que le Saint-Esprit peut faire comprendre cela à tout disciple : “Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l'avoir purifiée par le baptême d'eau.” (Ephésiens 5.25).

Il y a un seul baptême

Je ne sais combien de dénominations compte le monde chrétien ! C’est une question qui ne m’a jamais préoccupé, et pourtant j'ai vu les conflits des chrétiens lorsqu'ils se revendiquent de ceci, de cela ; ou qu’une dénomination se rit d'une autre dénomination. Beaucoup de chrétiens sont emmurés dans une mouvance dont ils croient qu'elle est la meilleure (une mouvance dans laquelle ils se sentent le mieux). Je me dis que ces différentes mouvances correspondent peut-être aux différents tempéraments que les homme peuvent avoir, et que Dieu est bon s'il manifeste ainsi sa tolérance. Mais la parole de Paul ne cesse de m'interpeler lorsqu'il dénonce le comportement charnel de l'Eglise de Corinthe : “Pour moi, frères, ce n'est pas comme à des hommes spirituels que j'ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ. Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter ; et vous ne le pouvez pas même à présent, parce que vous êtes encore charnels. En effet, puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n'êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l'homme ? Quand l'un dit: Moi, je suis de Paul ! et un autre: Moi, d'Apollos ! n'êtes-vous pas des hommes ?” (1 Corinthiens 3.1-4).
Non, Christ n'est pas divisé, son Eglise est un corps dont Christ est la tête. (Colossiens 1.18). Nous devons donc apprendre à regarder à Jésus seul et à l'écouter lui seul avant tout. Mais sans le Saint-Esprit, c'est impossible.

Un chrétien charnel ne peut supporter les choses de l'Esprit. Dans sa religiosité, il pourra supporter les cultes d'une heure par semaine, mais s'il n'est pas conduit par un enseignement approprié, comme dans l'église de Corinthe, il restera au même stade. Ce n'est pas la volonté de Dieu que nous restions des bébés en Christ. Trop de chrétiens restent bloqués dans leur marche spirituelle à cause d'un manque d'enseignement dans les églises. Beaucoup ne sont même pas nés de nouveau !

Si je suis chrétien, appelé selon le dessein de Dieu, cela signifie que j'ai tout laissé derrière moi pour suivre Christ, et la soif pour sa Parole va me pousser vers l'avant. Je vais comprendre mon besoin de grandir en Christ en travaillant chaque jour à mon salut. Je vais m'apercevoir combien chaque jour est précieux dans cette marche qui va m’apprendre à discerner le charnel et le spirituel. Car, tant que je ne saurai pas discerner ce qui est charnel de ce qui est spirituel, je resterai un enfant en Christ. Or, un enfant est appelé à grandir ! Un chrétien est appelé à grandir jusqu'à la stature parfaite de Christ ! Le savons-nous ? Voici comment l’apôtre Paul nous le dit en vue de l'édification du corps de Christ : “Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l'oeuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ, jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ…” (Ephésiens 4.11-13). Lisons et méditons tout le chapitre, ainsi que tous les écrits de l'apôtre qui a reçu pour nous, de Jésus, des révélations spéciales. Dieu travaille en moi par son Saint-Esprit selon que je le laisse travailler en moi. J'ai donc besoin du Saint-Esprit ! Les enseignements des apôtres sont incontournables en ce qui concerne le baptême d'eau par immersion et le baptême de l'Esprit. Les deux vont ensemble et forment le seul baptême dont il soit question dans la Bible : “Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême” (Ephésiens 4.5).

L'apôtre Pierre a même ordonné le baptême d'eau juste après la conversion suivi du baptême du Saint-Esprit par imposition des mains. Dans d'autres cas, c'est l'inverse (lire le livre des Actes des Apôtres). Et je me souviens de cette parole du Seigneur : “Jean a baptisé d'eau, mais vous, vous serez baptisés du Saint Esprit.” (Actes 1.5). Les faits sont tels dans notre vie, que nous pouvons recevoir le baptême du Saint Esprit avant ou après le baptême d'eau. L’important, il me semble, est de comprendre que les deux vont ensemble. Le baptême d'eau est un baptême d'obéissance. Quoiqu'il ne sauve pas, il apporte au croyant les éléments essentiels pour la marche chrétienne selon l'Esprit et, comme la Bible le souligne, avec l'engagement d'une bonne conscience envers Dieu (1 Pierre 3.21).

Un chrétien baptisé seulement du Saint-Esprit n'est pas le même qu'un chrétien baptisé d'eau et du Saint-Esprit ! Personnellement, après avoir reçu le baptême du Saint-Esprit, j'ai désiré le baptême d'eau par obéissance au Seigneur Jésus et parce que mon coeur ne me laissait pas tranquille.

En suivant le Seigneur dans la voie qu'il a ouverte pour ceux qui désirent le suivre (c'est mon cas), j'ai accepté le baptême d'eau par immersion. Par cet acte de foi et d'obéissance, je suis mort avec Christ lorsque j’ai été plongé dans l’eau, et je suis ressuscité avec Christ lorsque je suis ressorti de l'eau. Après, tout a été différent ! De même qu'après sa résurrection, Jésus fut élevé et que Dieu le fit asseoir à sa droite, de même étant par le baptême ressuscité avec Christ, Dieu m’a fait asseoir en Christ dans les lieux célestes.

Nous sommes donc morts avec Christ et ressuscités avec Christ : “Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection” (Romains 6.3-5).

Dès lors, notre esprit est assis avec Christ dans les lieux célestes : “Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ; il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ” (Ephésiens 2.4-6).

Lorsque je suis né de nouveau, que s’est-il passé dans mon être (l’esprit, l’âme et le corps) ?

Lorsque je suis né de nouveau, je suis mort avec Christ : l'être intérieur que j'étais et que Paul appelle “le vieil homme”, est mort avec Christ. “Sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché” (Romains 6.6). Etant mort avec Christ, je suis ressuscité avec Christ, mon être intérieur a été recréé exactement à l'image de Christ qui est saint, juste, parfait ! C'est cet être intérieur que Paul appelle “l'homme nouveau”, qui est esprit, qui est ressuscité et qui est saint. Donc voilà ce qui se passe à la conversion : “le vieil homme” est détruit définitivement, et un “homme nouveau” est recréé par Dieu à l'image de Christ, “dans une justice et une sainteté que produit la vérité” (Ephésiens 4.24), et cet homme nouveau est assis dans la sainteté avec Christ dans les lieux célestes, là où le diable n'a aucun accès. Mon âme, elle, n'est pas ressuscitée, ni mon corps physique. Mon âme comme mon corps physique portent les traces de ma vie passée dans le péché et ont besoin d'être purifiés, sanctifiés. Mon esprit assis dans les lieux célestes va m'aider, ainsi que le Saint-Esprit (que j’ai reçu à ma nouvelle naissance) à marcher avec Christ, non pas selon la chair mais selon l'esprit, afin que mon âme et mon corps physique soient de plus en plus sanctifiés. En m’appliquant à cela par la foi, je me dépouille ainsi du vieil homme et je me revêts de l’homme nouveau qui se renouvelle de jour en jour dans la connaissance, selon l'image de celui qui l'a créé (2 Corinthiens 4.16). Ici, la promesse du Seigneur demeure : “Celui qui vous a appelés est fidèle, et c'est lui qui le fera.” (1 Thessaloniciens 5.24).

Si le Seigneur recrée l'esprit en un clin d'oeil, il consacre beaucoup de temps à purifier et sanctifier l'âme et le corps. Cela, afin d'amener l'être entier (l'esprit, l'âme et le corps) jusque dans la perfection pour qu'il soit conservé irrépréhensible lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ : “Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d'un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui seront restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles.” (1 Thessaloniciens 4.16-18). “Voici, je vous dis un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d'oeil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés.” (1 Corinthiens 15.51-52). Chaque jour passé avec le Seigneur pour la préparation de cet événement est donc très précieux.

Beaucoup de chrétiens ne comprennent pas que ce qui nous délivre radicalement du péché, c'est la mort de notre vieil homme : “Celui qui est mort est libre du péché” (Romains 6.7). L’idée de la mort les répugne, cela se comprend. Seulement là, il ne s’agit pas de diriger notre pensée sur les cimetières ou ce qui est morbide, mais sur la croix où Christ nous a aimés ! C'est sur le lieu de la croix que nous sommes appelés à mourir, pas ailleurs ! “L'amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que, si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts.” (2 Corinthiens 5.17). La plupart des chrétiens ne comprennent pas que tous sont morts avec Christ et qu’ils sont ressuscités avec Christ. Alors que la démarche de la foi est simple à comprendre ! Si je me repens de mes péchés et que je viens à Christ, je vais naître de nouveau. Si je suis né de nouveau, je suis mort avec Christ, les choses anciennes sont passées, toutes choses sont devenues nouvelles, je suis alors une nouvelle création. Et si je suis mort avec Christ, je suis ressuscité avec Christ ! Mais pour que je sois ressuscité avec Christ, il faut d'abord que je sois mort avec Christ ! C'est sur ce point précis que la plupart des chrétiens résistent et restent bloqués dans l’incompréhension. Ils ne font pas table rase de leur vie passée ! Ils ont peur de perdre une part de ce qui fait leur joie ici-bas ! Ils “ne vident pas complètement toutes les pièces de leur demeure” et gardent ici et là des choses auxquelles ils tiennent encore, peut-être des passions. Alors ils ont un pied dans le royaume de Dieu et un pied dans le monde.

Ils entendent plus ou moins (peut-être pas du tout) l'importante exhortation de Paul : “Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d'en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu. Affectionnez-vous (pensez) aux choses d'en haut, et non à celles qui sont sur la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu. Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire.” (Colossiens 3.1-4). Ensuite, Paul semble mettre une rallonge à son importante exhortation. Il dit : “Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie. C'est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion, parmi lesquels vous marchiez autrefois, lorsque vous viviez dans ces péchés.” (Colossiens 3.5-7). Cette exhortation difficile à mettre en pratique est pourtant essentielle pour avancer dans la foi chrétienne.

Lorsque je suis crucifié avec Christ, mon ego est crucifié. Mais lorsque je suis ressuscité avec Christ, je reçois un ego semblable à Christ, du moins en esprit dans mon homme intérieur. Il importe maintenant que dans ma vie de disciple, je ne marche plus comme les païens et que j'entre dans l'école du Christ en revêtant l'homme nouveau : “... si du moins vous l'avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c'est en lui que vous avez été instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l'esprit de votre intelligence, et à revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.” (Ephésiens 4.21-24).

Par la lecture et la méditation des lettres de l'apôtre Paul, je dois bien comprendre ce que Dieu veut me révéler : Si je suis né de nouveau, le “vieil homme” est mort, il n'est plus là, et c'est maintenant "l'homme nouveau" qui vit en moi. Je ne dois pas vivre en m'imaginant que le vieil homme continue de se manifester, comme le pensait Luther : “J'ai noyé le vieil homme, mais le coquin, il sait nager !”. L'apôtre Paul est, lui aussi, passé par cette école et décrit son expérience qui est également la nôtre dans les chapitres 8 et 9 de sa lettre aux Romains. Il découvre dans son corps physique une force qui produit le péché et qui l'empêche de faire ce qu'il veut. Il sait que cela ne provient pas du vieil homme puisqu'il est mort. Alors il découvre la loi du péché qui est dans son corps physique, c’est-à-dire dans la chair. Voici ce qu'il écrit :

“Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle ; mais moi, je suis charnel, vendu au péché. Car je ne sais pas ce que je fais: je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais. Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne. Et maintenant ce n'est plus moi qui le fais, mais c'est le péché qui habite en moi. Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair: j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi. Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur ; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?... Grâces soient rendues à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur !... Ainsi donc, moi-même, je suis par l'entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché.” (Romains 7.14-25).

C’est un endroit charnière de la Bible et de notre vie spirituelle. Le chapitre huit suivant, nous fait entrer dans la victoire totale sur le péché :

“Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marchent, non selon la chair, mais selon l'esprit. En effet, la loi de l'esprit de vie en Jésus-Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort. Car - chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, - Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit. Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s'affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l'esprit s'affectionnent aux choses de l'esprit. Et l'affection de la chair, c'est la mort, tandis que l'affection de l'esprit, c'est la vie et la paix ; car l'affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu'elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu'elle ne le peut même pas. Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu. Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l'esprit, si du moins l'Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ, il ne lui appartient pas.” (Romains 8.1-9).

La loi du péché habite dans notre corps (dans nos membres) jusqu'à notre mort. Pour anéantir cette loi du péché qui est dans la chair et qui est la mort, il faut une force plus puissante, c'est la loi de l'Esprit de vie en Jésus-Christ. Lorsque nous vivons selon l'esprit, la loi du péché dans notre chair est anéantie, immobilisée, et rendue sans force.

Mais attention ! à tout moment la chair peut reprendre le dessus lorsque je suis tenté et que j’entre dans le processus de tentation : “Chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Puis la convoitise, lorsqu'elle a conçu, enfante le péché ; et le péché, étant consommé, produit la mort” (Jacques 1.13-15). Si un enfant de Dieu a péché et qu’il confesse son péché, son Père le relève. “Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. “ (1 Jean 1.9) . “Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu” (Hébreux 12.15). Dans son école, le Seigneur veut nous montrer ce qui ne va pas dans notre vie et nous amener à la pleine victoire sur le péché. Et il le fait si nous marchons sincèrement avec Lui.

Que notre conscience reste éveillée chaque jour pour veiller et prier, afin de rester sur le terrain de la foi, – de la foi en la Parole ! Car il ne s’agit surtout pas de se complaire malhonnêtement dans le péché au risque de rétrograder dans la foi jusqu’à perdre son salut !

Le contrôle des pensées

Si nous sommes chrétiens et que nous voulons devenir de vrais disciples, alors en plus de la victoire sur le péché, nous avons besoin de la victoire sur nos pensées. Tout le plan de Dieu pour nous va se jouer à ce stade au niveau de nos pensées.

Je n'ai jamais autant compris cette nécessité du contrôle de nos pensées qu'à l'âge de la retraite !
La loi du péché et de la mort qui est dans notre corps physique (dans la chair) jusqu’à notre mort, nous donne du fil à retordre ! “Car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez.” (Galates 5.17). Nous sommes morts avec Christ, notre vieille nature est morte, mais la chair en nous n’est pas morte. Plus nous nous dépouillons de cette vieille nature pour revêtir l’homme nouveau, plus les désirs de la chair sont maintenus dans l’impuissance. En attendant, la chair nous bombarde de désirs et si nous la laissons faire, nous risquons de succomber et de tomber dans le péché. La chair est au service de Satan. J'ai compris maintenant que cet adversaire est puissant pour nous séduire tout au long de nos activités, nous aveugler dans certains domaines et nous faire avaler des couleuvres. Autant Dieu veut unir, autant Satan veut diviser et détruire ! N'est-ce pas lui qui enferme les chrétiens dans toutes sortes de dénominations parce qu'il a réussi à contrôler leurs pensées ?

Je remercie le Seigneur de m'avoir appelé à sortir de ces chemins conflictuels et trop dominés par la parole humaine, pour revenir à la Parole de Dieu seule !

La victoire nous est déjà acquise par Christ à la croix, mais pour recevoir cette victoire dans sa plénitude, il n’y a pas d’autre solution que d’amener captives toutes nos pensées à l’obéissance de Christ (2 Corinthiens 10.5).

Quel est le plus grand commandement de Dieu dans l'Ancien Testament ? Réponse : “Tu aimeras l'Éternel, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme et de toute ta force.” (Deutéronome 6.5). Dans le Nouveau Testament, Jésus y apporte une nuance en y introduisant la notion de “pensée” : “Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée.” (Matthieu 22.37 et Marc 12.28). Jésus y ajoute "de toute ta pensée”, cela veut dire que toutes nos pensées humaines qui ne sont pas les pensées de Dieu doivent être éliminées et rendues captives en Jésus-Christ.

Nos pensées humaines, en effet, ne sont rien devant Dieu. Il nous dit dans l’Ancien Testament : “Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées.” (Esaïe 55.9) C'est pourquoi, étant au bénéfice de la Nouvelle Alliance, nous devons lier et éliminer toutes pensées humaines et ne garder dans nos coeurs que la pensée de Jésus-Christ. Souvenons-nous que “c'est du coeur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies.” (Matthieu 15.19). Si nous n'avons pas le désir d'aimer Dieu comme lui-même le demande et de lui obéir, nous courons à l'échec. Si nous laissons Dieu agir en nous, alors il agira. Il nous montrera ce qui ne va pas et il nous rendra capables de faire sa volonté. Si nos pensées ne sont pas les pensées de Dieu, elles ont besoin d'être renouvelées d’autant que nous sommes de nouvelles créatures. Cela engage notre intelligence et nos sentiments dans un grand combat au niveau de notre âme.

