Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Il a fallu qu’un jour Dieu fasse l’homme !

“Cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira”
Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

© Alberto
© Photos et textes. Tous droits réservés.
Recherche

Archive : tous les articles
Jeudi (23/09/21)
Comment échapper à la seconde mort ? Ou comment échapper à l'enfer ?
Dieu est un Dieu appelé trinitaire parce qu'il comprend trois personnes parfaitement saintes, différentes les unes des autres et parfaitement unies éternellement (Père, Fils, Saint-Esprit), et ayant chacune les attributs de Dieu.

Il nous a créés à son image, avec trois parties différentes les unes des autres et parfaitement unies : l'esprit, l'âme et le corps. Au commencement, Dieu nous a créés pour vivre éternellement dans sa sainteté. Normalement, nous n'aurions jamais dû mourir. Si nous sommes devenus mortels, c'est à cause d'un événement tragique qui s'est produit dans le jardin d'Eden où Dieu avait placé nos premiers parents Adam et Eve.

Nous n'avons rien d'autre que la Bible pour nous informer des faits précis qui ont conduit l'humanité entière dans l'état actuel où nous vivons. Nous avons aussi tout lieu de croire la Bible qui est le livre de la vérité.

C'est d'abord dans le ciel de Dieu que l'accident s'est produit. Aux côtés des puissants archanges Gabriel (le messager) et Michel (le guerrier), il y avait un chérubin tout aussi puissant et chargé des louanges autour du trône de Dieu. Il s'appelait Lucifer (le porteur de lumière), cet ange majestueux s'est révolté. Pris d'orgueil, il convoita la place de Dieu. Le prophète Ezéchiel écrit de lui : "Tu as été intègre dans tes voies, Depuis le jour où tu fus créé Jusqu'à celui où l'iniquité a été trouvée chez toi" (Ez 28.15). Dieu le précipita hors du ciel avec un tiers des anges tombés à sa suite.

Dans le jardin d'Eden, nous retrouvons Lucifer sous le nom de "dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan" (Ap 20.2). C’est lui, le serpent ancien, qui séduisit Adam et Eve, les entraînant dans sa chute et avec eux, toute la race humaine, puisque nous sommes tous descendants d'Adam et Eve. Le récit de cet événement tragique appelé "la chute" se trouve dans le livre de la Genèse au chapitre trois.

Dès lors, à cause de la désobéissance d'Adam (l'homme est responsable du couple), le péché est entré dans la race humaine, avec toutes ses conséquences : malédiction,  maladies, mort. Ce n'est pas encore la fin du monde, mais celle-ci devient inéluctable, car l'homme est souillé par le péché, ainsi que la terre et le ciel. Il faudra des siècles à Dieu pour purifier toute sa création. Dans sa toute-science, le Créateur savait évidemment tout ce qui allait arriver, mais en créant l'homme et en lui conférant une vraie liberté, il n'y avait pas d'autre solution que de lui laisser le libre-arbitre. Cela fait partie des mystères de Dieu, qu'avant la fondation du monde et grâce à son Fils unique Jésus-Christ, il a établi un plan parfait pour la rédemption de l'homme ainsi que pour la création d'un nouveau ciel et d'une nouvelle terre (Ap 21.1).

Son plan se déroule en deux temps. D'abord une première venue de Jésus en simple homme, ensuite une seconde venue de Jésus dans toute sa gloire divine. Entre ces deux intervalles, un grand événement doit se produire, Jésus descendra dans le ciel pour enlever son Église dans les airs.

De tout temps et jusque dans l'éternité, une parole de Dieu marquera à tout jamais comme d'un sceau divin le plan de sauvetage venu d'en haut qui est en train de se dérouler et dont le dénouement n'est plus si loin, cette parole est aussi le résumé de toute la Bible : "Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle" (Jean 3.16).

Comme prévu, à un temps marqué, Dieu a envoyé son Fils dans le monde. Nous connaissons l'histoire de Noël. Un petit bébé est né d'une vierge, Marie, qui a conçu par la puissance du Saint-Esprit. L'ange Gabriel lui annonça cette bonne nouvelle : "Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il régnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n'aura point de fin" (Luc 1.31-33).

Dieu fait de grandes choses ! Aujourd'hui, un peu plus de deux mille ans sont passés depuis la première venue de Jésus. L'Évangile nous apprend qu'en trois ans et demi, Jésus a accompli un ministère terrestre qui consiste à arracher le péché de l'emprise humaine, afin que tout homme et femme soient délivrés du diable et de la mort. Il a donc fallu que dans son corps d'homme pur, sans péché, Jésus prenne tous les péchés des hommes en s'offrant une fois pour toutes en sacrifice pour le péché. Lui, l'innocent, fut donc mis au nombre des malfaiteurs, crucifié entre deux brigands, comme l'avait prédit le prophète (Marc 15.28). Mais trois jours après, le tombeau était vide. Jésus ressuscité apparu à ses disciples qui ne le reconnurent pas tout de suite. Ils n'avaient pas compris les Écritures disant "que le Christ devait souffrir et ressusciter des morts" (Actes 17.3). Un besoin d'explication est toujours nécessaire pour comprendre et croire le message de l'Évangile qui demeure cependant très simple, d'après l'apôtre Paul : "Je vous ai enseigné avant tout, comme je l'avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures ; qu'il a été enseveli, et qu'il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures ; et qu'il est apparu à Céphas, puis aux douze. Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont encore vivants, et dont quelques-uns sont morts" (1 Co 15.3-6). Plus nous aurons recours aux enseignements des apôtres, plus nous comprendrons et plus notre foi grandira. C'est la foi en Christ qui nous sauve, parce que la foi en Christ nous justifie devant Dieu, selon ce qui est écrit : "Le juste vivra par la foi" (Ro 1.17).

Dans le royaume de Dieu qui vient, il n'y aura que des justes ! Les injustes, ceux qui ont en déni l'acte d'amour et de justification accompli par le Fils de Dieu sur la croix, demeureront dans leurs péchés, et s'ils ne se convertissent pas, ils mourront dans leurs péchés. Comment les moqueurs insensés, ceux qui se moquent des souffrances de Christ et de son amour, pourront-ils sauver leur âme ? Leur rire se transformera en cri. Malheureusement, il sera trop tard ! Le sort des incrédules est clairement mentionné dans la Bible : "Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort" (Ap 21.8).

Un peu plus de deux mille ans après, où en sommes-nous ? À vrai dire presque à la fin. Ce que même de nombreuses églises endormies peinent à croire, le retour de Jésus est proche. Bientôt, l'événement qui va faire suffoquer le monde entier va arriver, lorsque Jésus va enlever son Église. Une panique des chrétiens ayant ratés l'enlèvement va certainement engendrer un grand réveil mondial. Mais ce sera au prix de leur sang, car tous ceux qui refuseront la marque de la bête et son adoration seront les martyrs de l'antichrist.