Dieu dit dans Esaïe 55 et au verset 8 : “Mes pensées ne sont pas vos pensées”. En clair : les pensées des hommes ne sont pas les pensées de Dieu. Mes pensées humaines, même les plus belles aux yeux des hommes, doivent être éliminées, complétement éliminées, afin que je puisse marcher, non pas selon la chair, mais selon l'Esprit. Et même : “Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles ; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu (par la force de Dieu), pour renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements (les pensées) et toute hauteur (les arguments sophistiqués) qui s'élève contre la connaissance de Dieu (par sa Parole), et nous amenons toute pensée captive à l'obéissance de Christ.” (2 Corinthiens 10.4-5).

Nous ne pouvons pas vivre selon l'Esprit avec des pensées humaines, sinon nous allons droit au péché. Les pensées humaines sont charnelles ! Le but de notre vie chrétienne est donc d'amener impérativement toutes nos pensées captives en Christ, pour dire un jour comme Paul : “Or nous, nous avons la pensée de Christ” (1 Corinthiens 2.16).

Il faut souligner que ce même Paul, avant que le Seigneur Jésus l'ait arrêté dans sa course folle puisqu'il persécutait les chrétiens, n'était animé que par des pensées humaines ! Si le Seigneur l'a transformé pour en faire l'apôtre que nous connaissons, soyons sûrs et certains que ce même Seigneur pourra aussi nous transformer et faire de nous les meilleurs disciples !
Ce point est très important, car si nous manquons de perséverance en négligeant le contrôle de nos pensées, nous ne pourrons pas mettre en pratique la parole de l’apôtre Jean : “Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point ; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas.” (1 Jean 5.18).

Si tu pèches, repens-toi et reviens à la parole de Dieu : 2 Corinthiens 10.4-5. Applique-toi à mettre en pratique ce verset. Tu t’apercevras ensuite que les deux versets sont liés l’un à l’autre à n’en faire qu’un, celui de Jean (1 Jean 5.18) et celui de Paul (2 Corinthiens 10.4-5). C’est en tout cas, je crois, ce que le Seigneur, notre Dieu, veut révéler à tous, pour notre délivrance !
Autrefois, pour surveiller une région, on construisait des forteresses à des endroits stratégiques, on y mettait des troupes et tout le territoire était contrôlé. Satan fait pareil dans nos vies. S'il arrive à introduire en nous des pensées contraires à la Parole de Dieu et que nous les croyons, alors nous sommes piégés, pieds et mains liés sous son contrôle. Une foule de chrétiens le sont de cette manière parce qu'ils ne contrôlent pas leurs pensées et laissent s’installer en eux des pensées qui ne sont pas de Dieu et auxquelles ils croient (fausses doctrines, faux évangiles, mais aussi tout ce qui est lié aux oeuvres de la chair dont il est question en Galates 5.19) ! Or ce que nous croyons dans notre coeur, finit par se réaliser, soit pour notre plus grand bien avec la victoire en Christ lorsque nos pensées viennent de Dieu, soit pour la mort et l'échec lorsque nos pensées viennent du diable. Dans tout cela, Dieu nous laisse responsables de nos choix : “J'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité” (Deutéronome 30.19).

De notre bouche ne doit sortir que de la bonne eau (de bonnes paroles) ! Si nous ne contrôlons pas nos pensées, de l'eau amère finira par sortir de notre bouche (des paroles mauvaises). Ce n'est pas ce que Dieu veut, et si notre coeur est honnête, reconnaissons que ce n'est pas non plus ce que nous voulons ! Lorsque de mauvaises pensées passent dans notre tête, ne les laissons pas s'installer. Luther a dit : “Vous ne pouvez pas empêcher les oiseaux de voler au-dessus de vos têtes, mais vous pouvez les empêcher de faire leur nid dans vos cheveux.”

En bon chrétien, il n'y a pas d'autre solution que de se placer en sentinelle pour contrôler à la lumière du Saint-Esprit et de la Parole de Dieu chaque pensée qui nous vient : “Qui va là ? D'où viens-tu ?”, et de la laisser passer ou ne pas la laisser passer en fonction de la Parole de Dieu bien comprise et méditée. Ne nous laissons pas séduire par la tentation, ni conduire sur une voie de tentation. C'est ainsi que notre intelligence sera renouvelée. Il suffit d’en faire l’expérience. Lorsque notre coeur se remplit des choses de Dieu, il devient plus facile de marcher de mieux en mieux et en continu selon l'Esprit sans accomplir les désirs de la chair et sans entretenir des pensées de colère, d'animosité, ou d'impureté... Prenons conscience de la gravité du péché et n'oublions jamais, même un seul jour, la recommandation du Seigneur Jésus : “Veillez et priez” ! Enfin, l’apôtre Paul nous apporte le modèle de référence pour savoir vers quoi diriger nos pensées : “Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l'approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l'objet de vos pensées.” (Philippiens 4.8).

Amener toute pensée captive à l'obéissance de Christ n’est pas chose facile dans ce monde ! Mais si quelqu'un est appelé à entreprendre ce combat, qu'il se réjouisse, il est vraiment béni, parce que Dieu lui a montré le domaine des pensées par lesquelles Satan voudrait encore le contrôler et l'endormir afin qu'il tombe dans le péché et qu'il périsse. Combien de chrétiens sont-ils maintenus de la sorte dans l’endormissement par Satan ?

Pour être au clair en ce qui concerne la victoire sur le péché

Si tu es né de nouveau, “le vieil homme” dont parle la Bible est mort (certaines versions parlent de “la vieille nature”). À la place, il y a “l'homme nouveau”, sans péché, saint, que le Seigneur a fait asseoir en Jésus-Christ dans les lieux célestes. C'est “l'homme intérieur”, né de Dieu, qui est Esprit, et dont l'apôtre Paul fait état dans sa lettre aux Ephésiens : “C'est en lui (en Jésus) que vous avez été instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l'esprit de votre intelligence, et à revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.” (Ephésiens 4.21-24). Ce sont là des versets clefs de la Bible en ce qui concerne "l'homme nouveau".

L'homme intérieur, ou l'homme nouveau (qui est Esprit), ne peut pas pécher, puisqu'il est assis en Jésus-Christ dans les lieux célestes où le péché n'a aucun accès.

Mais alors, que se passe-t’il dans notre être entier (l’esprit, l’âme et le corps) lorsque la tentation grandit en nous, faisant miroiter les plaisirs du péché ? C'est l'expérience de l’apôtre Paul dans sa lettre aux Romains, chapitres sept et huit. C'est aussi mon expérience ainsi que celle de tous les chrétiens. Seulement, dans le combat contre le péché, il ne faut surtout par rester en rade dans le chapitre sept, mais au contraire être déterminé dans la foi à passer au chapitre huit où la victoire en Jésus-Christ nous est pleinement accordée.

Lisons et relisons Romains sept et huit, en méditant chaque verset. “Je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi. Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur ; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?... Grâces soient rendues à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur !... Ainsi donc, moi-même, je suis par l'entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché.” (Romains 7.19-25).

Voilà la découverte que je fais lorsque je pèche : “Je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi.” (Romains 7.19-20). Le péché habite en moi, dans ma chair, dans mes membres. D'où le cri du pécheur : “Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?... Grâces soient rendues à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur !...” (Romains 7.24-25)
Voilà la découverte que je fais lorsque le Fils de Dieu me libère : “Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marchent, non selon la chair, mais selon l'Esprit ; parce que la loi de l'Esprit de vie, qui est en Jésus-Christ, m'a affranchi de la loi du péché et de la mort.” (Romains 8.1-2. Version Ostervald).

En fait, la victoire sur le péché et la victoire sur nos pensées vont ensemble. C'est du coeur que viennent les mauvaises pensées, nous devons donc les combattre fermement en les rendant captives à l’obéissance de Christ. Si je ne les combats pas en les liant et en les chassant au nom de Jésus-Christ, celles-ci vont m'amener sur une voie de séduction qui conduit à pécher. Sachant maintenant que le péché habite dans ma chair, dans mes membres, je suis d'autant plus déterminé à appliquer vivement l'exhortation de Paul : “Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie.” (Colossiens 3.1-3)

La victoire sur le péché

Cette victoire qui est acquise, Jésus-Christ nous la donne, mais le plus souvent le chrétien ne la saisit pas, même s'il l'a comprise, et continue à se mettre en situation de péché, à cause de la puissance de la chair qui agit dans ses membres et qui parfois vient dominer sur sa marche par l'Esprit. Il a besoin d'être affermi encore et encore, jusqu'à ce que Dieu le rende inébranlable. On verrait mal, par exemple, un alcoolique abstinent, continuer de visiter les bistrots même s'il ne boit que de l'eau. Il se mettrait en situation de boire à nouveau de l'alcool et de rechuter. Aujourd'hui, l'internet fait des ravages et fait tomber beaucoup de chrétiens dans la pornographie à cause de son accès aisé par un simple clic. Là encore, le Seigneur (qui ne se lasse pas de pardonner) est puissant pour relever tous ceux qui sont tombés, à condition que ceux-ci le veuillent. Jésus est le seul chemin qui mène à Dieu : Si quelqu'un se repent de ses péchés en les avouant à Jésus, le Seigneur les efface et il reçoit la vie éternelle, il est comme s'il n'avait jamais péché.

Ensuite, sur ce même chemin de Jésus, le chrétien est invité, non pas à lutter avec des “Fais pas ci ! Fais pas ça !”, mais à se dépouiller de sa vieille nature qui se corrompt par les convoitises trompeuses et à revêtir la nouvelle nature qui est “l'homme nouveau créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité” (Ephésiens 4.24) et à s'en rappeler tous les jours. “Ce qui est quelque chose, c'est d'être une nouvelle créature” (Galates 6.15). Chaque matin et jusqu'au soir, je dois me le rappeler afin de vivre dans cette nouvelle créature et d'agir selon ce que la parole de Dieu me dit, et en persévérant. C'est le chemin resserré et étroit dont a parlé Jésus, et que peu trouvent. Il n'y a pas d'autre chemin menant au Père. Le Seigneur ne veut surtout pas que tu tournes en rond dans la culpabilité et l’échec ! Puisqu'il t'a pardonné, il ne se souvient plus de tes péchés ! Ne reste pas dans une situation de défaite, parce qu'il te donne la victoire. Il veut que tu sois sur pied et que tu avances. Il t'aime et veut te conduire au but. Et il le fera, si tu es d'accord. Et si nous avons part à la bonté de Dieu qui ne nous punit pas selon nos iniquités, nous aurons aussi devant nos yeux la crainte de Dieu, afin de ne jamais prendre le péché à la légère...

L'ordre missionnaire de Jésus-Christ

Jésus a envoyé ses disciples dans le monde en leur parlant ainsi : “Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde.” (Matthieu 28.19-20).

“Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ; ils saisiront des serpents ; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris.” (Marc 16.15-17)

Aujourd'hui, arrivé à l'âge de la retraite et faisant le point sur mes années passées dans la mouvance évangélique-protestante-luthérienne, donc avec des chrétiens ayant reçu l’appel du Seigneur, je m'aperçois que nous n'avons pas été fidèles en toutes choses à l'ordre missionnaire de Jésus. Nous n’avons mis mis l'accent que sur une partie seulement : “Allez, faites de toutes les nations des disciples”. Mais quand avons-nous mis l'accent sur la deuxième partie : “Guérissez les malades, chassez les démons” ? Je n'ai vu cela nulle part dans les églises évangéliques ! Certes, il y a eu des impositions des mains sur les malades, mais les malades n'ont pas été guéris. Ils sont morts ! La plupart ont été emportés par le cancer. Comment Dieu pouvait-il permettre cela ? N'avait-il pas le pouvoir de les guérir ? Souvent j'ai entendu la même phrase : “Si Jésus avait été là, il aurait dit un seul mot et le malade aurait été guéri”. Ces événements dramatiques ont bousculé ma foi et je me suis senti obligé de me remettre en question. J'ai vraiment vu trop de frères et soeurs mourir ! Même mon meilleur ami est décédé à la suite d'un cancer ! Malheureusement, à l’époque où il est décédé, je ne savais encore rien de la volonté claire et puissante de Jésus qui est de guérir les malades, et je ne l'avais pas encore reçue comme une révélation. Maintenant je le sais : Jésus veut nous guérir, mais si Dieu ne nous révèle pas sa Parole dans notre coeur, elle reste lettre morte et sans puissance.

J'ai relu les lettres de l'apôtre Paul en demandant au Seigneur de me guider. Paul n’est pas toujours facile à suivre dans ses écrits à cause de ses longues phrases qui tournent et tournent en spirales, mais il est inspiré ! Finalement, tout s'organise autour d'un noyau central où il est question du “mystère de Dieu caché de tout temps et dans tous les âges, mais révélé maintenant à ses saints.” (Colossiens 1.26). Il s'agit donc d'un grand mystère qui va nous être révélé ! Seulement, l'apôtre se doit d'expliquer que ce mystère lui est d'abord révélé à lui : “C'est par révélation que j'ai eu connaissance du mystère sur lequel je viens d'écrire en peu de mots. En les lisant, vous pouvez vous représenter l'intelligence que j'ai du mystère de Christ.” (Ephésiens 3.3-4). L'apôtre Paul a reçu la révélation spéciale du mystère de Christ permettant de nous éclairer. Il faut donc passer par ses écrits, les lire, les méditer si nous voulons recevoir cette même révélation dans notre coeur. Jésus ne nous la donne pas directement, il nous la donne seulement par l'intermédiaire de Paul. En connaissance de cause, l'apôtre exhorte : “Soyez mes imitateurs car je le suis moi-même de Christ”. Le mystère de Christ est révélé à tous les chrétiens qui ont soif et faim de la Parole de Dieu et qui vont puiser dans les lettres de Paul comme dans tous les écrits apostoliques, la nourriture solide qui permet d'avancer et de grandir en Christ.

Nous savons que Dieu prend soin de son Eglise et qu'il a appelé à cet égard un certain nombre d’enseignants. Malheureusement, beaucoup de faux enseignants se sont levés. Pour nous y retrouver, nous avons besoin du don de discernement. Le Saint-Esprit qui est en nous et qui a promis de nous conduire dans toute la vérité, peut mettre sur notre chemin le conseiller spirituel dont nous avons besoin, un véritable enseignant de la Parole de Dieu. Ouvrons les yeux et les oreilles, surtout si nous avons le désir de marcher dans l’Esprit et non dans la chair ! Loué soit Dieu qui veille sur nous ! “Il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l'oeuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ, jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ.” (Ephésiens 4.11-13).
Les bons enseignants se comptent sur les doigts d’une main. Ils ne sont pas parfaits, pas plus que les pasteurs, les évangélistes ou les réformateurs, c’est pourquoi, à l’exemple des Béréens, nous devons vérifier si tout ce qu’ils disent correspond bien à la Parole de Dieu.

Arrivé à ce stade, tu peux faire le point sur ta position “en Christ”

Est-ce que tu es né de nouveau ?

Si tu as entendu le message de l'Evangile et que tu y as répondu par la foi, tu es sauvé. Tu as reconnu en Jésus le fils de Dieu venu en chair. Tu as compris qu'il t'a tant aimé au point de se livrer lui-même pour toi sur la croix. Il s'est chargé de tes péchés, et pas seulement des tiens, mais aussi de ceux de nous tous ! “Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.” (Esaïe 53.4-5).
C'est pourquoi tu t'es repenti de tes péchés et tu les a confessés à Jésus. Il t'a pardonné instantanément, et tu es passé de la mort à la vie. La Parole te confirme ta nouvelle position en Christ. Tu es sauvé et tu as la vie éternelle : “À tous ceux qui l'ont reçue (la lumière), à ceux qui croient en son nom (Jésus), elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu.” (Jean 1.12-13).

Voilà, tu as la certitude d'être né de nouveau. De nombreux autres passages bibliques peuvent te le confirmer, comme par exemple celui-ci : “Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.” (2 Corinthiens 5.17).