Un gouvernement mondial, conforme au livre de l'Apocalypse, se prépare maintenant au vu de tout le monde. Qu'est-ce qui peut le freiner ? La foi dans le monde est en perte de vitesse, ce qui correspond à l'apostasie prévue au temps de la fin. C'est un temps de chaos et de séduction, et pour éviter toute confusion, les chrétiens sont appelés à se référer à la parole de Dieu qui est précise : "Pour ce qui concerne l'avènement de notre Seigneur Jésus Christ et notre réunion avec lui, nous vous prions, frères, de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, ou par quelque lettre qu'on dirait venir de nous, comme si le jour du Seigneur était déjà là. Que personne ne vous séduise d'aucune manière; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition" (2 The 2.1-3).

L'apostasie arrive, elle précède l'apparition de l'antichrist. Dès que le Saint-Esprit le montrera aux chrétiens, ils sauront alors que l'enlèvement est proche, et que le retour glorieux du Seigneur Jésus suivra de quelques années (sept exactement).

Voilà les choses dont tout homme et femme sensés devraient se préoccuper. Mais comme nous le disions, chacun, chacune, a son libre-arbitre.

Ecrit par alberto, a 13:41 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mardi (21/09/21)
L'immense découverte qui nous sauve !
Quand une vérité est proclamée, elle ne couvre pas toute de suite l'étendue du globe, loin de là ! Elle n'accroche pas tout de suite des foules. Ce n'est pas comme pour la proclamation d'un mensonge qui, lui, trouve rapidement une ouverture dans la multitude des coeurs. Pourquoi cela ? La réponse est dans le livre des livres, la Bible, qui prononce un verdict implacable sur le coeur de l'homme : "Le coeur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant : Qui peut le connaître ? Moi, l'Éternel, j'éprouve le coeur, je sonde les reins, pour rendre à chacun selon ses voies, selon le fruit de ses oeuvres" (Jérémie 17.9-10).

Je crois que personne ne peut accepter ce verdict à moins de passer par des circonstances qui vous en amènent la preuve irréfutable. Le péché est la preuve irréfutable de notre coeur déficient, qui est mauvais à cause de son incapacité à ne pas pécher. Mais tant que Dieu n'a pas convaincu quelqu'un de son péché, il ne le sait pas. C'est pourquoi il a donné sa loi aux peuples. Sans la loi, nous ne serions pas conscients de notre péché. "Or, le péché n'est pas imputé, quand il n'y a point de loi" (Ro 5.13). Mais dès que la loi est venue avec Moïse, l'homme a appris ce qu'est la transgression. "Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi" (1 Jean 3.4). Pour apprendre et entrer dans la connaissance des choses de Dieu, il suffit de persévérer dans la lecture de la parole de Dieu qui nous explique le rôle et l'aboutissement de la loi divine : "Que dirons-nous donc ? La loi est-elle péché ? Loin de là ! Mais je n'ai connu le péché que par la loi. Car je n'aurais pas connu la convoitise, si la loi n'eût dit : Tu ne convoiteras point" (Ro 7.7). Il suffit de nous concentrer sur l'explication de l'apôtre Paul : "Or, la loi est intervenue pour que l'offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé" (Ro 5.20). Comprenez-vous que la loi est comme une route qui conduit à la grâce ? Jésus (la grâce) prend le relais de la loi (de Moïse). "Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi" (Ga 3.24).

Personne ne peut arriver à saisir par la foi la grâce du Seigneur Jésus-Christ sans passer auparavant par la voie de la loi. Cela correspond à l'oeuvre du Père qui travaille dans le coeur des non-convertis afin de les amener à Christ. Lequel a déclaré : "Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire" (Jean 6.44). Ayant compris cela, nous pouvons prier que le Père attire nos proches à Jésus-Christ.

Entre autres, nous ferions bien de méditer la conclusion de la parabole de l'homme riche et du pauvre Lazare (Luc 16.19-31). Les deux moururent. Le pauvre Lazare fut transporté par les anges dans le sein d'Abraham et le riche fut enseveli. Dans le séjour des morts, le riche en proie aux tourments, vit de loin Abraham et Lazare dans son sein. Souffrant cruellement dans les flammes, il cria au père Abraham d'envoyer Lazare pour lui rafraîchir la langue. Mais entre les deux, il y avait un grand abîme infranchissable. Alors le riche supplia le père Abraham d'envoyer Lazare chez ses cinq frères afin de les avertir pour qu'ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourments. Et voilà la conclusion de la parabole : "Abraham répondit : Ils ont Moïse et les prophètes ; qu'ils les écoutent. Et il dit : Non, père Abraham, mais si quelqu'un des morts va vers eux, ils se repentiront. Et Abraham lui dit : S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader quand même quelqu'un des morts ressusciterait" (Luc 16.29-31).

Il y a dans cette affirmation une grande vérité révélée. La repentance dans les coeurs ne peut pas être suscitée par l'apparition d'une personne ressuscitée, fut-elle Jésus. Le travail de repentance dans les coeurs doit se faire en amont, par l'écoute de Moïse et des prophètes. C'est accepter la confrontation avec la loi de Moïse et les prophètes de l'Ancien Testament qui ont annoncé la venue de Jésus, le Sauveur. Si vous acceptez, alors le tapis rouge de la loi vous est déroulé sous vos pieds, il vous permet de découvrir les Dix Commandements, et en même temps votre échec. Car personne ne peut accomplir parfaitement cette loi donnée à Moïse du haut de la montagne du Sinaï ! Il ne vous reste plus qu'à vous confier à ce Sauveur annoncé par les prophètes et qui est venu pour accomplir ce que nous ne pouvons pas faire. Car Jésus a accompli parfaitement la loi de Moïse. Il ne l#a pas abolie, il l'a accomplie pour nous, pour susciter dans notre coeur une repentance à salut et produire la joie. Lorsqu'à travers des circonstances plus ou moins attristantes, nous sommes amenés à nous repentir de nos fautes, de nos péchés, nous découvrons la grâce qui est en Jésus-Christ. C'est l'immense découverte qui nous sauve ! "En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort" (2 Co 7.10).

Le royaume des cieux arrive. Il arrivera à l'improviste. Tous ceux qui n'auront pas pris le message de Dieu au sérieux seront confus, parce qu'ils ne seront pas prêts. Ils risquent de mourir, non seulement de mort naturelle ou violente en perdant leur corps, mais de la seconde mort qui est la perte de l'âme dans un lieu de tourment. Cela vaut vraiment la peine d'y réfléchir !

Ecrit par alberto, a 16:00 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Dimanche (19/09/21)
La nouvelle créature en Jésus-Christ
C'est la même chose pour n'importe quelle maladie. Quand un virus, une infection t'attaque, il faut résister. Tu peux résister si tu as pris conscience de la nouvelle nature que Dieu t'a donnée à ta conversion. Jésus a fait mourir ta vieille nature de péché avec lui dans sa mort. Il t'a emmené trois jours avec lui dans les profondeurs de la mort et du séjour des morts, et quand l'Esprit du Père l'a ressuscité, il t'a ressuscité avec lui en Esprit. Tout cela devient effectif, réel, quand tu te convertis. Tu passes des ténèbres à la lumière et tu deviens une nouvelle créature, selon la parole de Dieu : "Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles" (2 Co 5.17).