La nouvelle vie en Christ commence pour toi. Si tu décides de suivre la voie du Seigneur Jésus-Christ telle qu'elle est rapportée dans le Nouveau Testament, tu choisis la voie par excellence. C'est la voie des disciples au sujet de laquelle Jésus, face à la foule qui le suivait, s'est exprimé afin de clarifier la situation : “Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même (au péché), qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera.” (Matthieu 16.24-25). “Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple.” (Luc 14.27) La vie de disciple implique donc une mort à soi-même, celle de notre vieil homme (de notre vieille nature), et là j’ai besoin de repentance et de foi. C’est exactement le contraire de la vie dans le monde où l’individu recherche l’épanouissement, l’accomplissement personnel ou l’accomplissement de soi.

Continuons de faire le point sur ta position en Christ

Est-ce que tu es baptisé d'eau par immersion ?

Est-ce que tu es baptisé du Saint-Esprit ?

Est-ce que tu parles en langues ?

C'est à toi seul de régler ces points dans la communion avec ton Seigneur, selon ta foi et ta conscience. Cependant, si tu les a acceptés, tu n'es plus seulement dans la connaissance, mais dans l'obéissance ! Réjouis-toi ! Réjouis-toi selon ce que Jésus a dit : “Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples” (Jean 8.31). Jésus te révèle qui tu es. Il faut le croire et se le rappeler chaque jour : “Je ne suis plus celui que j'étais avant, je suis une nouvelle créature, j'ai le même Père que Jésus-Christ !”

Maintenant, tu as certainement compris la différence qu'il y a entre “être chrétien” et “être disciple”.

Y-a-t’il sur la terre plus beau nom que celui d’être chrétien ou disciple ? Y-a-t’il plus haute dignité pour l’homme pécheur ? Non ! Tous les titres que tu pourrais te donner dans le monde ne sont rien à côté de celui d’être un simple chrétien authentique, racheté par le sang précieux de Christ !

Jésus veut te guérir

Si l'on considère la nature dans ses ouvrages, on découvre la divinité (Romains 1.20). Par analogie, si l'on regarde la souffrance humaine qui est tellement grande sur la terre et qu'on la considère seulement pour un seul être humain frappé d'une maladie incurable, voire un enfant, alors on découvre, venant profondément du coeur, une nécessité absolue pour Dieu de guérir. Avec cette conviction acquise du fond du coeur et sans même le besoin d'une démonstration biblique, je sais que Jésus veut guérir ! Je sais qu’il veut te guérir ! Le problème, c'est qu'il faut toujours expliquer, apporter des preuves aux gens qui ont du mal à le croire !

Quel père infligerait des maladies à ses enfants ? Quel père, s'il avait le pouvoir de guérir, ne guérirait-il pas ses enfants ?

Or, nous savons bien que notre Père dans les cieux est tout puissant et qu'il a remis tout pouvoir à son Fils qu'il a ressuscité des morts et fait asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. (Ephésiens 1.20-21). Nous le croyons fermement parce que cela est écrit. Le témoignage du Père vient s’harmoniser avec le témoignage du Fils : “Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre” (Matthieu 28.18).

Du temps de Jésus, il y avait un homme exclu du temple et exclu de la gloire de Dieu parce qu’il était malade de la lèpre, de la même manière que nous tous les humains, tous sans exception, sommes exclus de la présence de Dieu et de sa gloire à cause de notre péché. Comme cet homme était malade de la lèpre, il était aussi, selon la loi de Moïse, exclu de la société, et chaque fois que des gens s’approchaient de lui, il devait crier “Impur ! Impur !” Mais un jour, cet homme au milieu d’une foule qui suivait Jésus décida de s’approcher du Maître. Lisons dans l’évangile la guérison de ce lépreux : “Et voici, un lépreux s'étant approché se prosterna devant lui, et dit : Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur. Jésus étendit la main, le toucha, et dit : Je le veux, sois pur. Aussitôt il fut purifié de sa lèpre.” (Matthieu 8.2-3).
Nous voyons que la réponse de Jésus face au lépreux est prompte autant que son geste est efficace. Telle est aussi l’expression de l’amour de Dieu ! “ Jésus étendit la main, le toucha, et dit: Je le veux, sois pur. Aussitôt il fut purifié de sa lèpre”. C’est exactement la réponse à tout homme se reconnaissant pécheur et décidant de s’approcher de Jésus avec confiance ! “Je le veux, sois pur” sera la réponse. La miséricorde et la compassion du Père sont dans le Fils. Dès lors que Dieu nous rend purs, nos péchés sont pardonnés et la guérison peut commencer. “Je le veux” sera toujours la réponse du Seigneur Jésus-Christ face à notre demande sincère de purification. Puis, la purification, la sanctification de notre être, engendrera la guérison complète de toutes nos maladies.
“Heureux ceux qui ont le coeur pur, car ils verront Dieu !” (Matthieu 5.8).
“Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur.” (Hébreux 12.14).

Parenthèse

J'aimerais à cet endroit ouvrir une parenthèse afin de préciser (ou rappeler), le contexte sociétal dans lequel nous vivons. Même si je fais partie d’une minorité à le reconnaître, en effet, je crois que nous sommes parvenus à la fin des temps, les temps qui précèdent l'enlèvement de l'Eglise par le Seigneur Jésus-Christ.

Tous les signes sont là pour le confirmer. Il suffit de s'y intéresser. Si nous ne le faisons pas, nous sommes comme ceux parmi la foule, auxquels Jésus s'est adressé en disant : “Quand vous voyez un nuage se lever à l'occident, vous dites aussitôt: La pluie vient. Et il arrive ainsi. Et quand vous voyez souffler le vent du midi, vous dites : Il fera chaud. Et cela arrive. Hypocrites ! vous savez discerner l'aspect de la terre et du ciel ; comment ne discernez-vous pas ce temps-ci ?” (Luc 12.54-56).

Soyons de ceux qui s'y intéressent ! La fin des temps a commencé avec la première venue de Jésus. Aujourd'hui, un peu plus de deux mille ans après, nous sommes arrivés à la fin de la fin des temps. Si hier, Jésus a dit : “C'est la dernière heure”, aujourd'hui, il pourrait sûrement dire : “C'est la dernière minute” !

Un frère chrétien a fait des recherches, il a recensé dans la Bible plus de quarante signes annonçant le retour de Jésus, et qui sont tous accomplis à la date d'aujourd'hui, ou du moins en train de s'accomplir. Nous sommes donc actuellement en plein dans l'époque des vierges sages et des vierges folles, selon la parabole de Jésus (Matthieu 25.1-13). Des choses très importantes se décident donc actuellement dans le coeur des chrétiens. Certains se préparent au retour de Jésus, d'autres non.

Comme Dieu ne force personne, il est patient et plein de miséricorde. Cependant, le temps de la grâce est compté. Quand le son de la dernière trompette résonnera, Jésus descendra sur les nuées et en un clin d'oeil, il enlèvera son Eglise. À ce moment-là, son Eglise ne sera plus sur terre, elle sera enlevée dans le ciel. Le temps de la grâce ici-bas aura pris fin pour laisser la place au temps terrible de la colère de Dieu.

Un signe, un seul signe, n'est pas encore accompli ! Jésus a dit : “Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l'enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n'échapperont point.” (1 Thessaloniciens 5.3).

Dès que nous entendrons qu'un traité de paix a été signé sur le plan mondial, alors nous saurons que la fin est proche et que ce qui retient l'antichrist va bientôt être enlevé.

En conséquence, voilà la question que chacun, chacune, doit se poser :
– Est-ce que je fais partie de l'Eglise de Jésus-Christ, celle qu'il va enlever ? Ce n'est pas une église locale qu'il va enlever, mais sa véritable Eglise, l'Epouse, qui sera avec lui toute l'éternité ! Suis-je membre de cette Eglise ? Suis-je de ceux, de celles, qui se préparent pour le retour en gloire du Seigneur Jésus ! Suis-je de ceux, de celles, qui disent : “Viens, Seigneur Jésus ! Viens !” (Apocalypse 22.20).

“Et il guérit tous les malades"

Durant son ministère terrestre Jésus a guéri tous les malades qui sont venus à lui, tous sans exception ! À cet égard, lorsque nous lisons les Evangiles, il est impossible de ne pas remarquer une petite phrase qui revient tout au long du ministère de Jésus : “Et il guérit tous les malades”. Partout où il va, nous le voyons parler, enseigner, agir au milieu d'une grande foule qui ne cesse de le suivre. Et dans toutes les situations, nous le voyons guérir les malades, faire du bien. Dans ses actions, il n'y a jamais de panique ni d'agitation. Nous le voyons dans le plus grand calme accomplir toutes sortes de miracles de guérisons. Comme le Père est en lui et lui dans le Père, les deux parfaitement unis, il a la foi parfaite de Dieu et une parole suffit pour que le malade soit guéri. Il ne prie pas pour la guérison, il parle à la maladie et la chasse. Certes, avant de commencer sa journée, il a peut-être prié toute une nuit ! Parfois, il impose les mains, touche le malade une fois, deux fois s'il le faut, comme pour l'aveugle de naissance de Bethsaïda (Marc 8). Il a guéri à distance le serviteur du centurion (Luc7.1-10). Il a ressuscité la fille de Jaïrus ainsi que son ami Lazare. Si Jésus a le pouvoir de ressusciter les morts, à plus forte raison a-t-il le pouvoir de guérir les malades !

Qui n’a pas son lot de souffrances ici-bas ? Les maladies, les accidents... personne n’est épargné dans sa vie. Au regard du monde, la détresse est si grande qu’elle dépasse la bonne volonté des hommes qui voudraient aider mais ne le peuvent pas. Rendons aussi au passage un grand hommage à nos médecins, aux associations et à toutes aides humanitaires !

Maintenant, par rapport à la Bible, pouvons-nous affirmer qu’un chrétien souffrant pourrait être oublié de Dieu ? Non ! Nous pourrions citer, rien que dans le livre des Psaumes, quantité de versets qui le prouvent (Psaumes 34.18 ; 145.18...). Quoi qu’il arrive, un chrétien ne peut pas être abandonné de son Dieu. “Une femme oublie-t-elle l'enfant qu'elle allaite ? N'a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles ? Quand elle l'oublierait, Moi je ne t'oublierai point.” (Esaïe 49.15). Dieu est le Père de ses enfants d’adoption. Si une maladie frappe l'un de ses enfants, il y a dans l'héritage divin qui nous est réservé, tout un programme préparé pour la guérison. Cet héritage, selon 1 Pierre 4, nous est reservé dans les cieux. C'est à nous de le discerner et de nous l’approprier par la foi dès maintenant, ici-bas ! Si nous restons dans l'ignorance et la passivité, nous passerons à côté de la guérison. Mais si nous nous en donnons la peine par la lecture de la Parole de Dieu, alors le Saint-Esprit va agir en nous “et illuminer les yeux de notre coeur, pour que nous sachions quelle est l'espérance qui s'attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu'il réserve aux saints, et quelle est envers nous qui croyons l'infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force.” (Ephésiens 1.18-19).

Dès l'Ancien Testament, la promesse de guérison est donnée au peuple de Dieu : “Je suis l'Eternel qui te guérit” Yahvé-Rapha (Exode 15.26). C’est par le Fils que le Père a prévu de guérir, “par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous” (1 Pierre 1.19-20) . Et nous savons que Dieu ne change pas. Le Nouveau Testament nous l’atteste : “Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui, et éternellement.” (Hébreux 13.8).

Si Jésus a guéri les malades hier, pourquoi ne les guérirait-il pas aujourd'hui ? Jésus-Christ n'a pas changé ! Alors, sur quelle base certains pasteurs ou enseignants affirment que les miracles de guérison accomplis par Jésus ne sont à prendre en compte que pour la période de son ministère terrestre, sous l’ancienne Alliance et qu'aujourd'hui, dans la nouvelle Alliance, il ne guérirait plus ? C'est une fausse doctrine !

La Parole est là pour attester et réfuter tous les faux enseignements. Il existe de nombreux ouvrages traitant de “la guérison”. Ici, je me contenterai de rappeler quelques Paroles bibliques essentielles que tous chrétiens devraient savoir par coeur afin de pouvoir les dire à haute voix devant le malin pour lui résister et le faire fuir, et déclencher la guérison.
  • PSAUME 53.4-5 (il est bon de connaître le psaume en entier) : “Cependant (certainement), ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé ; Et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.
  • MATTHIEU 8.17 : “afin que s'accomplît ce qui avait été annoncé par Ésaïe, le prophète : Il a pris nos infirmités, et il s'est chargé de nos maladies.
  • 1 PIERRE 2.24 : “lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice ; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris.
Du côté du Seigneur tout est fait. À moi maintenant de me lancer. Si je suis un vrai chrétien né de nouveau, croyant fermement au nom de Jésus-Christ, je peux m'approprier sa Parole pour la mettre en pratique. Dieu n'est pas un Dieu pour mentir, nous verrons s'accomplir ses promesses. Il est écrit :
“Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ; ils saisiront des serpents ; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris.” (Marc 16:17-18).

Mais tous ne guérissent pas

Mais tous ne guérissent pas ! S’il est révélé dans la Bible que Dieu veut nous guérir, pourquoi certains malades qui recherchent activement la guérison divine ne sont-ils pas guéris ? Il a été beaucoup écrit sur le sujet, c’est pourquoi je laisse le soin à chacun et chacune de faire ses propres recherches en se laissant guider par le Consolateur, le Sain-Esprit qui habite en nous.

Nous remarquerons simplement qu’un grand courant de chrétiens ne croient pas à la guérison divine et systématique des maladies. Ils évoquent le plus couramment, d’une part, l’écharde de l’apôtre Paul qu’ils considèrent comme une maladie et que Dieu a refusé de lui enlever. Cependant, Paul a parlé d’une écharde dans la chair – et non d’une maladie –, qu’il aurait reçue d’un ange de Satan, pour le souffleter et l’empêcher de s’enorgueillir de l’excellence des révélations qu’il avait reçues (2 Corinthiens 12.7). D’autre part, le Nouveau Testament montre des personnages contemporains à l’époque de l’apôtre Paul qui étaient malades, et l’on se demande pourquoi l’apôtre Paul ou les disciples ne les ont pas guéris ! “J'ai laissé Trophime malade à Milet.” (2 Timothée 4.20)... Là encore, il appartient à chacun et chacune, de faire sa part de recherche, pour répondre en même temps à l’invitation de l’apôtre Paul : “Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement... car c'est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir.” (Philipiens 2.12-13) !

Une chose est sûre : Jésus a guéri tous les malades qui sont venus à Lui ! C’est un fait attesté par la Bible qui nous révèle la volonté de Dieu sur ce sujet. Mais le Seigneur ne nous a pas promis de nous délivrer des persécutions, ni des “soufflets” qui protègent de l’orgueil !

Une autre remarque me paraît incontournable dans le monde actuel. La maladie est pour certaines grandes entreprises une grosse source de gains ! Elle est ainsi voulue par un monde ténébreux aimant l’argent plus que Dieu. Imaginez, s’il n’y ait plus de malades, la ruine de ceux qui s’enrichissent dans la fabrication des médicaments !

Le monde a besoin de médecins et de médicaments, cela se comprend. Mais alors pourquoi une majorité de chrétiens ont exactement le même comportement que les gens du monde ? Quand ces chrétiens sont malades, leur première réaction n’est-elle pas de consulter un médecin ? Loin de moi l’idée de mépriser les uns ou les autres ! Que serions-nous sans les médecins ! Nous avons tous eu besoin d’eux dans notre vie ! Et quelle reconnaissance avons-nous pour les aides merveilleuses qu’ils nous ont prodiguées ! Par leur médecine, les médecins sauvent des vies, apaisent des souffrances ! Merci à eux et gloire à Dieu qui les a suscités !

Néanmoins, la foi profonde ne peut que nous ouvrir les yeux et nous montrer le grand médecin de l’Esprit, de l’âme, et du corps qu’est le Seigneur Jésus-Christ !

Pourquoi ne suis-je pas encore guéri ?

Grâce à Dieu, je n'ai pas souvent été malade dans ma vie ! Cependant, je lutte encore contre deux maladies héréditaires qui persistent depuis mon jeune âge : des vertiges et du psoriasis. Si les vertiges ont beaucoup diminué, le psoriasis, lui, n'a pas vraiment cessé de progresser. Pour recevoir la guérison divine – car j’y crois –, je continue d'apprendre à ne pas regarder aux symptômes, mais à Jésus seul afin de mettre ma foi en Jésus seul sans me soucier de ce qu’une tempête gronde aux alentours. Je veux garder en mémoire le miracle de Jésus marchant sur l’eau, lorsqu’il a dit à Pierre : “Viens” ! Pierre l'a regardé et a fait quelques pas sur l'eau. Mais dès qu'il a détourné son regard pour le porter sur les vagues houleuses de la mer, il a eu peur et a coulé. Le texte de Matthieu précise : “Pierre sortit de la barque, et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais, voyant que le vent était fort, il eut peur ; et, comme il commençait à enfoncer, il s'écria: Seigneur, sauve-moi ! Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit, et lui dit: Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? Et ils montèrent dans la barque, et le vent cessa.” (Matthieu 14.29-32).