Si tu es converti, te voilà avec une nature nouvelle qui ne peut pas pécher. Tu n'en es pas conscient au début, mais Dieu te le dit. Des trois parties qui composent notre être (l'esprit, l'âme et le corps), Dieu a renouvelé ton esprit et il l'a placé en Jésus-Christ dans les lieux célestes.

Dieu t'appelle maintenant "à te dépouiller, eu égard à ta vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l'esprit de ton intelligence, et à revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité" (Eph 4.21-24).

Tu as besoin de comprendre par révélation que ton Esprit renouvelé est l'homme intérieur (ou la femme intérieure) qui épouse parfaitement ton corps mortel. C'est ton nouveau moi, qui ne peut pas pécher, puisqu'il est saint, en tout point semblable à Jésus-Christ. En revanche, nous trouvons dans notre corps une partie opposée que Paul appelle la chair. La chair est une puissance de péché et de mort qui habite notre corps et dont nous ne pouvons nous débarrasser, elle habitera donc en nous jusqu'à notre mort naturelle (sauf si Jésus revient avant). Entre la puissance de vie en Jésus-Christ qui se trouve dans l'Esprit, et la puissance de péché et de mort qui se trouve dans la chair, comment allons-nous résister ? Par le moyen de l'âme placée entre l'Esprit et la chair. L'âme est notre être intérieur conscient. C'est par l'âme que nos sens fonctionnent, avec nos pensées, nos sentiments, notre volonté. Tout cela besoin d'être renouvelé.

Au début de notre vie chrétienne, l'âme va continuer de relayer, selon ses habitudes, tout ce qui vient de la chair. "Car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez" (Ga 5.17). La chair est contrôlée par le diable, tandis que l'Esprit est contrôlé par Dieu. Dieu habite dans notre Esprit par le Saint-Esprit. C'est à cela que nous reconnaissons notre identité d'enfant de Dieu : "L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu" (Ro 8.16).

Lorsque la chair nous attaque et veut nous envoyer une maladie, un virus, une infection, si sommes habitués à vivre selon l'Esprit, nous serons en mesure de résister. Mais si nous vivons selon la chair, nous serons incapables de résister et la chair dominera par sa puissance de péché et de mort. Ce n'est pas par notre volonté que nous arriverons à soumettre la chair ! La chair ne se soumet à rien ni à aucune loi. La seule solution est de la faire mourir. La croix que nous portons lorsque nous suivons le Seigneur Jésus-Christ sert à cela : à crucifier la chair. "Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie" (Col 3.5). En nous appliquant à faire mourir les oeuvres de la chair, nous obéissons au Seigneur Jésus qui nous demande aussi un renoncement à soi-même, et de cette manière, nous apprenons à vivre selon l'Esprit. Si ces enseignements ne sont pas donnés dans votre église, priez pour que Dieu vous donne un moyen de les recevoir ailleurs. Lorsque Dieu dit : "Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous" (Jacques 4.7), il s'adresse à ceux qui marchent selon l'Esprit. Il est donc important d'apprendre à marcher selon l'Esprit. C'est la seule solution, lorsque nous marchons selon l'Esprit, de rendre la chair impuissante. Méditez ce verset : "sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit (afin que le péché qui est dans le corps soit réduit à l'impuissante), pour que nous ne soyons plus esclaves du péché" (Ro 6.6).

L'expérience de notre vie chrétienne doit nous amener à prendre conscience de notre véritable identité en Esprit par rapport à la puissance de péché et de mort qui habite dans notre corps (dans la chair). Alors nous ferons la même découverte que l'apôtre Paul : "Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ, qui marchent, non selon la chair, mais selon l'Esprit. En effet, la loi de l'esprit de vie en Jésus Christ m'a libéré de la loi du péché et de la mort" (Ro 8.1-2).

"La loi de l'esprit de vie en Jésus-Christ m'a libéré de la loi du péché et de la mort". Étant mort à la loi, mort à la chair, mort à Satan, et vivant pour Dieu, je suis en mesure de résister au diable et à ses attaques, et à triompher contre le péché et contre la maladie. "Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde" (1 Jean 4.4). Prenons conscience que Jésus habite en nous en permanence. Jésus nous veut que du bien. Il n'est pas là pour nous tirer vers le bas, au contraire, il est celui qui sauve, qui guérit, et qui ressuscite les morts. Lorsque nous résistons au diable et à ses attaques, la puissance de Jésus-Christ et son nom ont pour effet de faire trembler les démons qui doivent s'enfuir. Utilisons les armes que Dieu nous a données. "Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ; ils saisiront des serpents ; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris" (Marc 16.17-18).

Ecrit par alberto, a 09:41 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Samedi (18/09/21)
La venue du royaume des cieux sur la terre
Nous sommes arrivés maintenant dans un monde chaotique, divisé, qui ne sait plus où donner de la tête. Chacun y va de sa vérité dans des discussions sans fin, partout où les moyens de communication moderne le permettent. Mais c'est comme un verre d'eau dans l‘océan. Tout s'y perd. La mer brasse et rebrasse tout ce que vous y jetez. Et vous en arrivez à vous demander qui vous êtes dans ce monde de fous !

L'idée de l'infini vous est donnée lorsque vous regardez la mer. Vous voyez la ligne d'horizon, mais ce qu'il y a derrière, vous ne le voyez pas. Qu'est-ce qui fait donc que votre petitesse d'homme, ou de femme, n'ait pas pris référence dans votre conscience ? Selon que l'orgueil ou l'humilité vous habite ! Les marins savent qu'il ne faut pas se jouer des éléments en furie et c'est avec le respect de la mer qu'ils partent lancer leurs filets.

La mer, ce sont les peuples, les foules qui composent notre monde. Parfois calmes, mais parfois agités par des vents plus ou moins violents. Pouvons-nous dire qu'actuellement une tempête souffle sur notre monde, sur les peuples ? Oui. Et chacun a tendance à se courber d'un côté ou de l'autre, poussé par le vent des idées. Chacun s'en trouve malmené, et quand on est malmené, on finit par crier.

Instinctivement, le monde crie sa plainte sans trop savoir qui peut l'entendre, sinon les gouvernants. Un peuple souffrant s'en prend toujours à son chef. Savez-vous que dans un tel contexte, il n'y a pas de solution ? L'idée d'impuissance vous est donnée par l'Histoire. Si Dieu n'avait pas délivré son peuple, jamais il n'aurait été délivré ! Tu ne peux te délivrer toi-même !

Pour délivrer son peuple esclave des Égyptiens, Dieu a utilisé un homme, Moïse. Il l'a envoyé auprès de Pharaon, le chef, avec l'ordre de laisser aller son peuple. À dix reprises, Pharaon a refusé. À dix reprises, Dieu a envoyé des plaies contre Pharaon et sur son pays. Ce n'est qu'à la dixième plaie que Pharaon laissa aller le peuple de Dieu, les enfants d'Israël. Au cours de cette dixième plaie, Dieu a fait mourir tous les premiers-nés d'Egypte. Seul le sang d'un agneau sacrifié badigeonné sur les linteaux de porte a empêché l'ange exterminateur d'entrer dans les maisons des enfants d'Israël pour y détruire le premier-né. Le peuple de Dieu fut délivré et s'enfuit du côté de la Mer Rouge qui ne fut pas une barrière, car Moïse leva son bâton et la mer s'ouvrit pour laisser le passage. Quand tout le peuple fut passé, Moïse étendit sa main sur la mer, et la mer engloutit tous les poursuivants égyptiens (Ex 5-14).