Pourquoi ne suis-je pas encore guéri ? À cause de cette maladie de la peau occasionnant des plaques assez laides au regard d’autrui, j'ai été privé depuis des décennies des plaisirs de la baignade et de la plage. Selon les médecins, c'est une maladie chronique qui ne se guérit pas. Seul Dieu peut me guérir.

S’il est écrit que le doute en nous empêche le miracle, peut-être un doute en moi dont je ne suis pas conscient empêche-t’il le miracle. Quant à ma foi, est-elle insuffisante ? Je crois en Dieu, mais je n'ai peut-être pas encore “la foi de Dieu” comme le recommande Jésus à ses disciples : “Ayez la foi de Dieu. Je vous le dis en vérité, si quelqu'un dit à cette montagne: Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s'il ne doute point en son coeur, mais croit que ce qu'il dit arrive, il le verra s'accomplir.” (Marc 11.22-23).

Confronté à la Parole, j'en déduis que, même si Jésus a le pouvoir de guérir les malades sans tenir compte de leur foi, pour ce qui me concerne, il me demande de ne pas douter et d’avoir la foi de Dieu ! “Ayez foi en Dieu” n'est assurément pas la même chose que “Ayez la foi de Dieu” ! Il me demande d’avoir un coeur honnête et pur : “Garde ton coeur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie.” (Proverbes 4.23). Sans doute que mon coeur a besoin d’être nettoyé de choses que je ne vois pas, j’ai besoin que le Seigneur me les montre, qu’il m’éclaire, oui, qu’il me montre comment Lui voit mon coeur !

Jésus avait la foi de Dieu puisque son coeur était parfaitement pur, et le Père l'exauçait toujours. Nous en voyons la belle démonstration à la résurrection de Lazare : “Et Jésus leva les yeux en haut, et dit : Père, je te rends grâces de ce que tu m'as exaucé. Pour moi, je savais que tu m'exauces toujours ; mais j'ai parlé à cause de la foule qui m'entoure, afin qu'ils croient que c'est toi qui m'as envoyé. Ayant dit cela, il cria d'une voix forte : Lazare, sors ! Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d'un linge. Jésus leur dit : Déliez-le, et laissez-le aller.” (Jean 11.42-44).

Malgré tout, si je ne suis pas encore guéri à l’heure où j’écris ces lignes, ma foi est assez forte pour ne pas me laisser aller à en rendre Dieu responsable, ce serait de la folie ! Et quoi qu’il arrive, je veux me rallier à ceux qui persévèrent dans le combat, comme Job, tellement éprouvé dans la souffrance et la maladie, mais qui n’abandonna pas la foi, croyant fermement à l’existence de son rédempteur et ayant la ferme assurance qu’il le verrait un jour de ses propres yeux. Et Dieu le récompensa : “L'Éternel rétablit Job dans son premier état, quand Job eut prié pour ses amis ; et l'Éternel lui accorda le double de tout ce qu'il avait possédé.” (Job 42.10).

Si Dieu veut nous guérir, il veut nous bénir

Lorsque Jésus a été cloué sur le bois, il est devenu malédiction pour que nous entrions dans la bénédiction. Lorsque son sang pur a coulé sur le bois – sept fois son sang a giclé sous la violence de ses bourreaux –, alors à ce moment-là, la chaîne de malédiction causée par les péchés des hommes de toutes générations depuis Adam et Eve a été définitivement rompue, nous délivrant juridiquement de tous nos péchés et de toutes nos maladies héréditaires. Il est écrit : “Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous - car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois, - afin que la bénédiction d'Abraham eût pour les païens son accomplissement en Jésus Christ, et que nous reçussions par la foi l'Esprit qui avait été promis.” (Galates 3.13-14). Gloire à Dieu !

Un héritage considérable, par sa grandeur et par la richesse de son contenu, nous est offert par “Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis de toute sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ!" (Ephésiens 1.3). Paul nous exhorte : “Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d'avoir part à l'héritage des saints dans la lumière”. (Colossiens 1.12). Là encore, nous devons faire un travail pour comprendre le contenu de notre héritage divin. Ne passons pas à côté de ce cadeau sans le voir ! Cet héritage comprend assurément la guérison ! Cela veut dire que Dieu nous a rendus capables d'avoir part à la guérison durant notre vie ici-bas !

Imaginez que Jésus vous rende visite, comme il avait l’habitude de le faire autrefois en se rendant dans la maison de Marthe et Marie. Quel serait votre comportement ? A vrai dire, je crois que notre comportement naturel s'apparente le plus souvent à celui de Marthe : nous nous inquiétons et nous nous agitons pour beaucoup de choses, tandis que sa soeur Marie, elle, a choisi une seule chose : celle de s'asseoir aux pieds de Jésus et de profiter au maximum de sa présence. Et Jésus lui donne raison ! À nous donc de choisir la bonne part qui ne nous sera pas ôtée à l'exemple de Marie ! (Luc 10.42).

De plus, nous sommes gagnants si, dans notre conscience, nous avons appris que cette bonne part nous est donnée aujourd’hui et non demain ! Aujourd’hui est le temps de la grâce ! Qui sait combien ce temps de la grâce va encore durer et quand il va se terminer ? Profitons au maximum de la présence du Seigneur dans notre maison, dans notre être intérieur aussi longtemps qu'on peut dire : Aujourd'hui ! Au milieu d'un monde tellement agité de partout, la sagesse divine devrait nous faire reconnaître qu’une seule chose est nécessaire : profiter de la présence du Christ, l’écouter parler et recueillir au maximum sa Parole dans notre coeur, Lui qui a dit : “Voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde” (Matthieu 28.20). C'est la raison pour laquelle, tout au long de ces pages, je laisse parler abondamment le Seigneur. Sa Parole doit descendre dans notre coeur et y demeurer !

Le mot de la fin

Dans la vie, il y a des choses que vous ne pouvez comprendre aussi longtemps que vous ne les avez pas mises en pratique. Des choses qui restent des théories tant que vous ne les appliquez pas. Finalement, c’est dans mon jardin que j’ai enfin compris certaines réalités essentielles de la vie spirituelle : en plantant quelques arbres ! Evidemment, leur croissance prend des années ! Planter un arbre fruitier, le voir grandir, en prendre soin, s’émerveiller des fruits de la première récolte ; et puis connaître des saisons plus ou moins bonnes, tailler les branches chaque année, s’appercevoir qu’un arbre a besoin de beaucoup d’espace pour se développer, s’étonner de le voir grandir et développer un tronc énorme... Et puis un jour, lorsque l’arbre fait trop d’ombre chez le voisin mécontent, ou ne donne plus de fruit, ou se déssèche pour une raison ou une autre : l’âge ou quelque maladie, être obligé de l’abattre est aussi une expérience forte de symbolisme spirituel. Quand l’arbre est abattu et que du tronc coupé poussent des rejets, l’idée de résurrection réjouit vraiment l’esprit. Mais l’arbre abattu pose un autre problème lorsque vous souhaitez vous débarrasser de ses racines. C’est ici précisément au cours de cet acte laborieux, que Dieu, je crois, m’a conduit dans une réflexion édifiante.

Cet arbre, au départ un sapin de Noël replanté dans un coin du jardin, j’ai dû l’abattre parce qu’il avait grandi trop et trop vite. Pour aplanir le terrain avec ma bêche et ma pioche, je me suis attaqué à ses racines, mais alors des racines énormes et profondément ancrées en terre que seul un ouragan aurait pu arracher ! Il me semble que de telles racines sont parfois en nous comme des maladies héréditaires qui refusent de partir parce qu’elles se sont développées depuis des décennies, ou encore comme de mauvais raisonnements qu’il faut renverser, ou encore comme des forteresses de l’ennemi à renverser avec les armes puissantes de l’Esprit. Mais là sur mon terrain, je me rends compte qu’avec ma sueur et ma pioche, je ne peux ni les déraciner, ni les arracher : je n’ai pas assez de force, pour cela il me faudrait un bulldozer !

En fait... je n’ai pas assez de force ou pas assez de foi ? Voilà la question que je me pose. Le Seigneur n’a-t-il pas dit : “Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à ce sycomore: Déracine-toi, et plante-toi dans la mer ; et il vous obéirait.” (Luc 17:6 ) ...

Ce fut l’occasion pour moi d’envoyer une toute nouvelle prière à Dieu au nom de Jésus-Christ : “Seigneur, moi je ne peux pas déraciner ces énormes racines, mais toi tu le peux”. Et j’en suis convaincu ! En effet, Dieu est bien plus fort qu’un bulldozer ! En un clin d’oeil, en réponse à ma prière, il va arracher en moi toutes racines de maladies, détruire toute forteresse de péchés établies depuis des décennies, et ma vie va être aplanie une bonne fois pour toutes ! Voilà ce que je crois ! Et je le verrai !

A propos des racines énormes impossibles à extraire manuellement, voilà que deux ou trois mois plus tard, des travaux furent effectués sur la chaussée juste en face de mon coin de jardin, et il y avait un bulldozer ! Quelle chance ! Peut-être que Dieu voulait m'aider ? Je laissai passer un jour, puis avec un peu d’hésitation, j’allai demander au conducteur du bulldozer s'il pouvait faire quelque chose ou sinon me donner conseil. Il regarda le tronc coupé et à ma grande surprise, il me dit : “Pas de problème” ! Il ne fallut pas plus d'une dizaine de minutes pour extraire les racines énormes de mon sapin de Noël. Je pris cette action pour une bénédiction encourageante !

En Christ, je suis déjà guéri ! Je le sais. Oui, depuis le jour où le Seigneur m'a fait asseoir avec Lui dans les lieux célestes, j'ai l'assurance d'être guéri, du moins dans l'esprit ! Il faut juste que cette guérison se propage dans mon âme et dans mon corps. À ce titre, ce qui est écrit est écrit : "C'est lui qui le fera" ! Parce que sa volonté est de nous guérir complètement pour le jour de son retour : “Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l'esprit, l'âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus Christ!” (1Thessaloniciens 5.23).

Il a plu à Dieu de révéler à l'apôtre Paul le mystère de Christ : “Christ en vous, l'espérance de la gloire.” (Colossiens 1.27). Paul nous fait donc savoir qui nous sommes véritablement lorsque nous sommes nés de nouveau. Suivant son éclairage, nous sommes composés d'un esprit, d'une âme, et d'un corps. Pour le corps c'est facile à comprendre. Mais il faut bien discerner la différence entre l'âme et l'esprit. L'esprit est notre être intérieur que Paul appelle l'homme intérieur (ou la femme intérieure). C'est un être complet, spirituel, fait de substance spirituelle comme celle de Dieu, tandis que notre corps est fait de substance matérielle. Cet esprit est créé par Dieu pour nous mettre en contact avec le monde spirituel. Nous n'avons pas conscience de notre esprit. Mais nous sommes conscients d'un être intérieur qui pense, réfléchit, et qui éprouve des sentiments, des émotions, des passions, des volontés : cet être là, ce n'est pas l'esprit, c'est l'âme.

L'esprit, c'est l'homme intérieur (ou la femme intérieure) qui vit en moi et qui se renouvelle de jour en jour selon l'image parfaite de Christ. L'esprit, c'est donc ce que Dieu dit que je suis. Je suis donc appelé à le croire et à en prendre conscience pour ma plus grande joie, car je comprends alors que mon corps physique enveloppe cet être merveilleux et saint que Dieu a créé en esprit et qui sera révélé à l'avènement de Christ. Mon esprit est le lieu très saint où habite le Saint-Esprit lorsque je suis né de nouveau et par lequel je suis en contact avec Dieu. Dès lors, le vieil homme n'existe plus, il est mort. Tu en as le souvenir, ton entourage aussi, mais c'est l'homme nouveau qui le remplace et qui est une toute nouvelle créature : “Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.” (2 Corinthiens 5.17)

“Seigneur, je te prie que cet homme nouveau que tu as créé en moi et qui se renouvelle de jour en jour, puisse s'extérioriser dans toute ma personne afin qu'il soit rendu de plus en plus visible à mon entourage ! Amen !”

Nous voyons dans les évangiles que Jésus se retirait souvent pour prier. Il passait beaucoup de temps en prière, seul à seul avec son Père, parfois durant toute une nuit. Quel contraste avec les païens qui passent des nuits dans l’impudicité et l’impureté ! Nous ne devons surtout pas leur ressembler !

Dieu veut nous conduire dans la perfection
“Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.” ( Matthieu 5.48)

Je me souviens qu’après ma conversion, il y a donc très longtemps, j’assistais assidûment aux cultes d’une église évangélique-luthérienne. J’étais heureux d’y entendre la parole prêchée exactement selon la Bible. Un jour, j’entendis une phrase qui ne m’a plus jamais quitté. Le pasteur avait dit en parlant de nous, les chrétiens : “Nous serons semblables à Jésus”. Je me suis dit qu’il y allait quand même un peu fort. “Etre comme Jésus”, cette idée me paraissait invraisemblable, en tout cas impossible à réaliser. À ce moment-là, j'étais comme Simon Pierre qui ne comprenait pas pourquoi Jésus s'était approché de lui pour lui laver les pieds. Mais Jésus lui expliqua : "Si je ne te lave, tu n'auras point de part avec moi." (Jean 13.7).

Aujourd'hui, après des années, j'ai compris le plan de Dieu. C'est aussi le fruit d'une communion avec lui. Rien n'est plus beau que d'être en communion avec le Seigneur et de saisir par révélation le plan extraordinaire qu'il a pour ses enfants ! Lorsqu'il a exercé son ministère, Jésus a souvent parlé en paraboles et ses disciples ne comprenaient pas, ce n'est qu'en privé qu'il leur expliquait tout ce qu'il avait dit. Cependant, nous voyons dans les évangiles qu'au-delà des explications, ils n'avaient rien compris de la crucifixion ni de la résurrection de leur Maître. Pour vraiment comprendre, ils ont dû attendre jusqu'au jour de la Pentecôte, la venue du Saint-Esprit.

Le Saint-Esprit éclaire en nous la Parole de Dieu afin que les explications deviennent révélations.

Dieu ne veut pas nous voir demeurer au stade d'enfant toute notre vie. Sa volonté est de nous faire grandir dans la foi. Sur le plan physique, dès la naissance, il y a une croissance naturelle du stade bébé au stade adulte, sur le plan spirituel, c'est pareil. Il n'y a que la nourriture qui change pour l'un et pour l'autre. Dieu lui-même nous l'explique et nous le révèle grâce au Saint-Esprit : “Il est écrit: L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.” (Matthieu 4.4).

La Parole, c'est Jésus ! Je vais nourrir mon être spirituel par la Parole de Jésus ! C'est elle qui va me faire grandir depuis ma nouvelle naissance, du stade bébé jusqu'à la stature parfaite qui est celle de l'homme fait, et même de l'homme parfait ! Oui, c'est Dieu qui le dit, et s'il le dit, je le crois ! “Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.” (Matthieu 5.48). C'est la même parole qui a dit : “Que la lumière soit ! Et la lumière fut.” (Genèse 1.3).

Dieu crée en moi, selon que je le laisse faire, le nouvel Adam, comme “Au commencement”. Il le recrée parce que l'ancien Adam est déchu éternellement. Et Dieu me dit que par la foi en Christ, je suis maintenant participant de la nature divine ! (2 Pierre 1.4). Quel honneur et quelle grâce d'être enfant de Dieu, puis fils de Dieu, semblable au Fils !

Nous ne sommes pas encore parfaits, mais Dieu nous fait confiance, comme il a fait confiance à ses douze disciples qui n'étaient pas encore parfaits lorsqu'il les a envoyés par tout le monde prêcher la bonne nouvelle. Soyons certains qu'à son retour, le jour de l'avènement, nous serons tous parfaits !

Mais dès maintenant, Dieu dit “soyez parfaits” ! Il le dit parce que nous le sommes déjà dans l'esprit. Notre esprit recréé par Dieu est la nouvelle nature qui nous a été donnée à notre nouvelle naissance, tandis que l'ancienne nature a été engloutie dans le tombeau avec Christ. Les choses anciennes sont passées, et toutes choses sont devenues nouvelles. Le but de Dieu, pour nous rendre saints dans notre être tout entier, est de nous faire revêtir cette nouvelle nature, afin que la vie nouvelle créée dans notre esprit, passe de l'intérieur à l'extérieur. Elle doit donc traverser l'âme et le corps pour se manifester. Par un processus de sanctification consistant à remplacer de l'ancien par du nouveau, et avec l'aide du Saint-Esprit, Dieu va nous apprendre à marcher chaque jour par l'Esprit dans notre vie nouvelle.

Notre corps physique est habité par le péché, c'est ce que l'apôtre Paul décrit dans Romains 7.23-25, lorsqu'il voit dans ses membres une loi (la loi du péché et de la mort) opposée à l'esprit (la loi de l'esprit de vie en Jésus-Christ). Il dit : “Je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?... Grâces soient rendues à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur !”. Paul appelle notre corps physique un “corps de mort”, et il restera effectivement un corps de mort jusqu'à notre disparition physique, lorsque celui-ci retournera en poussière et que par la résurrection nous recevrons un corps nouveau sans péché et incorruptible.

Mais Jésus, à travers sa victoire sur la croix, lorsqu'il a emporté en son corps tous nos péchés, nous a délivrés de l'esclavage de ce corps de mort dans lequel habite le péché. “Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marchent, non selon la chair, mais selon l'esprit; Parce que la loi de l'Esprit de vie, qui est en Jésus-Christ, m'a affranchi de la loi du péché et de la mort.” (Romains 8.1-2, version Ostervald).

Maintenant, grâce à ma foi en Christ, je peux faire mourir les membres qui sont sur la terre, ceux qui sont asservis au péché, et remporter la victoire de l'esprit sur la chair. La loi de l'esprit de vie en Jésus-Christ l'emporte sur la loi du péché et de la mort !
Paul poursuit : “Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si par l'Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu.” (Romains 8.12-14).

Le mystère que Dieu révéle aux chrétiens nés de nouveau, c'est donc “Christ en vous, l'espérance de la gloire” selon Colossiens 1.27.

Nous avons sûrement déjà entendu la parole du prophète Osée : “Mon peuple est détruit, parce qu'il lui manque la connaissance” (Osée 4.6). Les chrétiens qui ne lisent pas la Bible, manquent de connaissance. S'ils ne désirent pas comme des enfants nouveaux-nés le lait spirituel et pur de la Parole, ils manqueront de croissance pour le salut et resteront des chrétiens charnels, encore prisonniers sous le joug de la loi. À se demander s'ils ont déjà goûté la bonté de Dieu qui nous pousse à la repentance ! Il y a une rébellion dans les chrétiens charnels. C'est pourquoi les chrétiens charnels ne supportent pas les chrétiens spirituels, dont la nourriture est solide. “Or, quiconque en est au lait n'a pas l'expérience de la parole de justice ; car il est un enfant. Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l'usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal” (Hébreux 5.13-14).

Le plan de notre Dieu, qui est bon, est d'amener tous les chrétiens à la maturité spirituelle, mais à l'évidence, parmi le grand troupeau, beaucoup résistent à l'appel du bon berger et montrent une opposition parfois farouche. Seuls ceux qui ont un coeur de brebis se laissent convaincre et deviennent des disciples prêts à suivre leur Seigneur jusqu'au bout. Par amour, ils ont reçu dans le coeur le profond désir d'obéir à sa Parole.

Dieu veut amener tous ses disciples à la ressemblance de Jésus. Le programme pour y arriver est développé particulièrement dans les épîtres de l'apôtre Paul, l'apôtre qui a reçu la révélation de la marche selon l'Esprit. Non seulement, nous sommes appelés à lire ces épîtres, mais à les méditer et à croire ce que la Parole nous dit. C'est en fonction de notre foi que Dieu nous révèle sa Parole. Nous avons besoin d'une bonne communion avec lui !

Il s'agit de faire mourir en nous tout ce qui est charnel pour le remplacer par tout ce qui est spirituel en Christ. D'emblée, Satan ne le veut pas et il va le montrer à ceux qui désirent de tout leur coeur faire la volonté du Seigneur. Ils vont être éprouvés comme dans une fournaise, parce qu'en même temps, Dieu leur donne la grâce de mettre à l’épreuve leur foi et de l'épurer comme de l'or. Christ leur assure la victoire. Et s'ils s'accrochent à la Parole de Dieu en croyant fermement à ce qui est écrit, ils avanceront de plus en plus dans la victoire glorieuse que Christ a remportée pour nous à la croix.

Lorsque Christ est mort sur la croix et qu'il a été mis dans un tombeau pendant trois jours, il a emporté dans son corps notre vieille nature avec ses péchés, ses infirmités et ses maladies (Esaïe 53 et Matthieu 8.17). Lorsqu'il est ressuscité, il nous a ressuscités avec lui en nous donnant une nouvelle nature parfaite et sainte qu'il a fait asseoir avec lui dans les lieux célestes. C'est écrit en Ephésiens 2.6 : “Il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ”.

Maintenant, nous devons apprendre – et nous le répéter – que la nouvelle nature (l'homme nouveau ou la femme nouvelle) que Dieu nous a donnée à notre nouvelle naissance, c'est l'esprit. Parce que Dieu lui-même est Esprit et il nous crée à son image, à sa ressemblance. La chair est une substance charnelle temporaire, l'esprit est une substance spirituelle éternelle.
Ensuite, nous devons apprendre que durant tous les jours qui nous restent à vivre, notre âme comme notre corps physique ont besoin d'une transformation que Dieu a promis de faire en nous, par sa Parole et avec l'aide du Saint-Esprit, dans la mesure où nous-mêmes, nous le laisserons agir.

Notre personnalité, qui se trouve dans notre âme (pensée, sentiments, volonté) et dont notre corps physique dépend, a besoin d'être transformée afin de devenir semblable à la personnalité de Jésus.

Nous devons comprendre que notre âme porte les traces de notre vie passée sans Dieu et que cela a affecté notre corps physique. Il s'agit donc de faire mourir, par la foi, les membres qui sont sur la terre : l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie. (Colossiens 3.5).

Pour y arriver, nous devons marcher chaque jour selon l'Esprit, afin de ne pas accomplir les désirs de la chair qui sont contraires à ceux de l'Esprit. Tout ce qui est charnel en nous doit être mis à mort à la croix et disparaître. “Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables.” (Galates 5.19-21). “Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous.” (Ephésiens 4.31).

En recevant l'instruction de Christ, nous nous dépouillons du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses et, étant renouvelés dans l'esprit de notre intelligence, nous revêtons l'homme nouveau créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité. (Ephésiens 4.22-24).

Si nous décidons dans notre vie quotidienne de marcher selon l'Esprit, c'est le meilleur choix que nous puissions faire, et Dieu va nous transformer petit à petit, et nous amener à produire le fruit de l'Esprit qui est : “l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance.” (Galates 5.22). C'est ainsi que notre ancienne personnalité sera changée et rendue semblable à celle de Christ. C'est ce que Dieu veut. Si je le veux aussi, alors cela s'accomplira ! La promesse s'accomplira : “Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l'esprit, l'âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus Christ ! Celui qui vous a appelés est fidèle, et c'est lui qui le fera.” (1 Thessaloniciens 5.23-24).

Ainsi, dans la pratique quotidienne, je dois bien comprendre et croire ce que Dieu me dit : Ma vieille nature est morte. Ma nouvelle nature (qui est l'esprit) ne pèche pas du fait qu'elle est semblable à celle de Christ. Si je pèche, ce n'est plus moi qui le fais, mais c'est le péché qui habite en moi, dans la chair. La croix, que tout disciple est appelé à porter chaque jour pour suivre son maître, doit me servir à crucifier les membres qui sont sur la terre, et qui portent les traces de mon ancienne personnalité : l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, la cupidité, la colère, l'animosité, la méchanceté, la calomnie, les paroles déshonnêtes, le mensonge... M'étant dépouillé du vieil homme et ayant revêtu l'homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l'image de celui qui l'a créé, ma personnalité va radicalement changer et devenir petit à petit semblable à celle de Christ.

J’ai fait un jour cette prière :

“D’accord Seigneur, tu veux que je sois parfait, alors je le veux aussi. Fais ton oeuvre en moi, purifie, sanctifie mon âme et mon corps. Rends-moi parfait, non pas d'une perfection selon la loi ou par de vaines résolutions, mais selon l'Esprit. J'aime ta Parole et je veux la garder dans mon coeur. Je veux aussi la mettre en pratique, non pas selon la loi, mais selon l'Esprit. Je prends donc ma position de sentinelle en m'attachant à tes promesses, et je m'engage à ne laisser passer aucune pensée qui ne soit digne de toi, Seigneur, mais au contraire à rendre toute pensée captive à l’obéissance de Christ. Merci de m'en rendre capable selon ta Parole et de m’aider dans ce combat. Je te prie, Père, au nom du Seigneur Jésus-Christ ! Amen !”

Et un autre jour cette autre prière :

“Seigneur, je viens dans ta présence pour recevoir ton onction et pour être délivré, pour que toute chaîne de péchés et de maladies soit brisée. Seigneur, je viens dans ta présence et dans ta merveilleuse lumière pour t'adorer. Je ne vais plus chercher l'aide ailleurs, vers toutes sortes de serviteurs dont le malin voudrait me rendre dépendant. Non, c'est de Dieu seul que je veux être dépendant ! Seigneur, je viens à toi, dans ta présence, car auprès de toi est la source de la vie. Montre-moi le chemin. Merci de mettre en lumière ce qui est caché à mes yeux. Tes mains percées me rassurent et je respire auprès de toi. Merci de m'accueillir. Je serre ta Parole dans mon coeur. Oh ! parle, ton serviteur écoute !”

Une maladie peut-elle glorifier Dieu ?

La maladie de Lazare le laisse à penser ! N'oublions pas ce qui est advenu à l'ami que Jésus aimait, tombé malade en son absence. Lorsqu'il appris cela, Jésus a prononcé une parole que nous avons besoin de méditer : “Cette maladie n'est point à la mort ; mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle”. Nous savons ce qui est arrivé par la suite : Lazare est mort et Jésus l'a ressuscité. (Jean 11.1-44).

Si tu aimes Jésus, sache avec certitude que Jésus t'aime comme il a aimé Lazare. Si tu es malade et que Jésus t’aime autant que Lazare, sache aussi avec consolation que ta maladie n'est pas à la mort. Si Lazare est vraiment mort, c'est pour nous montrer le chemin par lequel nous devons passer si nous voulons avoir part à la résurrection : la mort à soi-même. Lazare n'était assurément plus le même après sa mort et sa résurrection. Cela suggère le chemin du baptême d'eau et d'Esprit et la nouvelle naissance. “Après avoir crié d'une voix forte : Lazare sors ! Jésus leur dit : Déliez-le, et laissez-le aller”. (v 43 et 44).

Discernons le cadeau extraordinaire de Dieu qui nous aime et qui veut nous libérer : “Si le Fils vous rend libres, vous serez réellement libres” (Jean 8.36).

La maladie de Lazare a glorifié Dieu dans la mesure où Dieu l'a ressuscité des morts. Si Lazare n'avait pas été ressuscité, sa maladie n'aurait pas glorifié Dieu. Pour nous, cet événement nous reporte aux écrits de Paul : “C'est en lui (en Christ) que vous avez été circoncis d'une circoncision que la main n'a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair: ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l'a ressuscité des morts.” (Colossiens 21.1-12).

Et nous ajoutons vivement les versets suivants qui attestent notre délivrance et la victoire sur les ténèbres, sur la mort, sur Satan : “Vous qui étiez morts par vos offenses et par l'incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses ; il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix ; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix.” (Colossiens 2.13-15).

“Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d'en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu. Affectionnez-vous aux choses d'en haut, et non à celles qui sont sur la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu. Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire.
Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie. C'est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion, parmi lesquels vous marchiez autrefois, lorsque vous viviez dans ces péchés.” (Colossiens 3.1-7)

Discernons la volonté de Dieu qui nous aime et qui veut nous donner la vraie vie de résurrection, mais pour ressusciter, il faut d’abord mourir : “Car celui qui est mort est libre du péché” (Romains 6.7).

Le mystère de la mort

Outre le mystère – qui se rattache au mystère révélé à l'apôtre Paul, “à savoir Christ en vous"–, il y a un mystère que Dieu veut nous révéler à nous qui désirons suivre Christ, c'est le mystère de la mort ! Pas la mort qui survient lorsque nous quittons la terre, mais la mort durant notre vivant, la mort à soi-même, ce que l'apôtre Paul explique dans sa lettre aux Ephésiens : “Vous êtes morts, alors mourez !” (Ici il est nécessaire de lire et méditer Ephésiens 4.17-25).

Il nous est dit : “Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre.” (Colossiens 3.5). Pour que cela soit possible, outre que Dieu nous en rend capables, l'apôtre nous adresse un avertissement solennel de la part du Seigneur : “Vous ne devez plus marcher comme les païens.” (Ephésiens 4.17). “VOUS NE DEVEZ PLUS”, c’est un ordre ! Lorsque j'ai reçu cet appel à un moment donné de ma vie, ce fut pour moi une révélation ! Cet aspect touche la vie collective de l’Eglise et la sanctification personnelle :

“C'est pourquoi, renoncez au mensonge, et que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain ; car nous sommes membres les uns des autres.
Si vous vous mettez en colère, ne péchez point ; que le soleil ne se couche pas sur votre colère, et ne donnez pas accès au diable.
Que celui qui dérobait ne dérobe plus ; mais plutôt qu'il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin.
Qu'il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s'il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l'édification et communique une grâce à ceux qui l'entendent.
N'attristez pas le Saint Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption.
Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous.
Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ.” (Ephésiens 4.25-32).

Il y a beaucoup de voies possibles dans la vie d’un homme avant sa conversion, mais arrivé à Christ, Christ est la seule voie possible qui mène au Père ! Il n'y en a plus d'autre ! Il faut s'y tenir et vaincre jusqu’au bout ! Je crois que la guérison complète passe par ce chemin unique qui est le chemin de la sanctification. Parce que dans un corps sanctifié, toute maladie doit être vaincue.

Gloire au Seigneur Jésus-Christ qui assure notre marche vers une pleine guérison du corps dès que nous nous rallions à sa volonté !

“Celui qui est mort est libre du péché” dit la Bible. Les morts dans le ciel n'ont ni chair ni sang et sont donc libérés de la puisssance du péché qui envahit nos membres (Romains 7.23). Alors, puisque j’ai compris, mon désir devient conforme à la volonté de Dieu : Je veux être mort, mais pas de la mort qui me fait quitter la terre, bien sûr que non, je veux être mort de mon vivant, en obéissant aux commandements de Dieu : “Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie.” (Colossiens 3.5).

“Ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.” (Galates 5.24).

Dans la marche vers la sanctification, face au Dieu saint, Satan perd le combat.

Le baptême précède la sanctification

Pour les hommes, il y a plusieurs baptêmes, mais pour Dieu il n'y en a qu'un seul.

Logiquement, je me dis qu’un chrétien non baptisé, qui n'a pas été enseveli avec Christ par l'eau du baptême, n'est pas non plus ressuscité avec Christ. Pour ressusciter avec Christ, il faut d'abord être mort avec lui ! Alors je me demande aussi comment un chrétien non baptisé peut encore assurer sa sanctification. Par ailleurs, lorsque vous passez au stade de la sanctification, c'est que vous avez éprouvé ce qu'est la vraie repentance.

Lorsque le Seigneur vous a montré ce qui ne va pas dans votre vie, qu'il à mis à jour les péchés que vous ne devez plus faire et que vous en prenez conscience, vous passez d'abord par la tristesse d'avoir commis ce que vous ne vouliez pas, ensuite seulement par une vraie repentance. “En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort.” (2 Corinthiens 7.10).

C'est ainsi que Dieu me conduit jour après jour dans la sanctification. Aujourd'hui, j'ai l'impression que ma vraie vie chrétienne a commencé le jour de mon baptême (pourtant tardif) ! Par là j'ai à coeur de témoigner qu'il n'est jamais trop tard pour se faire baptiser ! C'est assurément le chemin par lequel Jésus veut nous guérir. Lui qui a tout accompli sur la croix, qui a tout préparé pour notre salut ! À nous maintenant d'être actifs et non passifs ! Puisque Dieu a tout fait, tout préparé pour notre salut, à nous de nous servir, d'aller chercher ce qu'il a préparé pour nous, à nous de travailler à notre salut, comme l’a prescrit l’apôtre Paul aux Philippiens. À nous de nous en donner la peine, de conquérir, comme Caleb et Josué, le pays promis, sans avoir peur des géants, puisque Dieu nous donne la victoire sur tous nos ennemis. Mais il nous la donne, cette victoire, si nous croyons en lui, si nous demeurons attachés à lui comme le sarment au cep, car tout passe par la foi ! Et nous devons persévérer jour et nuit dans ce combat afin de vaincre tout au bout. La victoire finale est liée à notre persévérance à garder la foi jusqu'au bout ! Les récompenses pour “celui qui vaincra” sont écrites dans les sept lettres de Jésus adressées aux sept Eglises. (Apocalypse 2.7 à 3.21).