Voilà comment Dieu sauve, en utilisant un homme dans son humble petitesse. Dieu lui confère alors sa toute-puissance.

Aujourd'hui, le monde s'apparente à l'Egypte. Il semble qu'un pharaon se lève pour imposer sa loi. Comprenez qu'un pharaon a besoin d'esclaves !  Que deviendraient le monde et tout son système sans esclaves ? L'économie mondiale s'écroulerait comme une tour ! Alors, avec une subtilité pharaonienne et sous couvert de grandes promesses de liberté, la politique mondiale consistera à former des esclaves.

L'Histoire va donc se répéter. Cette fois, pour l'ultime fois, Dieu s'est choisi un homme qui va délivrer son peuple une fois pour toutes : son Fils unique, Jésus. "Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle" (Jean 3.16).

Ce qui est arrivé du temps de Moïse va arriver dans notre monde actuel. Dieu va délivrer son peuple de l'esclavage (tous ceux qui croient en lui, Israël compris) par Jésus-Christ, appelé depuis deux mille ans "le Sauveur du monde, "l'agneau de Dieu qui ôte le péché du monde". Oui, parce que sur la croix, Jésus s'est offert en sacrifice pour tous les péchés des hommes, et avant de mourir, après avoir remis son Esprit entre les mains de son Père, il s'est écrié : "Tout est accompli". En disant ces mots, il déclare la justification et la libération de tout homme, femme, enfant, qui place sa confiance en lui. Trois jours après, Jésus est ressuscité d'entre les morts et il s'est assis à la droite de Dieu d'où il règne sur tout l‘univers. Sa parole demeure actuelle pour le temps présent et pour l'éternité : "Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui" (Jean 3.36).

Tous ceux qui rejettent la parole du Christ, qu'ils soient petits, grands, esclaves ou chefs éminents, sont déjà sous le jugement de Dieu. Car Jésus est venu pour sauver et non pour juger. Si quelqu'un rejette sa parole, c'est cette parole qui le jugera. Lui-même l'a dit : "Si quelqu'un entend mes paroles et ne les garde point, ce n'est pas moi qui le juge; car je suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde. Celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge; la parole que j'ai annoncée, c'est elle qui le jugera au dernier jour" (Jean 12.47-48).

Il y a en effet un jour marqué où Dieu jugera le monde par l'envoi de plaies terribles qui seront l'expression de sa colère sur un monde impie. Ce jour est proche, d'autant que nous voyons grandir le complot des nations contre Israël. Le jour où l'homme du péché, l'impie, l'antichrist, réussira à confirmer un traité de paix pour une durée de sept ans, alors une ruine soudaine s'abattra sur le monde. "Quand les hommes diront: Paix et sûreté! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l'enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n'échapperont point" (1 Tim 5.3). Ce sera la colère de Dieu qui précédera le retour glorieux de Jésus-Christ avec ses saints, et la venue du royaume des cieux sur la terre.

En ces jours confus, pour toute priorité, il convient de se remettre en question face à tout ce qui est écrit dans la Bible et qui demeure éternellement, et la parole des hommes, des puissants de la terre, qui ignorent que leur puissance sera de courte durée. Ils n'auraient pas cette puissance si cela ne leur avait été donné. Dieu a son plan, et comme l'ont dit Pierre et les apôtres en de semblables circonstances : "Il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes" (Actes 5.29).

Ecrit par alberto, a 14:39 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Vendredi (17/09/21)
La vérité autour de la Vierge Marie
Les églises sont toujours des lieux de refuge, du moins celles dont la porte est ouverte. Même si Dieu, comme dit le prophète, n'habite pas dans les temples faits de main d'homme (Actes 7.48), il est omnipotent et sa présence mystérieuse est aussi dans la pénombre de ces lieux protégés par des murs épais. Le silence est propice à l'âme fatiguée ou abattue qui vient ici se recueillir et réfléchir. Cela m'est arrivé avant ma conversion. Quand un malheureux ne sait plus où aller, de guerre lasse, il peut pousser la porte d'une église. Inconsciemment, à travers l'odeur de l'encens et les figures des Saints, il va retrouver la tradition de son pays. D'un côté Jésus, et de l'autre, la Sainte Vierge devant laquelle brillent les bougies que les gens viennent allumer.

Mais ce n'est que la tradition des hommes. Les fidèles de ces lieux, dont la soif spirituelle est réelle, se retrouvent séduits par une tradition séculaire. Déjà en son temps, Jésus a eu maille à partir avec les gens de son époque qui enseignaient des préceptes qui n'étaient rien d'autres que des commandements d'hommes et non la parole de Dieu. Jésus leur avait dit : "Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition" (Matthieu 15.6). Nous sommes aujourd'hui dans la même situation. Entre la tradition des hommes et la parole de Dieu, il y a un fossé que nous devons franchir si nous voulons recevoir la véritable bénédiction du Seigneur Jésus.

Les choses sont très simples à comprendre si l'on s'en réfère à la parole biblique et en la croyant. Il convient de rétablir plusieurs vérités et notamment autour de la Vierge Marie.

Lorsque Dieu a envoyé son Fils dans le monde, il a choisi une vierge, Marie, parce qu'il fallait que le Fils s'incarne dans un corps semblable au nôtre, mais sans péché, afin qu'il puisse porter en son corps pur tous les péchés des hommes. De cette manière, par la foi en lui, il nous a tous délivrés de la condamnation qui nous était destinée. Le rôle de Marie est hautement respectable, toutefois, il s'arrête à la naissance du Sauveur. Elle-même, comme tout être humain, est au bénéfice du sang versé à la croix pour être sauvée par celui qu'elle a mis au monde. Ensuite, tout ce que dit la tradition sur Marie, son assomption, son intercession, ses apparitions, tout cela s'en trouve démenti par la Bible. Lorsque l'on parle de la "mère de Dieu", il faut comprendre que le Dieu trinitaire (Père, Fils, Saint-Esprit) n'a ni commencement ni fin, il n'a donc pas de mère. Marie est uniquement la mère de Jésus incarné, et pas du Jésus spirituel qui existe de toute éternité. Elle était dans la chambre haute avec les disciples lorsque le Saint-Esprit est descendu le jour de la Pentecôte (Actes 1.13-14). Quant à son rôle de médiation si répandu dans l'église catholique, la Bible apporte un démenti radical : "Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme" (1 Timothée 2.5).