Puisque la Parole me dit que “Dieu a porté lui-même mes péchés en son corps sur le bois ainsi que toutes mes maladies”, je ne vois pas pourquoi je ne recevrais pas à la fois le pardon de mes péchés et la guérison de toutes mes maladies ! Dans la mesure, toutefois, où j'applique réellement dans ma vie ce que la parole me dit – et qui sonne, il est vrai, comme une condition –, à savoir : “afin que morts au péché, nous vivions pour la justice, lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris” (1 Pierre 2.24).

Plus je suis mort au péché, plus je suis apte à vivre dans la justice (celle de Dieu : “le juste vivra par la foi” selon Romains 1.17) et à recevoir la guérison. Cela revient à dire que plus nous nous dépouillons de notre vieil homme pour revêtir l'homme nouveau, (selon Ephésiens 4.22-24) plus nous sommes libres du péché ... et des maladies.
"Celui qui est mort est libre du péché" (Romains 6.7) ... et des maladies ! Plus tu es mort, plus tu es guéri !

Encore une fois, je suis dans l'admiration de voir tout ce que Dieu a fait dans la vie de Simon Pierre pour qu'il devienne le grand apôtre que nous connaissons. De la même manière, Dieu est capable de nous transformer, je le crois, jusqu'à nous rendre “inébranlables” dans la foi (1 Pierre 5.10). Cela implique une persévérance constante et maintenue jusqu'au bout !

Plus tu veux parler de la vie, plus tu dois parler de la mort. C'est du moins ce que la Bible révèle, surtout le Nouveau Testament.

“Morts au péché”

Quelques jours après avoir reçu la révélation spéciale : “VOUS NE DEVEZ PLUS marcher comme les païens” (Ephésiens 4.17), le Seigneur me fit une nouvelle révélation, cette fois par un songe, pour bien me faire comprendre sa parole : Tu veux être guéri, alors écris en gros caractères : MORTS AU PÉCHÉ ! Cette parole s'inscrit dans le verset 1 Pierre 2.24 que j'avais précédemment médité : “Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que MORTS AU PÉCHÉ nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris.”

C'est clair ! Jésus a porté mes péchés en son corps sur le bois de la croix, afin que j'en sois délivré, afin que je ne sois plus obligé de les pratiquer à la manière des païens, afin que MORT AU PÉCHÉ, je puisse vivre pour la justice, celle de Dieu (le juste vivra par la foi).

De cette manière seulement, s'accomplira la promesse d'Esaïe 43.25 : “Et je ne me souviendrai plus de tes péchés.” C'est le chemin étroit et resserré par lequel doivent passer tous les rachetés du Seigneur. Il n'y en a pas d'autre ! Celui qui emprunte ce chemin doit se considérer comme mort au péché, parce que Christ est mort pour lui. J'emprunte moi aussi ce chemin, Christ est mort pour mes péchés, je suis donc mort au péché. Je marche ainsi, non plus selon la chair, mais selon l'Esprit. Et je marche vers une guérison assurée !

Merci Seigneur !

Quand tu auras cessé de produire les oeuvres de la chair (l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie, l'ivrognerie, les excès de table) et que tu produiras pleinement le fruit de l'esprit (l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance), alors le but de ta nouvelle vie en Christ sera près d'être atteint. Quoique le combat ne cesse vraiment qu'à la toute fin.

Ecoutons le témoignage de l’apôtre Paul : “Ce n'est pas que j'aie déjà remporté le prix, ou que j'aie déjà atteint la perfection; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j'ai été saisi par Jésus Christ. Frères, je ne pense pas l'avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus Christ. Nous tous donc qui sommes parfaits, ayons cette même pensée; et si vous êtes en quelque point d'un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là-dessus” (Philipiens 3.12.15).

Quel bonheur de lire l'apôtre Paul et de méditer chacune de ses phrases, chaque mot même ! Il nous demande d'être son imitateur, car il l'est lui-même de Christ. Combien la prière est importante dans ce combat, car si tu ne pries pas, ou du moins pas assez, tu ne pourras pas vaincre ! Nous savons que Jésus se retirait souvent pour prier et Paul dit : “Priez sans cesse” (1Thessaloniciens 5.17).

“Seigneur, je fléchis les genoux devant toi, aide-moi à combattre le bon combat jusqu'au bout. Aide-moi à résister à la tentation en me remplissant de ton Saint-Esprit. Merci Seigneur de me garder debout pour que je coure joyeusement vers le but que tu m'as assigné en me donnant la capacité de le faire. Tu as dit que ton serviteur "se tiendra debout, car le Seigneur a le pouvoir de l'affermir." (Romains 14.4), alors il se tiendra debout. Je te loue Seigneur. Merci de m'avoir racheté et de m'avoir donné cet immense honneur d'être ton serviteur. Amen”.

Il y aurait tant de choses à dire ! Je mens tiens à rapporter l'essentiel qui est pour chacun de nous, d'être en bonne santé tous les jours de notre vie. Rester debout est donc finalement ce qui compte le plus. Parce que, si tu es debout, c'est que tu n'es pas malade. Le malade est celui qui est couché.

Je vois comment Dieu me conduit au fil du temps. Chaque jour qui passe, j'ai faim de la nourriture spirituelle qu’est la Parole de Dieu. Je me sers dans toute la Bible selon ce que Dieu me propose et je m'accroche à cette nourriture céleste pour ne pas tomber. “L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.” (Matthieu 4.4). Parfois, c'est à la même Parole que je m'accroche pendant des jours pour ne pas tomber. Ainsi, après ma conversion et durant plusieurs années, j'ai vécu avec une Parole que je répétais dans mon coeur chaque jour et même continuellement alors que j'exerçais des travaux dans la position debout sans pouvoir m'asseoir : “Mais il se tiendra debout, car le Seigneur a le pouvoir de l'affermir” (Romains 14.4). J'avais peur que des vertiges me prennent brusquement. Plus tard, lorsque j'ai exercé mon ministère à plein temps, ces vertiges ont pratiquement disparu (sauf une ou deux fois en période de stress).

Aujourd'hui, ma marche chrétienne est toute différente parce que je suis arrivé à l'automne de ma vie. Dieu, qui veut enlever une église sans tache ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible (Ephésiens 5.27), agit avec moi en conséquence : il sait que mon désir suprême est d'être enlevé lorsque la trompette de l'enlèvement sonnera. C'est donc sur la voie de la sanctification qu'il me conduit, certes comme le bon berger, mais aussi avec un bras de fer, car le diable redouble de puissance pour faire tomber les élus. Le malin est en grande colère et veut absolument empêcher les rachetés de bénéficier du sang de Jésus-Christ pour être sauvé. Il vous attaque d'une manière subtile en cherchant votre point faible. Il est vraiment comme un lion rugissant cherchant qui il dévorera (1 Pierre 5.8). Voila pourquoi, arrivé sur la voie de la sanctification, il faut absolument apprendre à vaincre le péché. Il ne faut surtout pas donner accès au diable !

À chacun de connaître son point faible, parce que le diable ne fera pas de cadeau à cet endroit. Soit c'est la chair, soit c'est l'argent, soit c'est le pouvoir. Dans le désert, Satan a attaqué Jésus sur ces trois points. Soyons sur nos gardes !

Pour ce qui me concerne, Dieu m'a montré simultanément deux aspects de ma vie à prendre en compte impérativement et deux Paroles à mettre en pratique afin d'avoir la pleine victoire sur la voie de la sanctification. Je retiens ces Paroles grâce à ces mots clés que j'ai écrits en gros caractères afin de les mémoriser plus facilement : “VOUS NE DEVEZ PLUS” et “MORTS AU PÉCHÉ”. En méditant ces mots clés dans mon coeur, leur contexte revient et Dieu fait le reste. J'adore le Seigneur ! J'aime Jésus qui intercède pour moi ! J'aime le Père qui est tellement rempli de miséricorde ! J'aime le Saint-Esprit qui me conduit dans toute la vérité !

Parfois, à cause du péché, tu côtoies des abîmes terribles, si épouvantables que tu reviens vite à Jésus en l'aimant de toutes tes forces, lui qui a tellement lutté pour nous à Gethsémané, seul et abandonné de tous ! Tu réalises vraiment que c'est pour toi, pour moi, qu'il a lutté jusqu'au sang, sa sueur perlait comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre (Luc 22.44). Un peu plus tard, son corps était cloué sur la croix et son sang pur était versé pour nous tous, en rançon pour nos péchés (1 Timothée 2.6).

Ce qui s'est passé à Golgotha est extraordinaire ! Lorsque, par la foi éclairée, je me retrouve au pied de la croix, je n'ai plus de mots pour dire mon adoration ! Comment ne pas adorer celui qui nous a arrachés aux flammes de l'enfer éternel !

Une chose me paraît assez claire et logique : je ne peux pas aller sur la voie de la guérison si je ne choisis pas la voie de la sanctification. Je loue le Seigneur qui m 'a donné le salut gratuitement sans que je le mérite. Par sa grâce je suis sauvé ! Ce que je veux maintenant, c'est faire sa volonté. “Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions.” (Ephésiens 2.10). Je veux courir à l'exemple de Paul pour remporter le prix de la victoire en Jésus-Christ. “Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu'un seul remporte le prix? Courez de manière à le remporter.” (1 Corinthiens 9.24).

Les conditions à remplir sont énumérées par l'apôtre qui les a lui-même pratiquées. Je ne peux pas passer outre. Mais c'est à genoux que je me vois pousser à demander l'aide du Seigneur. De mes propres forces je ne peux pas gagner une seule victoire ! “Je traite durement mon corps et je le tiens assujetti”. Je jeûne parfois, pas plus de trois jours (parce que je ne peux pas faire plus), quand je sens que le Saint-Esprit m'y pousse. Cela m'a permis d'abandonner sans problème le café et l'alcool. Mon entourage familial ne comprend pas trop ce qui m'arrive et ne voit pas le combat que je mène. Je veux simplement gagner une meilleure communion avec le Père et le Fils. “C'est lui qui le fera”, dit la parole. Donc il le fera. Et il le fait ! “Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l'esprit, l'âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus Christ! Celui qui vous a appelés est fidèle, et c'est lui qui le fera.” (1 Thessaloniciens 5.23-24).

Persévérer dans la foi

Seigneur, il y a quelque chose qui coince dans ma vie, qui est pénible et dur. Cette maladie de la peau qui persiste depuis des années et qui ne s'en va pas malgré le jeûne et les prières, ne serait-t’elle pas causée par un démon, ou un esprit de maladie, agissant au niveau de l'âme et du corps ?
Seigneur montre-moi par le discernement de ton Esprit, si ce problème que je vois dans ma vie est causé, ou pas, par un esprit qu'il faut chasser, montre-le moi Seigneur. Donne-moi la révélation et le discernement des esprits, pour moi-même et mon entourage.
Seigneur montre-moi ce qui ne va pas en moi.

Tu as vu la pluie de l'arrière-saison, celle d'octobre, quand elle tombe finement sur la campagne, l'herbe est bien verte, les laboureurs retournent la terre qui prend alors sa belle couleur brune. C'est fantastique ! Les feuilles se colorent. En novembre, elles seront toutes tombées, emportées par le vent, comme si le temps pressait avant l'hiver. Le printemps, cependant, ne manquera pas d'arriver. Quel merveilleux Dieu nous avons qui a promis de nous préserver les saisons !

Si tu es comme Caleb et Josué, dont il est dit “qu'ils ont pleinement suivi la voie de l'Éternel” (Nombres 32.12) et qui n'ont pas eu peur des géants lors de la conquête de Canaan, alors tu vas avancer. Comme eux, tu vas mettre ta foi en pratique et tu ne vas pas reculer misérablement comme le reste du peuple, c'est-à-dire comme tous ceux qui étaient sortis d'Égypte sous la conduite de Moïse, qui murmurèrent, se révoltèrent et moururent dans le désert. Le Nouveau Testament place à nouveau devant nos yeux cette défaite cinglante : “Aussi voyons-nous qu'ils ne purent y entrer à cause de leur incrédulité.” (Hébreux 3.19).

Ta foi persévérante va te permettre de comprendre des choses cachées et importantes qui te sont maintenant révélées. “Invoque-moi, et je te répondrai ; je t'annoncerai de grandes choses, des choses cachées, que tu ne connais pas.” (Jérémie 33.3).

Dieu nous a précédemment appris que notre corps est composé de trois parties : l'esprit, l'âme et le corps. L'esprit d’un chrétien né de nouveau est saint et assis en Christ dans les lieux célestes, Satan n’y a pas accès. L'âme est le domaine de la pensée, des sentiments et de la volonté. Le corps est notre corps physique. Si le diable n’a pas accès à notre esprit qui est renouvelé et saint, notre âme et notre corps physique, en revanche, ne sont pas renouvelés et ont besoin d’être sanctifiés.
Après notre conversion, Satan a donc encore le contrôle sur l’âme et le corps. Il l’aura plus ou moins aussi longtemps que notre marche sera charnelle. Mais dès que notre marche deviendra spirituelle, Dieu nous éclairera de plus en plus si nous l’écoutons et si nous aspirons à rester en communion avec Lui tout en cherchant à faire sa volonté. Jésus veut nous guérir et le salut qu’il a accompli sur la croix est parfait. Ce salut comprend le pardon des péchés, la guérison des maladies et des infirmités.

La question qui reviendra dans nos pensées est : pourquoi Satan peut-il encore nous contrôler ? La réponse est simple : parce qu’il n’est pas encore jeté dans l’étang de feu. Quoique vaincu par le sang de Christ, il est encore en liberté pour peu de temps, le temps que les élus de Dieu soient au complet. Les élus sont donc confrontés à Satan et à ses démons dans une guerre sans merci mais dont la victoire en Christ est assurée à tous ceux qui luttent, non pas avec des armes charnelles, mais avec les armes spirituelles et toutes puissantes de Dieu. Le Seigneur invite les élus à approfondir personnellement ce domaine. Ici, je ne peux que passer en revue les voies précieuses qui me semblent essentielles à la guérison complète du corps.

Comment les démons peuvent nous contrôler ?

Notre corps est comme le temple de Dieu dans l’Ancien Testament. Il y a le lieu très saint, le lieu saint et le parvis. Le lieu très saint, c’est notre esprit, le lieu saint, c’est notre âme, et le parvis c’est notre corps physique. Le Saint-Esprit habite dans notre esprit, Satan ne peut donc pas entrer dans notre esprit et le posséder – c’est Christ qui nous possède, il nous a rachetés par son sang. En revanche, il peut très bien nous contrôler au niveau de notre âme et de notre corps physique. Il peut très bien envoyer des démons dans ces domaines. D’ailleurs si certains démons y étaient avant notre conversion, ils ne sont pas forcément partis pour autant. C’est notre croissance spirituelle par la foi et la mise en pratique de la Parole de vérité qui nous libérera complètement.

Certains chrétiens peuvent être liés – et non possédés – par des démons sans qu’ils s’en rendent compte, comme par exemple des idoles, des dépendances, sans parler des cancers et autres graves maladies... Il ne s’agit pas de voir des démons partout, mais de rester équilibré en cherchant à recevoir l’esprit de discernement. Voilà comment je fais : D’abord, je me tiens dans la soumission à Dieu. Si le tentateur me tente, je me mets à genoux et je prie le Seigneur qui voit dans le lieu secret et je lui dis : “Seigneur, aide-moi à résister à la tentation”. Il est écrit : “Résistez au diable et il s'enfuira loin de vous”, alors je lui résiste ! Pour résister à Satan je me lève, et je dis à haute voix : Satan je te résiste au nom du Seigneur Jésus-Christ ! (Et je cite la parole de Dieu : “Il est écrit...”). Les démons doivent reculer. “Nul ne tiendra devant toi, tant que tu vivras.” (Josué 1.5). Je coupe court à toute discussion, surtout dans les insomnies, afin de bien dormir quoi qu'il arrive, à la manière de Christ dormant pendant la tempête. J'apprends donc à placer ma foi dans sa Parole – et dans sa Parole seule – que je cite à voix haute en la croyant dans le coeur : “Il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix.” (Colossiens 2.14-15). C'est clair et net !
Il est encore écrit : “Ne donnez pas accès au diable”, alors je ne veux pas tomber sous sa séduction en lui ouvrant une porte ! Il n'en est pas question ! Mais, comme tous les chrétiens engagés, l'expérience m'a appris que par mes propres forces, le combat est vain. Pour combattre ce combat, j'ai besoin absolument des armes spirituelles que Dieu a mises à ma portée et qui sont énumérées dans Ephésiens 6.10-17 : “Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante. Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. C'est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture; revêtez la cuirasse de la justice ; mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l'Évangile de paix; prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ; prenez aussi le casque du salut, et l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu.” (Ephésiens 6.10-17). Combien de chrétiens charnels se lancent dans un combat perdu d’avance parce qu’ils ne sont pas équipés de l’armure de Dieu ! Quel soldat se lance dans la bataille la fleur au fusil et sans un équipement de guerrier ? Une certaine maturité spirituelle est donc nécessaire, mais un coeur obéissant à la parole n’a aucune difficulté à s’en revêtir promptement.

Seigneur, montre-moi ce qui ne va pas en moi !

Et le Seigneur m'a montré ce qui n'allait pas dans mon âme. Il m'a montré les perversions qui l’ont souillée avant ma conversion et dont il restait des traces après. Pour m'en libérer et empêcher que le diable ne s'en serve pour me contrôler, le Saint-Esprit me vient en aide en me conduisant dans toute la vérité. Il me révèle que dans sa mort, le Seigneur Jésus a déjà emporté toutes ces perversions dans le tombeau. C'est donc réglé. À moi de recevoir par la foi la libération de mon âme. Et c'est fait depuis que j'ai compris par révélation ce que Jésus a accompli pour moi sur la croix. Je suis amené à comprendre que dans sa mort et sa résurrection, Christ a accompli un salut parfait pour l'être entier : l'esprit, l'âme et le corps.
Je dois bien comprendre la différence entre l'âme et l'esprit. Lorsque je suis né de nouveau, Dieu a recréé mon esprit en le rendant semblable à Christ et il l'a fait asseoir avec lui dans les lieux célestes. Mon esprit est donc saint, même si je n'en suis pas conscient. Et il est cet homme nouveau qui habite en moi.

Mon âme et mon corps ont besoin de passer par la purification et la sanctification. Mon esprit dans lequel habite le Saint-Esprit doit prendre autorité sur mon âme et sur mon corps. C'est ce que le Seigneur accomplit en moi si je le lui demande. Il ne peut que s’en réjouir et répondre à ma demande, car cela est en accord avec sa pleine volonté de nous rendre parfaits comme son Fils. Cela répond aussi à sa promesse sur laquelle je m'appuie vraiment comme sur un rocher : “c'est lui qui le fera” et : “Il vous rendra inébranlables”.

Il ne faut pas se voiler la face comme si la perversion de l'âme n'affectait que les païens ou certains chrétiens, ceux que l'on voit peut-être en marge de l'église. Certainement pas ! Ce serait mal se connaître. Celui qui nous connaît c'est Dieu, et sa Parole est sans détour : “Tous sont égarés, tous sont pervertis” (Romains 3.11). Voilà pourquoi il dit aussi : “Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu'il vous élève au temps convenable.” (1 Pierre 5.6). C'est ce que je fais en fléchissant le genou. Si le Seigneur n'agit pas en moi, je n'y arriverai pas ! Mais il agit en répondant à ma prière suppliante. Le chemin de la guérison passe par la guérison de l'âme et du corps. Le Seigneur a tout préparé, mais il veut nous voir prendre l'initiative par la foi en sa Parole en avançant hardiment sur le bon chemin. Il veut que sa Parole que nous connaissons le plus souvent dans notre tête descende dans le coeur afin que dans ce lieu, elle devienne révélation et vie. Ce que le Seigneur a dit, il l'accomplit. À Jérémie qui voyait une branche d’amandier, il dit : “Tu as bien vu ; car je veille sur ma Parole, pour l'exécuter.” (Jérémie 1.11). Alors avançons confiants !

L'âme, qui est le siège des pensées, des sentiments, de la volonté, doit s'incliner sous l'autorité de l'Esprit. Et mon esprit, qui est l'homme nouveau, prend davantage le contrôle dans mes pensées, mes sentiments, ma volonté et dans ma conscience. Vous me direz : c’est facile à dire ! En effet, dans la réalité, l’âme (qui est très forte) arrive à prendre le contrôle sur l’esprit. Surtout si nous marchons selon la chair au lieu de marcher selon l’Esprit. Souvent, nous marchons selon la chair sans nous en rendre compte ! Combien avons nous besoin d’apprende à discerner la marche selon la chair et la marche selon l’Esprit !

Seigneur, montre-moi ce qui ne va pas en moi !

Deux réponses, deux choses, deux urgences qui deviennent des urgences quotidiennes...
J'ai compris ! Le Seigneur me demande d'obéir à sa Parole, non pas de temps en temps, mais tous les jours !

J'avais relevé précédemment l'urgence de “veiller et prier”. Il s'agit de ne pas donner accès au diable en invoquant le sang de Jésus-Christ, sur soi-même, sur toute sa famille, sur sa maison, et sur tous ceux que nous voulons voir protégés. Cette urgence se révèle être une urgence quotidienne. Il s'agit donc de “veiller et prier” tous les jours ! C'est dans la communion avec le Seigneur que la victoire nous est donnée.

Une autre urgence quotidienne est le dépouillement du vieil homme. Nous ne méditerons jamais assez Ephésiens 4.17-32, en soulignant les versets 21 à 24 : “C'est en lui (en Jésus-Christ) que vous avez été instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l'esprit de votre intelligence, et à revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.” Lorsque nous sommes nés de nouveau, notre vieil homme a été emporté au tombeau avec Christ, avec toutes nos iniquités, nos infirmités et nos maladies. Et dans sa résurrection, le Seigneur nous a recréé un homme nouveau, semblable à son image. Cet homme nouveau est saint dans l'esprit seulement. Notre âme et notre corps ont besoin d'être sanctifiés parce qu'ils portent la trace de notre vie passée.
De même que l'apôtre Paul a reçu cette révélation, nous aussi, nous avons besoin de la recevoir. Demandons au Seigneur par la prière, de nous la révéler, ainsi que toute l'oeuvre qu'il a accomplie sur la croix pour nous personnellement. En Christ, tout est accompli, mais nous avons besoin de recevoir par la foi tout ce que le Seigneur a accompli pour nous. Pour cela, il faut le désirer et avoir soif de sa Parole. Si nous marchons selon la chair, nous n'aurons pas soif de sa Parole, mais si nous marchons selon l'Esprit, nous aurons toujours soif de sa Parole. “La foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la Parole de Christ” (Romains 10.17), à condition d’entendre avec nos oreilles, mais aussi par l’esprit !

Cette urgence, qui consiste à se dépouiller du vieil homme pour revêtir l'homme nouveau, se révèle être une urgence quotidienne. Il s'agit donc de le faire non pas une fois seulement, ou de temps en temps, mais chaque jour ! Et surtout ne jamais se lasser des paroles du Seigneur ! Au contraire, se les répéter ! Paul écrivait aux Philippiens : “Au reste, mes frères, réjouissez-vous dans le Seigneur. Je ne me lasse point de vous écrire les mêmes choses, et pour vous cela est salutaire.” (Philippiens 3.1).

Mon âme, tu es libérée d'un seul coup, parce que la vieille nature charnelle est morte, emportée dans le tombeau. Tu n’as plus besoin de vivre avec les souillures du passé ! Tu es libérée ! La nouvelle nature pure du Christ est là. Chante un chant nouveau à la gloire de Jésus mon Sauveur !

Ce que je dis, je le dis aussi à moi-même. Tant que tu n'as pas reçu la révélation que Jésus veut te guérir, tu ne peux pas non plus recevoir la guérison (bien que celle-ci soit prête), parce qu'il te manque la foi ! Mais, dès que tu reçois cette révélation dans le coeur, que la volonté de Jésus (comme celle du Père), est de te guérir, alors c'est fait, la foi vient et tu peux t'appuyer sur la Parole en priant : “Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu'il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée.” (1 Jean 5.14-15).

Quand tu ouvres les yeux le matin, que l'Esprit t'envahit, que tu réalises que toutes tes maladies, tous les problèmes de santé que tu ressens jusqu'à ce jour, tout cela a été emporté dans le tombeau par Jésus, alors tu as envie de chanter à la gloire de ton Seigneur, parce qu'il t'a libéré. C'est ça la révélation de ce que Jésus a fait pour toi à la croix. Il t'a racheté par son sang. Lorsque Jésus est mort, tu es mort avec lui. Ta vieille nature charnelle a été engloutie dans le tombeau avec lui et, avec sa résurrection, il t'a redonné une nouvelle nature spirituelle, parfaite, semblable à la sienne, un homme nouveau, créé selon Dieu, dans une justice et une sainteté que produit la vérité. (Ephésiens 4.24).

Tu le savais dans ta tête que tu étais une nouvelle créature, mais là, tu le réalises profondément dans ton coeur. “Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.” (2 Corinthiens 5.17). Ton âme se réjouit maintenant d'être libérée du joug ancien de ta vieille nature pécheresse, et des souillures dont elle s'était chargée. Tu vas enfin marcher selon l'Esprit, et tu n'accompliras plus les désirs de la chair qui sont contraires à ceux de l'Esprit. Car en effet, tout s'éclaire dans ta conscience pour te faire comprendre que si tu ne marches pas selon l'Esprit, c'est que tu marches selon la chair ! “Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu.” (Romains 8.8).

Si j'aime Dieu et que je veux lui plaire, mon bon berger va me conduire dans de verts pâturages et près des eaux paisibles pour me faire méditer sa Parole qui est la vérité, afin que la vérité me conduise dans la sanctification. Jésus dit : “Sanctifie-les par ta vérité : ta Parole est la vérité” (Jean 17.17).

Seigneur Jésus, il faut que tu me viennes en aide, toi personnellement, sinon je n'y arriverai pas. J'ai compris plein de choses. Je sais tout ce que tu as accompli pour moi à la croix. J'ai compris que tu as chassé les démons de toutes les personnes qu'on a amenées auprès de toi et que tu as guéri tous les malades qui sont venus à toi, afin d'accomplir la prophétie d'Esaïe 53 : Il a pris nos infirmités, et il s'est chargé de nos maladies.

J'ai compris tout cela. Mais il faut maintenant que tu me viennes en aide, afin que je reçoive tout ce que tu as accompli pour moi à la croix. J'ai compris que la parole des hommes ne guérit pas. La seule parole qui guérit c’est ta Parole ! Et c’est la Parole de Christ, la Parole que l'on entend et qui produit la foi !

“Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa Parole, et il guérit tous les malades, afin que s'accomplît ce qui avait été annoncé par Ésaïe, le prophète : Il a pris nos infirmités, et il s'est chargé de nos maladies.” (Matthieu 8.16-17).

Si tu veux guérir, il te faut te rapprocher de la Parole de Dieu et que tu la croies dans ton coeur, sans douter. Il n’y a pas de guérison en dehors de la Parole de Dieu et de la foi en celle-ci.

La réponse à ma prière est venue quelques heures après, par un mail venant d’un frère consacré au Seigneur et enseignant au service de l’Eglise du Seigneur. Une réponse prompte, inattendue, mais claire et limpide comme de l'eau pure : “Seigneur, je réalise que j'ai été guéri il y a deux mille ans. Puisque j'ai été guéri, je prends maintenant ma guérison par la foi. Je considère que je suis guéri par la foi, puisque c'est toi qui le dis, et je la prends pour moi parce que j'en ai besoin, et que c'est toi qui me dis que j’ai été guéri il y a deux mille ans. C'est suspendu là au-dessus de moi, j’étends la main comme le pompon dans les manèges, je tends la main et je prends. Voilà, c'est à moi, Seigneur ! Je prends la promesse que tu m'as annoncée dans ta Parole. Alléluia !”

J'ai l'impression d'avoir au-dessus de moi toute une nuée d'anges en train de sourire en me regardant et en se disant : “Il a enfin compris” !
D'un côté, il y a Dieu qui dit par sa Parole : “Vous êtes guéris”. De l'autre, il y a les symptômes de la maladie que je vois, cela peut être un cancer confirmé par le diagnostic du médecin. Entre ce que “Dieu dit” et ce que mes yeux voient, il y a un combat, car je peux mettre ma foi d'un côté ou de l'autre. Mais si je mets ma foi dans ce que “Dieu dit”, Dieu n'est pas homme pour mentir ! Dieu qui est fidèle ne manquera pas de confirmer sa parole pour l'accomplir ! Je verrai les symptômes disparaître, et je serai en bonne santé jusqu’au moment du retour du Seigneur ou jusqu’au moment de la mort !

Epilogue

Mon but était simplement d’écrire une lettre à un frère éprouvé par un tas de problèmes. Et face à ses difficultés sans nombre, je m'étais dit que le mieux, si je voulais vraiment l'aider, était de revoir avec lui toute sa vie spirituelle en repartant à zéro. Il serait ainsi facile de reconstruire à partir d'un fondement bien établi. Ma lettre est simplement devenue plus longue que prévue...

En me confrontant aux choses de Dieu avec l'idée d'aider mon ami et en même temps de mieux connaître le Seigneur, je suis vite arrivé à mes limites. J'ai appris, certes, que Dieu a toujours une solution à nos problèmes et qu'il intervient quand il n'y a plus d'espoir humain. Ce qui peut surprendre toutefois, c'est la manière dont il intervient dans notre vie. Le plus souvent, c’est dans l’inatendu : la maladie, un accident, un drame personnel, qui nous place devant un mur infranchissable et c'est là que tout se joue. Ta foi va être rudement mise à l'épreuve !

Pour te tirer de là, Dieu, dans son amour, a tout préparé, seulement, dans le concret de ta vie, sa toute puissance va se trouver être confrontée en fonction de ta foi. Nous nous souvenons des Paroles de Jésus : “Qu'il te soit fait selon ta foi”, “Ta foi t'a sauvée”, “Tout est possible à celui qui croit”... C'est donc ta foi qui va être remise en question ! Mais à celui qui est humble s'ouvre la toute puissance de Dieu ! Voulant aider mon ami et ne pouvant donner que ce que j'ai reçu, j'ai trouvé moi-même l'aide précieuse qui me manquait à travers les enseignements d'un frère consacré au Seigneur !

Ici, je veux dire une chose. Pour te tirer de là, le Seigneur Jésus pourrait venir lui-même chez toi et te parler directement, mais le plus souvent, c'est un serviteur qu'il envoie, surtout si dans ton église ou assemblée tu n’as pas trouvé l’aide spirituelle et appropriée capable de satisfaire ton être tout entier. Si tu écoutes ce serviteur et que tu mets ta foi en action, tu vas faire un pas en avant. Et ainsi de suite. Plus tu avanceras, plus le Seigneur mettra sur ta route tout ce dont tu as besoin. Si tu as besoin d’aide (comme cela a été le cas pour moi), Dieu a préparé de précieux enseignants au service de son Eglise, et avec les moyens modernes que sont les réseaux sociaux, la parole est prêchée dans le monde entier (elle y est déjà très répandue, il faut juste que dans les coins et recoins, elle soit à la portée de tous).
“Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité” (1 Timothée 2.4). Dieu veut travailler dans notre coeur si nous lui laissons carte blanche.
Le but, c'est que notre coeur trop souvent superficiel, rocailleux, épineux, devienne une bonne terre pour que la semence germe et donne du fruit, un grain cent, un autre soixante, un autre trente (Matthieu 13.23).

© Guy Marchal

Ecrit par alberto, a 10:26 dans la rubrique JÉSUS VEUT TE GUÉRIR.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
L'HOMME EST PÉCHEUR, MAIS IL NE LE SAIT PAS !
Son plus grand péché, c'est le refus de Dieu, c'est d'être sourd à sa Parole. Oui, le plus grand péché de l'homme, c'est le reniement de l'oeuvre rédemptrice de Jésus-Christ sur la croix.

Le péché est la cause de la mort, mais l'homme ne le sait pas !

Egaré à la manière d'une brebis, l'homme s'éloigne de plus en plus du bon berger qui donne sa vie pour ses brebis. Loin de son lieu, il s'émancipe pensant trouver la liberté, mais en réalité, c'est l'esclavage qui le menotte à son insu, corps et âme, et de plus en plus. Mais cela, il ne le sait pas. Sa conscience en défaillance, il ne ressent que du bien de son corps charnel. Il pense que son intelligence l'éclaire, alors qu'en réalité, sa lumière n'est que ténèbres.