Maintenant, qu'en est-il de ceux qui invoquent les morts ? Est-il possible de communiquer avec les morts ? La réponse biblique est non. Les morts n'ont plus de contact possible avec le monde des vivants. De nombreux versets de l'Ancien Testament sont sans équivoque : "Qu'on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d'astrologue, d'augure, de magicien, d'enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l'Éternel" (Deutéronome 18.10-12). Cela revient à dire que ceux qui prient les Saints ou la Vierge Marie sont en abomination à l'Éternel. Et s'il arrive à des braves personnes de recevoir des réponses ou des visions après avoir invoqué des êtres disparus, ces réponses ou ces visions ne viennent pas des êtres invoqués, mais du diable et de ses démons, qui agissent par tromperies et mensonges. Dieu nous prévient expressément de ces choses par sa Parole, car il ne veut pas que nous tombions dans les griffes du diable.

Voilà déjà la voie bien dégagée lorsque nous commençons à discerner ce qui provient des traditions humaines et ce qui provient de la Bible. Nous devons exercer notre volonté à croire uniquement ce que Dieu dit dans sa Parole qui est la Bible. Lorsque vous voyez une statue d'un Saint ou de la vierge Marie, dites-vous que la statue en soi n'est rien, mais que derrière se cachent des démons. Ils ont besoin de ces figures pour se manifester. Si vous adorez un Saint, vous adorez des démons. Si vous emportez chez vous l'une de ces statues, dites-vous que des démons sont derrière pour se manifester et vous lier dans l'adoration de ce que les statues véhiculent, c'est-à-dire, la malédiction, le mensonge, les traditions, les fausses doctrines, qui vous empêchent de croire en la vérité du Christ seul. Prenez-en conscience et débarrassez-vous de ces figures. N'adorez ni les Saints, ni Marie, mais Dieu seul. Jésus a dit : "Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité" (Jean 4.22-24).
   
La soif de spiritualité a besoin de s'harmoniser avec une soif de vérité qui ne trouve son assouvissement qu'en Jésus-Christ. "Il ne se trouve que par les voies enseignées dans l’Évangile" a écrit Blaise Pascal. En effet, tous ceux qui ont découvert Jésus-Christ vous donneront le même témoignage.
 
Ecrit par alberto, a 08:34 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Jeudi (16/09/21)
Avec la Bible, te voilà sur la bonne voie !
Si tu abordes les choses de Dieu, Dieu lui-même se réjouit et, comme un bon père pour son enfant, il s'abaisse à ta hauteur pour que toutes les choses qui le concernent soient les plus simples du monde. Tout n'est qu'une question de foi ! Pour cela, il te donne d‘abord le livre des livres qui est la Bible. Aucun livre ne lui ressemble, car son auteur est Dieu lui-même. Pour l'écrire, il a inspiré directement divers auteurs, diverses personnes aux caractères différents, et toutes choisies par lui.

Tu trouveras deux parties dans la Bible, l'Ancien et le Nouveau Testament. Lorsque Jésus est venu, il a confirmé les Écritures qui représentent l'Ancien Testament : la Loi, les Psaumes, et les Prophètes. Le Nouveau Testament a été rédigé après Jésus-Christ. C'est le Saint-Esprit qui a conduit finalement le choix des textes sacrés qui composent actuellement la Bible. Paul, le grand apôtre choisi par Jésus pour nous dévoiler de grands mystères, dont celui de l'église, nous atteste l'inspiration de la Bible : "Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice" (2 Timothée 3.16).

Ainsi, tu peux prendre la Bible dans ta main en te disant avec assurance que tout ce que ce livre contient est la vérité. Jésus est la parole de Dieu vivante, et la Bible est la parole de Dieu écrite. Les deux font un.

La chose la plus simple est de croire tout ce qui est écrit dans la Bible, parce que cela correspond à tout ce que Jésus a dit. Or, tout ce que Jésus a dit, c'est justement la parole de Dieu. Et si Jésus confirme sa parole, nous avons tout lieu de le croire : "Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point" (Matthieu 24.35).

Voilà, si tu a décidé de t'intéresser aux choses de Dieu, tu fais bien de t'emparer de la Bible. En t'emparant de son contenu, tu seras comme un soldat portant une épée, qui te servira à vaincre l'ennemi le plus puissant qui soit : le diable. Jésus s'en est servi à trois reprises dans le désert lorsque il a été tenté par le diable. À trois reprises, il l'a vaincu en citant les Écritures : "il est écrit".

Ainsi, avec la Bible, te voilà sur la bonne voie. La joie peut déjà te remplir, en tout cas, t'apaiser face au parcours de vie qui reste encore devant toi. Pourquoi ? Parce que Jésus est celui qui nous guérit l'âme et le corps : "C'est lui qui pardonne toutes tes iniquités, Qui guérit toutes tes maladies; C'est lui qui délivre ta vie de la fosse, Qui te couronne de bonté et de miséricorde; C'est lui qui rassasie de biens ta vieillesse, Qui te fait rajeunir comme l'aigle" (Psaumes 103.3-5). Que l'amour de Dieu remplisse ton coeur !

Ecrit par alberto, a 09:39 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mercredi (15/09/21)
Le discours de Jésus sur la montagne
Quand quelqu'un se convertit, jeune ou moins jeune, il est obligé d'être pris en main, comme un enfant est pris en main dès sa naissance par son papa et sa maman. Cela rebute beaucoup de monde, beaucoup d'adultes, qui ne souhaitent pas s'humilier ou être la risée de l'entourage. Je connais beaucoup de gens dont la vie ressemble à un grand train de marchandises qui n'en finit pas de rouler. Vous voyez ce train, vous le voyez passer, et si vous essayer de compter les wagons, vous n'en finissez pas !
 
Imaginez l'énergie pour traîner ce train. Et tout ça pour aller où ?
 
À un moment donné, il faut sortir du discours pour être libre !
 
Du temps de Jésus, il n'y avait peut-être pas de trains, mais les gens traînaient en eux, comme aujourd'hui, le même poids de l'existence. Alors, avec grande compassion, Jésus les a interpellés, et comme cet homme ne parlait pas comme tous les hommes, la foule s'est mise à le suivre. Arrivé sur une montagne aux paysages panoramiques, où monts et vallées se succèdent à perte de vue, Jésus leur a parlé longuement, sur la vie présente et sur la vie à venir. Son discours extraordinaire a été recueilli dans les évangiles et reste une perle précieuse pour l'être humain d'aujourd'hui. Tout y est. Beaucoup de peintres s'en sont inspirés, beaucoup d'artistes, de poètes, d'humanistes… Mais aussi beaucoup de gens l'ont mis en pratique dans leur vie. Ils ont d'abord répondu à l'appel de cet homme nommé Jésus, et dans un deuxième temps, ils ont reconnu qu'il était plus qu'un homme et qu'il incarnait vraiment la divinité. Petit à petit, ils ont compris le sens de ses paroles, et ils ont cru qu'il était le Fils de Dieu venu sur terre pour réparer les dégâts des hommes. C'était pour eux une grande et très bonne nouvelle ! Ils ont bu ses paroles comme un bébé boit du lait et, petit à petit, ils ont grandi spirituellement. Ils ont pris conscience alors qu'ils n'étaient plus comme les autres. Ils se sont rendu compte, en effet, que ce qu'ils comprennent eux, du péché et du Christ, les autres n'y comprennent rien !
 
Eh oui, d'évidence en évidence, le jour n'est pas la nuit, et la nuit n'est pas le jour ! Les uns aiment mâcher les mots, d'autres non. L'orgueil n'est pas l'humilité non plus, et l'humilité n'est pas l'orgueil ! Si notre civilisation n'ose plus parler du bien et du mal, ou plutôt si le bien a été changé en mal et le mal en bien, alors la foule s'imagine que tous les chemins mènent à Rome ! Mais ce n'est pas vrai !
 
Jésus nous interpelle : Eh ! Où va ton train de marchandises ? As-tu encore assez de charbon ? Ou bien fonctionnes-tu avec l'électricité des centrales nucléaires ?
 
Les métaphores sont difficiles à comprendre ? L'amour, lui, n'est pas difficile à comprendre. Si tu as encore tes deux jambes pour marcher, cela suffit déjà pour être un peu heureux (et même peut-être plus). Mais tu peux t'asseoir, un instant, derrière ton ordinateur (pas devant)… et lire dans la Bible le discours de Jésus, le discours sur la montagne. Si tu veux. Si tu ne veux pas, le monde continuera de tourner, mais ceux qui t'aiment seront tristes.
 
L'invitation de Jésus demeure plus actuelle que jamais ! « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et accablés, vous qui êtes déprimés, parce que vous ployez sous un fardeau trop lourd, et je vous donnerai du repos. Acceptez de vous laisser diriger par moi et mettez-vous à mon école, car, de tout mon coeur, je suis doux et humble. Ainsi, votre vie trouvera son épanouissement dans le repos. Oui, mon joug est utile et la charge que je vous impose est légère ». (Evangile de Matthieu 11.28-30, version "Parole vivante" transcription Alfred Kuen)
 
Le discours de Jésus sur la montagne se trouve dans l'évangile de Matthieu, les chapitres 5 à 7. https://www.biblegateway.com/passage/?search=Matthieu+5-7&version=LSG
Ecrit par alberto, a 15:49 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mardi (14/09/21)
Dieu existe et il veut se faire connaître !
Depuis que je me suis converti, il y a dans ma vie un avant et un après. Je pense qu'il en est ainsi dans la vie de tous ceux qui rencontrent Dieu, soit directement, soit par le témoignage de chrétiens. Personnellement, j'ai d'abord été interpellé par Dieu, ensuite, j'ai fait la connaissance de Jésus-Christ à travers la lecture des évangiles.

Si je n'avais pas été interpellé d'abord par Dieu, j'aurais pu lire mille fois les évangiles sans rien y croire pour autant. Comment Dieu m'a interpellé ? Je ne saurais le dire d'une manière rationnelle. Je n'ai pas entendu sa voix. Pourtant, à un moment précis de mon existence, alors que je venais de prendre conscience du non-sens de la vie, il m'a interpellé justement au plus profond de l'être en me donnant la confirmation de son existence. C'était plus puissant que s'il me l'avait dit avec des mots, au point que dès cet instant, j'ai compris que personne ne pourrait jamais me faire douter ou me dire le contraire. Dieu existe ! C'était pour moi une révélation cinglante, parce que je m'attendais à tout sauf à cela ! L'expression "tomber des nues" pourrait illustrer mes propos. Je suis pratiquement passé d'un jour à l'autre de l'athéisme à la foi en Dieu. Et depuis ce jour, il y a dans ma vie un avant et un après.

Mes amis de l'époque comme ma famille l'ont tout de suite remarqué, parce qu'ils m'ont entendu subitement parler de Dieu. Certains m'ont pris pour un illuminé. Mais plus de quarante après, s'ils ne sont pas morts, ils peuvent encore m'entendre dire le même témoignage : Dieu existe et il veut se faire connaître !

Je n'ai jamais regretté cette rencontre divine intervenue au terme d'une crise existentielle assez éprouvante. Cela n'arrivera pas à ceux qui trichent et qui consentent à faire des concessions avec l'injustice et le mensonge. En revanche, cela peut arriver a ceux qui aiment la vérité et qui recherchent le bon sens des choses. Ceux-là (des gens de bonne volonté), s'ils persévèrent, Dieu les attend toujours à un carrefour de leur vie, pour les aider, les prendre en charge, et surtout pour se révéler, comme il l'a fait pour moi.

Un peu de bonne volonté est quand même nécessaire, car savoir que Dieu existe est une bonne chose, mais si tu n'apprends pas à le connaître, cela ne te servira à rien. Heureusement que dans sa toute science, Dieu travaille dans le coeur de l'homme pour qu'il soit attiré vers Christ. Jésus a dit : "Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire; et je le ressusciterai au dernier jour" (Jean 6.44). Ainsi, dès que la révélation de Dieu a touché ma conscience, j'ai tout de suite été attiré par la lecture de la Bible. La Bible, je l'ai dévorée et je la dévore encore. Et c'est par les pages des évangiles que j'ai appris qui est Jésus-Christ et pourquoi il est venu.

Effectivement, tu tombes des nues parce que ce que tu apprends là, tu ne l'as entendu nulle part ailleurs, ni dans les livres, ni dans les plus grandes écoles, peut-être à la rigueur dans un cours religieux ou de catéchisme quand tu étais plus jeune, mais la foi n'était pas encore au rendez-vous. Et c'est seulement après cette expérience que tu commences à comprendre pourquoi le message de la croix est une folie pour le monde : "Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu" (1 Co 1.18).

"Nous qui sommes sauvés"… Avant, je n'étais pas sauvé, maintenant, je suis sauvé ! Sauvé de quoi ? Sauvé de l'enfer ! Tu le sais parce que Dieu t'a convaincu de péché ! Avant, tu ne le savais pas et tu en riais. Le monde qui n'est pas sensible à Dieu, ne le sait pas et il en rit. Tu peux lui expliquer, il ne comprendra pas, et ton explication de la croix sera folie. Tu comprends que sans une intervention de Dieu, il ne se passe rien. Heureusement, Dieu existe et il agit au-delà de tout ce que nous pouvons imaginer ! Personne ne peut imaginer Dieu. C'est par le Fils que nous pouvons le connaître. Le Fils s'est incarné, il s'est révélé au monde, et si le monde ne l'a pas connu, ses disciples, eux, l'ont connu. Ils ont vécu avec lui et ils témoignent (nous devons donc bien écouter leurs paroles) : "Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, – car la vie a été manifestée, et nous l'avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée" (1 Jean 1.1-2). Par ce témoignage, il est facile de comprendre que la vie – la vie éternelle – n'est pas une idée, une quelconque puissance abstraite, ou tout ce que vous voulez, non, la vie éternelle est une personne dont le nom est Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Il était facile à Jean, le disciple bien-aimé, de témoigner en disant : "Et voici ce témoignage, c'est que Dieu nous a donné la vie éternelle, et que cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie ; celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie" (1 jean 5.11-12).  