L'homme pécheur est coupé de la lumière du monde qui à elle seule pourrait l'éclairer. Il ne s'est pas rendu compte qu'en plein jour, c'est le soleil qui éclaire la terre, et en pleine nuit, c'est la lune. Qui donc reflète la lumière du monde ? Qui donc reçoit la lumière de celui qui a dit "Je suis la lumière du monde" pour la redonner à ceux qui sont dans les ténèbres ? Mais les ténèbres ne veulent rien savoir ! Les ténèbres ne veulent rien recevoir !

Le péché nous coupe de Dieu. Le péché nous coupe de celui qui est la vraie vie !

L'homme sans Dieu se croit vivant, mais il est mort spirituellement. Et quand sa chair tombera en poussière, son âme s'en ira dans la mort éternelle où il n'y a plus de rédemption possible. Ce n'est pas ce que Dieu veut. Mais l'incrédule n'a aucune notion du paradis ni de l'enfer.

Que d'ignorance chez les hommes et les femmes de ce siècle !

Qui donc va venir les aider ? Si l'Amour ne se mettait pas en route, des foules et des foules périraient ! Mais heureusement, l'Amour est en route depuis longtemps déjà ! L'Amour est en route avant toute naissance !

Que d'attente, de jours, de mois, de siècles, avant que l'Amour de Dieu ne vienne toucher un coeur ! C'est le Saint-Esprit, le Saint-Esprit seul, qui convainc l'homme en ce qui concerne le péché et qui lui dit : "Mon ami (ou mon amie), viens, viens te réconcilier avec celui qui t'a aimé le premier".

Et le Saint-Esprit lui parle :

"Nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu !" (2 Corinthiens 5.20)

"Vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises oeuvres, il (Jésus) vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair." (Colossiens 1.21)

"Celui qui n'a point connu le péché (Jésus), il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu." (2 Corinthiens 5.21)

"Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur." (Romains 6.23)

Cher ami (amie), si tu cherches Dieu, tu es sur la bonne voie, sois encouragé(e) car le soleil va se lever pour toi, et apprends si tu veux bien ces quatre versets par coeur.

Ecrit par alberto, a 00:42 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Vendredi (22/02/19)
LE LABOUREUR DU SEIGNEUR


De nos jours, la rébellion contre Dieu est largement répandue, cela n'est même plus à prouver ! Mais qu'est-ce que cela veut dire ? Comment pourrions-nous illustrer la rébellion contre Dieu pour mieux la comprendre ?
Réponse : c'est quelqu'un qui a un champ, et ce champ il ne veut pas le labourer. Résultat : ce champ est en friches. Il est envahi de mauvaises herbes, de pierres, de ronces ; et c'est un terrain dur, impossible à y semer de la bonne semence. Ce champ (ce terrain), c'est le coeur !

La prédication de l'Evangile sur cette personne va impliquer un défrichage et un labourage : il faut que la charrue du Seigneur passe sur ce coeur.

Il faut donc que celui qui laboure soit fort et qu'il se fortifie lui-même : pour le laboureur du Seigneur, c'est le Saint-Esprit qui va faire le travail !


Ecrit par alberto, a 10:50 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mardi (05/02/19)
"JE VAIS VOUS PRÉPARER UNE PLACE…"

"Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n'était pas, je vous l'aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je m'en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi." (Jean 14.2-3).

Sur le moment, les disciples de Jésus ne pouvaient pas comprendre ce que Jésus voulait leur dire. Mais plus tard après la Pentecôte, après avoir reçu le Saint-Esprit, toutes les paroles que Jésus leur avait transmises se sont éclairées. Sa promesse s'est réalisée en eux : "Le consolateur, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit" (Jean 14.26).

Les demeures d'ici-bas, pour la chair, pour l'homme physique, sont temporaires, elles disparaissent aussi vite que l'homme physique disparait. Ça ne dure pas longtemps ! Qu'est-ce qu'une vie ? Que sont nos vies ici bas ? Moïse a depuis longtemps déjà répondu à la question : "Le temps de nos années ? C’est soixante-dix ans, au mieux quatre-vingts ans pour les plus vigoureux ; et leur agitation n’est que peine et misère. Car le temps passe vite et nous nous envolons." (v10).

Moïse, qui est mort à 120 ans, grand conducteur du peuple de Dieu, a eu le temps de réfléchir d'autant qu'il jouissait d'une intimité particulière avec Dieu ! Le Psaume 90 est l'unique Psaume écrit par Moïse. Cela ajoute à la préciosité de ce Psaume dans lequel Moïse dévoile la prière de son coeur : "Seigneur ! Enseigne-nous à bien compter nos jours, afin que nous appliquions notre coeur à la sagesse" (v12).

La sagesse ! Voilà un mot que l'on n'entend plus guère dans le torrent des paroles quotidiennes prononcées partout dans le monde !

Qui prend garde ? Qui réfléchit avec l'intelligence de la sagesse divine ? Je n'entends personne se plaindre de manquer de sagesse ! Comme c'est dommage ! Les gens se plaignent de manquer de tout sauf de sagesse ! Ainsi, plongés dans une sorte d'inconscience spirituelle, ils ne peuvent entendre l'invitation de Jacques (frère du Seigneur Jésus), lorsqu'il écrit dans sa lettre : "Si quelqu'un d'entre vous manque de sagesse, qu'il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée." (Jacques 1.5)

Pour comprendre les paroles du Seigneur Jésus, une certaine sagesse est nécessaire. Certes, elle nous est donnée par le Saint-Esprit : "car ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d'amour et de sagesse." (2 Timothée 1,7).

Le Saint-Esprit ! Voilà un mot que l'on n'entend plus du tout ! Ou presque plus ! Ou qui est ridiculisé quand il est prononcé, même au sein de beaucoup de chrétiens !

Sans le Saint-Esprit, il est impossible de comprendre la parole de Dieu ! Mais vous me direz, le monde n'a que faire de la parole de Dieu ! C'est la parole des hommes qui est recherchée avant tout !

Qu'importe ! Dieu cherche encore aujourd'hui parmi nous celui, celle, qui aurait le désir d'entendre et de comprendre la parole de Dieu. Il y a encore beaucoup, beaucoup de places à occuper dans les demeures de Dieu ! C'est Jésus qui prépare les places ! As-tu pris conscience que tes demeures ici-bas sont temporaires ? Où vas-tu habiter après quand ton corps physique sera mort ? Parce que après, quand ton corps physique sera mort, ton âme, elle, va continuer de vivre ! Ton être extérieur, physique, sera détruit, mais ton être intérieur, ce que tu es véritablement (ton âme avec ton esprit), va continuer de vivre. Où veux-tu habiter après la mort ? Après la mort sur la terre, la demeure des homme est dans le ciel !

Tu vois, pour comprendre les choses d'en haut, nous avons besoin d'aide. Le Seigneur Jésus est venu d'en haut pour cela, non seulement pour nous aider, mais pour nous sauver et nous donner un libre accès dans le ciel. Sans Jésus, personne ne peut entrer dans le ciel où il habite, c'est-à-dire dans le paradis.

Et tu vois, pour comprendre ce que dit Jésus lorsqu'il parle, nous avons besoin de son Esprit. Le Saint-Esprit est à la fois l'Esprit du Père et l'Esprit du Fils. Le Père, le Fils,le Saint-Esprit, c'est Dieu. Et Dieu nous envoie le Saint-Esprit à une seule condition : si nous nous repentons de nos péchés en reconnaissant en Jésus-Christ celui qui nous a aimés et qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois de la croix. "Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur." (Romains 6.23)

Si tu crois en Jésus-Christ et que tu décides de te convertir à Lui, tu seras un élu, une élue de Dieu. Et Jésus prépare pour ses élus un avenir extraordinaire, éternel, glorieux, en ce que chacun, chacune, aura sa demeure, sa place auprès de Dieu pour l'éternité.

 
Ecrit par alberto, a 16:10 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Jeudi (24/01/19)
L'HOMME SANS DIEU
--> Que deviendra son âme ?

C'est arrivé à l'origine. L'homme désobéissant à la parole que Dieu, de sa bouche, lui avait soufflée à l'oreille, se retrouve sans Dieu et chassé du paradis. Le voilà plongé dans la perdition tel un corps lâché dans les airs et en pleine chute libre dans l'atmosphère terrestre. Il sait qu'il va mourir, mais il n'en a pas encore saisi la signification.

Vous le voyez partout dans le monde, l'homme sans Dieu. Depuis la chute causée par Adam et Eve, il a déployé au cours des millénaires quantités de moyens, de stratagèmes, de combines, pour arriver à s'en sortir sans Dieu. Et nous voyons avec le recul que de siècles en siècles, une foison de dons sont venus gratifier cette humanité perdue – et dans tous les domaines ! Il en est sorti des génies, des inventeurs, des philosophes, des musiciens, des médecins, des docteurs en toutes sortes de matières, portant haut la société des hommes, la faisant avancer, croître, mais dans quel but ?

Ignorant des sources de puissances surnaturelles qui lui sont venues en aide, l'homme sans Dieu se glorifie de son intelligence. Il jouit de son triomphe. Il peut bien s'ériger en statue ! Cependant, qu'il n'y ait pas de malentendu, arrivé sur ce piédestal, l'homme a découvert que ce triomphe n'est pas donné à la collectivité, mais a une partie seulement, c'est-à-dire aux élites ! N'est pas tout le monde élite, mais désormais le monde appartient aux élites ! Comment en serait-il autrement ?

L'homme a ainsi construit ses pyramides. De la base au sommet d'une pyramide se construit une humanité. Au-dessus, il y a le chef. Un seul chef ! En dessous, il y a les autres, sur des étages allant jusqu'à la base. Le chef suprême ne travaille pas. Il est assis. Il commande. Les autres travaillent. Qu'ils le veuillent ou qu'ils ne le veuillent pas, les autres doivent travailler sur ordre du chef. D'ailleurs, ils n'ont pas le choix s'ils veulent manger...

C'est ça l'homme sans Dieu !

En soi, l'homme sans Dieu n'est rien. Mais, inconsciemment – car même déchu, l'homme demeure une créature faite à l'image de Dieu –, il va reproduire (du moins il va essayer de reproduire) ce que fait son Créateur. Pour cela, il a besoin de chercher un ersatz pour sa puissance. Il l'a trouvé dans l'argent. Il a donc affermi cette puissance à travers des banques qui sont de plus en plus centralisées. Coupé de Dieu depuis la chute, l'homme n'a pas la spiritualité lui permettant de communiquer avec Dieu, son Esprit d'origine lui a été retiré, il n'en est plus conscient, et c'est son âme qui a pris le relais pour développer tout ce qu'il est aujourd'hui. Mamon (l'argent) est pour l'homme sans Dieu la richesse matérielle essentielle avec laquelle il espère conquérir la planète entière.

Dans quel but tout cela ? Si nous connaissons le Seigneur Jésus, nous pouvons dire avec certitude qu'à la fin, beaucoup (pour ne pas dire une multitude) de ces créatures sans Dieu vont se retrouver devant une porte fermée ! Brusquement séparée du corps, leur âme va crier de désespoir, mais il sera trop tard. Ceux qui auront vécu une vie de délices vont se retrouver devant une porte fermée qui ne s'ouvrira jamais de toute éternité. Quelqu'un peut-il s'imaginer l'horreur d'une âme perdue ? Une âme perdue est une âme qui n'a jamais voulu se réconcilier avec Dieu par Jésus-Christ. Ce n'est pourtant pas compliqué ! La simplicité de l'échéance d'une vie – puisque nous devons tous mourir –, devrait rappeler toute conscience à l'ordre ! Eh ! Après la mort, qu'est-ce qu'il y a ? Rien, disent les insensés !

Ne nous faisons pas d'illusions, tous les hommes, sans exception, sont insensés. Moi-même j'étais insensé pendant une trentaine d'années. Mais je ne me suis pas contenté du "rien" comme réponse à la question de la vie après la mort. J'ai cherché. Je n'ai pas cherché dans la mauvaise direction qui serait liée à l'argent (je n'aime pas l'argent). L'argent, même beaucoup d'argent, n'apporte pas la réponse de la vie après la mort ! Vous comprenez ? Et si certains s'en fichent, vous ne pouvez pas les aider. Une ligne de partage s'amorce déjà entre ceux qui aiment l'argent et ceux qui ne l'aiment pas. Tout bêtement. Chacun est libre de ses choix, mais comment voulez-vous expliquer l'évangile à ceux qui aiment l'argent ? La parabole de Jésus sur "Les riches et le royaume de Dieu" est en elle même riche d'enseignement (Matthieu 19.16-26). Donc il vaut mieux se tourner vers ceux qui n'aiment pas l'argent, car leur coeur sera plus ouvert. Cette option nous conduit dans le domaine des pauvres, et c'est bien ! Jésus s'est adressé à eux : "Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux !" (Matthieu 5.3). Nous trouvons dans le Nouveau Testament de nombreuses promesses en faveur des pauvres !

Ce qui est en jeu et que l'homme sans Dieu ne voit pas, c'est le royaume de Dieu, ou le royaume des cieux. La venue du Fils de Dieu sur terre pour ôter le péché du monde à travers le sacrifice de son corps sur la croix, avait aussi pour but essentiel l'annonce aux hommes de la venue imminente du royaume de Dieu. Ce furent les premières paroles de Jésus pour inaugurer son ministère : "Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche." (Mat 3.2)

Aujourd'hui, le message n'a pas changé. L'homme sans Dieu ne pourra jamais s'en sortir de lui-même. Pire encore, la seconde mort est réservée à tout individu n'ayant pas accepté Jésus-Christ comme son sauveur personnel. La première mort est la mort du corps physique lorsque celui-ci est mis en terre et qu'il retourne en poussière. La seconde mort est la mort de l'âme lorsqu'au jugement dernier, devant le grand trône blanc cité dans Apocalypse 20.11, le nom de la personne (qui a vécu sans Dieu) n'est pas trouvé écrit dans le livre de vie et qu'elle est jetée dans l'étang de feu : "Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l'étang de feu." (Apocalypse 20.15).

La pensée du sort ultime qu'ont les incrédules donne des frissons : "C'est là qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents, quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob, et tous les prophètes, dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors." (Luc 13.28)


 
Ecrit par alberto, a 22:42 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mardi (22/01/19)
DE LA NÉCESSITÉ DE SE CONVERTIR À JÉSUS-CHRIST
--> Ici je crois que je m'adresse aux non-chrétiens...

Mon avantage d'être converti à Jésus-Christ, d'être baptisé et de marcher non selon la chair mais selon l'Esprit, je sais que je ne l'aurai que dans le ciel en la présence de Christ.

Beaucoup ne comprennent pas, parce qu'ils ne voient pas le royaume de Dieu. Ils sont peut-être chrétiens, mais leur cécité spirituelle les pousse à servir trop le monde au lieu de servir Dieu. Ils cherchent la consolation dans la parole humaine au lieu de la chercher dans la Parole de Dieu ; ils ne la supportent pas quand elle résonne dans la bouche de leurs proches qui sont convertis.

Que voulez-vous faire ? Sinon prier ! Personne n'hérite de la foi d'autrui ! Ni un mari ou une épouse ne reçoit automatiquement la foi du conjoint ou de la conjointe… Quoique : "Le mari non croyant bénéficie de la sainteté de sa femme, et la femme non croyante bénéficie de la sainteté de son mari ; autrement, vos enfants ne seraient pas purs, alors qu'en réalité ils sont saints." (1 Corinthiens 7.14). Cela montre que Dieu bénit particulièrement la famille. Néanmoins, si Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité, cela implique la nécessité pour chacun de se convertir et de se faire baptiser au nom de Jésus. Personne ne peut le faire à la place d'un autre.

Lorsque Jésus a prononcé son Discours sur la montagne (Matthieu 5 à 7), il a introduit en plein milieu cette phrase clé : "Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus." (Matthieu 6.33). Au sein d'une collectivité, cette recherche du coeur qui consiste à trouver Dieu, reste individuelle, on ne peut pas la faire à la place d'un autre. Mais Dieu a promis de se révéler à celui ou celle qui le cherche de tout son coeur !

Ecrit par alberto, a 23:56 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Articles suivants


Version  XML  - Cette page est peut-être encore valide XHTML1.1 et CSS sans tableaux.


Ce site est référencé sur le
Top Chrétien Francophone