Par ailleurs, Jésus  a dit : "Celui qui m'a vu a vu le Père". Pour nous qui sommes appelés à voir Dieu, non pas de nos yeux, mais par la foi qui vient du coeur (nous le verrons de nos propres yeux après notre résurrection), il est important de nous familiariser avec les évangiles, parce qu'ils nous montrent la vie de Jésus en toute simplicité, ce qu'il a dit, ce qu'il a fait, et comment il s'est comporté au milieu d'une société faite de pécheurs et qui ressemble fortement à la nôtre. Puis, Dieu ne veut pas seulement nous sauver, il veut nous faire grandir spirituellement grâce aux enseignements que peuvent nous apporter les lettres des apôtres, ainsi que toute parole écrite dans la Bible, de l'Ancien au Nouveau Testament.

Mais l'important est le commencement. Il s'agit de croire que Dieu existe et d'aller vers lui à sa rencontre, Bible en main. Ce n'est pas évident, mais si vous le voulez de tout votre coeur, cela arrivera. Qu'est-ce qui peut vous en empêcher ? "Vous savez comment Dieu a oint du Saint Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l'empire du diable, car Dieu était avec lui" (Actes 10.38). Une peur innée du châtiment habite en nous à cause du péché et nous incite à nous cacher de la face Dieu. Mais lorsque Jésus vient à nous, ce n'est jamais pour nous condamner, c'est pour nous sauver ! Nous pouvons donc nous approcher de lui sans crainte, il nous accepte tels que nous sommes. Son amour pour chacun de nous est à la mesure de son sacrifice accompli une fois pour toutes à la croix. Vous pouvez lire dans les évangiles que Jésus a tout accompli à la croix pour nous délivrer de nos péchés, de nos maladies, et de nos infirmités (Mat 8.17). Il est maintenant assis à la droite de Dieu et son omnipotence lui permet d'être avec chacun de nous, comme si nous étions la seule personne au monde. "Pour nous, nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier" (1 Jean 4.19).

Ecrit par alberto, a 00:19 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Samedi (11/09/21)
Dieu existe !
--> Il ne faut plus continuer de vivre comme s'il n'existait pas !
 Une pure folie s'est emparée des gouvernements de France, d'Allemagne et d'ailleurs, en rendant obligatoire jusqu'aux enfants, une vaccination par un vaccin génique expérimental. Ces gouvernements en sont arrivés là par refus d'écouter la vérité dans la bouche d'experts sérieux. Ils ont préféré la voie du mensonge en falsifiant la vérité dans tous les comptes et décomptes de la pandémie, et cela depuis le début. Ils se sont rendus coupables de faits très graves qui ne sont pas encore élucidés, mais qui le seront certainement un jour. Beaucoup de gens s'en rendent compte et se retrouvent dans l'impuissance, écrasés sous le poids d'une peur constante entretenue par les médias. Un grand réveil des consciences est donc en train de se produire. Malheureusement, le peuple s'en trouve maintenant divisé entre les vaccinés et les non-vaccinés. Retrouver une union du peuple, le réunifier, devrait être la tâche raisonnable des prochains élus. Seulement, après tout ce qui s'est passé, trouver une perspective politique raisonnable tient de l'impossible ou du miracle.

La puissance du malin se déploie sur les classes dirigeantes qui gagnent de plus en plus de pouvoir. Cela se traduit par une méchanceté dont le peuple en fait les frais, surtout le peuple qui ne marche pas au pas en refusant le vaccin (perte d'emploi, perte du salaire en cas de quarantaine…).

Sommes-nous dans l'engrenage des temps de la fin ? Oui. La puissance du malin ne trouve plus assez de contre-pouvoir qui proviendrait de la puissance de Dieu. Dieu est refoulé de partout. Les dirigeants de l'UE ont sorti à dessein de leur constitution toute mention faisant état d'une identité chrétienne. Comme contre-pouvoir spirituel, selon la Bible, il ne reste plus que l'église fidèle de Dieu, porteuse du Saint-Esprit, dont la puissance est telle que par sa seule présence sur la terre, elle retient l'impie, l'homme du péché, l'antichrist. Il ne pourra rien faire tant que l'église fidèle de Dieu sera là. Mais dès que cette église sera enlevée, alors la puissance qui le retient aura disparu et l'antichrist fera son entrée sur la scène mondiale. Il est vraisemblable qu'à l'heure actuelle, il se prépare. C'est lui, sous un voile de mensonges et par des bonnes paroles, qui unifiera le peuple et procurera une fausse paix. À ses côtés, un faux prophète fera son apparition et conduira le peuple dans une seule religion, avec un seul but, celui d'adorer le faux Christ qui est l'antichrist.

Ce sont des temps difficiles en perspective, qui seront brefs, mais qui seront les plus terribles de toute l'Histoire. C'est dans ces temps que Dieu versera sa colère sur toutes les nations. Après deux périodes de tribulations de trois ans et demi, la terre sera dévastée et Jésus reviendra en gloire.

La seule solution permettant d'éviter de se trouver dans ces tribulations est de faire partie de l'église fidèle de Dieu qui sera enlevée juste avant. Cependant, les avis divergent, certains pensent qu'elle sera enlevée après la première tribulation de trois ans et demi, d'autres à la fin de la grande tribulation, ce qui est impossible puisqu'il est écrit que lorsque Jésus reviendra, il sera accompagné de tous ses saints (Za 14.5), ceux qu'il aura ressuscités lors de l'enlèvement. Ma conviction est que l'église sera enlevée avant les deux tribulations, lesquelles représentent la colère de Dieu lorsque Satan sera incarné dans l'antichrist : "Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l'acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ, qui est mort pour nous, afin que, soit que nous veillons, soit que nous dormions, nous vivions ensemble avec lui" (1 The 5.9-10).

Il ne s'agit donc plus de perdre son temps en discussions vaines, car les jours sont comptés. "Rachetez le temps" disait Paul aux chrétiens il y a deux mille ans ! Aujourd'hui, le moment est arrivé de prendre conscience de la situation et de réfléchir, non pas en écoutant les hommes parler, mais en écoutant Dieu parler. C'est une leçon simple à apprendre qui requiert un changement de comportement : écouter Dieu parler et non les hommes. Oui, car c'est la parole de Dieu qu'il faut croire et non la parole des hommes. La parole des hommes vous mettra sous le joug de la peur et vous écrasera, tandis que la parole de Dieu est une lampe pour tout homme. Elle vous fera avancer dans la vérité et dans la vraie lumière. Elle vous donnera une assise, un fondement sûr et inébranlable. Elle vous relèvera. Elle vous mettra debout dans une confiance retrouvée. L'important est que vous y attachiez la foi.

Dieu existe ! Il ne faut plus continuer de vivre comme s'il n'existait pas ! Si vous le faites, c'est de la pure folie ! Vous serez sous la colère de Dieu et vous mourrez de la seconde mort qui est la perte de l'âme. Comprenez que le jugement commence lorsque vous refusez la parole de Dieu. Ecoutez ce que dit le Sauveur du monde, Jésus : "Celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge ; la parole que j'ai annoncée, c'est elle qui le jugera au dernier jour" (Jean 12.48). Dans cette parole, Jésus annonce le jugement. Même si ce jugement a lieu dans un an, dix ans, ou mille ans, il arrivera. Il arrivera en effet après les mille ans du règne de Christ. "Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c'est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour" (2 Pi 3.8). Tous ceux qui ne sont pas ressuscités pour la vie éternelle avant ces mille ans, ressusciteront après pour le jugement dernier. Là, je ne souhaite à personne d'y être : "C'est la seconde mort, l'étang de feu. Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l'étang de feu" (Ap 20.14-15).

Ecrit par alberto, a 15:26 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Jeudi (09/09/21)
Voilà les rouages du monde dans lequel nous vivons
Alors, peu à peu, la lumière se fait, pas encore dans les détails, mais l'on comprend déjà certaines choses. Voilà, ça vous fabrique des vaccins à base de cellule de foetus provenant d'avortement et ça vous oblige à vous faire vacciner ! Moi qui croyait qu'un vaccin devait être fabriqué sur la base de la vraie vie et non pas de la mort ! Il y a de quoi être étonné ! Sous prétexte qu'un pays déclare l'avortement légal, le meurtre d'un foetus ne serait plus un meurtre ? Sous quelle latitude vivent les hommes faisant de telles lois ? Ils oublient le Dieu vivant, devant lequel un meurtre demeure un meurtre. Le sang des victimes innocentes crie devant sa face, comme le sang d'Abel, au début de l'Histoire humaine, tué par son frère Caïn. Aujourd'hui, les fils de Caïn semblent recouvrir la surface de la terre. Ils ignorent que Dieu ne tient jamais le coupable pour innocent. Ils ignorent aussi que le jugement des coupables est scellé et inévitable – sauf pour ceux qui se repentent ! Ce qui retient encore le Seigneur, c'est sa miséricorde et sa compassion, il voudrait que tous se repentent et parviennent à la connaissance de la vérité, afin que tous soient sauvés. Malheureusement, ce ne sera pas le cas ! "Dis-leur: je suis vivant ! dit le Seigneur, l'Éternel, ce que je désire, ce n'est pas que le méchant meure, c'est qu'il change de conduite et qu'il vive" (Ez 33.11).

Si le produit d'un meurtre est placé mystérieusement dans un vaccin, le vaccin véhicule la malédiction et la mort. Ce n'est pas la volonté de Dieu, lui qui est la source de la vie et qui a dit : "Tu ne tueras pas" (Ex 20.13) !

Nous nous souvenons encore de l'épisode de Moïse monté sur la montagne du Sinaï pour aller chercher les Tables de la Loi, les dix paroles que Dieu écrivit sur des tables (Ex 34.28). Pendant son absence, le peuple n'a pas pu se tenir dans l'attente, il s'est fabriqué un veau d'or et s'est livré à l'idolâtrie en offrant des sacrifices avec ivresse et divertissement. La colère de Dieu s'enflamma. Dieu aurait consumé le peuple si Moïse ne s'était pas interposé. Il détruisit le veau d'or, mais n'utilisa pas l'or utilisé, lequel était devenu un produit de malédiction : "Il prit le veau qu'ils avaient fait, et le brûla au feu ; il le réduisit en poudre, répandit cette poudre à la surface de l'eau, et fit boire les enfants d'Israël"  (Ex 32.20).

Puis Moïse dit à l'Eternel : "Pardonne maintenant leur péché! Sinon, efface-moi de ton livre que tu as écrit". L'Éternel dit à Moïse: C'est celui qui a péché contre moi que j'effacerai de mon livre" (Ex 32.32-33). Aujourd'hui, Dieu n'a pas changé, il effacera du livre de vie le nom de tous les coupables qui ne se sont pas repentis de leurs péchés. "C'est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant" (He 10.31). Le grand trône blanc du jugement dernier décrit dans le livre de l'Apocalypse (20.11) devrait faire trembler le monde entier ! Mais en choisissant d'ignorer Dieu, le monde entier s'est jeté dans la gueule ouverte de Satan et de ses armées sataniques. C'est pourquoi, il est écrit que : "Dieu a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice, par l'homme qu'il a désigné, ce dont il a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant des morts…" (Actes 17.31).

Une grande responsabilité repose donc sur les laboratoires pharmaceutiques qui fabriquent ce genre de vaccins à base de cellule souche embryonnaire, et qui sont, rien qu'à cause de cela, des vaccins porteurs de malédiction et non de bénédiction. Il faut être au clair sur ces données qui ont besoin d'être révélées au grand public. Maintenant, vous comme moi, vaccinés ou pas vaccinés, ayez recours à Jésus-Christ qui a été fait pour nous malédiction sur la croix, afin que par la foi en lui, nous entrions dans la bénédiction (Ga 3.13).

Il faudrait aussi que les chrétiens intercèdent davantage en faveur des gouvernants, mais sans porter de jugement, sachant que "nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes" (Eph 6.12).

Lorsque Jésus dit : "J'ai vaincu le monde" – et il l'a dit –, cela veut dire qu'il a vaincu tout le système du monde actuel qui est sous la puissance du malin (1 Jean 5.19). Ce sont des myriades et des myriades de démons invisibles à nos yeux, qui agissent sous la direction du diable. Ils sont partout derrière ce que nous voyons. Ils sont là dans le secret de la pandémie et du vaccin. Ils sont là lorsqu'un hommage national est rendu à une star dans la cour des Invalides, c'est une idolâtrie dont ils sont les auteurs et qu'ils entretiennent. Parce que dans le monde des ténèbres, tout concourt pour aboutir un jour à l'adoration réelle de Satan par tous les habitants de la terre, lorsque celui-ci s'incarnera dans un homme que la Bible appelle l'antichrist. Voilà les rouages du monde dans lequel nous vivons. Faut-il être horloger pour les voir ? En tout cas, il faut la lumière de Jésus-Christ pour discerner la vérité du mensonge. Il faut que le voile se déchire dans les coeurs et que les yeux s'ouvrent sur l'invisible, à la fois sur Dieu et sur son ennemi vaincu. "Vous aurez des tribulations dans le monde, mais prenez courage j'ai vaincu le monde" (Jean 11.33). Jésus a dit cela à ses disciples, il le dit encore aujourd'hui à ceux qui le suivent et qui sont amenés au même combat, dont la victoire sur le monde est assurée. Jésus a vaincu le monde, ce n'est pas l'inverse ! La fermeté dans la foi appuyée sur la Parole de Dieu est à rechercher sans cesse. Satan ne peut rien faire à un chrétien rempli de l'Esprit. "Car ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d'amour et de sagesse" (2 Tim 1.7). Tout chrétien ayant la foi a le pouvoir de chasser les démons, et plus encore : "Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ; ils saisiront des serpents ; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris" (Marc 16.17-18). Ne soyons pas sous le joug de la peur qui est celui du diable, mais soyons sous le joug du Seigneur Jésus qui ne cesse de vous inviter à venir à lui : "Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes" (Mat 11.29).

Ecrit par alberto, a 17:09 dans la rubrique Dire Dieu.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Articles suivants


Version  XML  - Cette page est peut-être encore valide XHTML1.1 et CSS sans tableaux.


Ce site est référencé sur le
Top Chrétien Francophone